Ghana

S.E. M. John Dramani Mahama, Président

26 septembre 2012 (67e session)

Ghana
Statement Summary: 

M. JOHN DRAMANI MAHAMA, Président du Ghana, a commencé son intervention en rendant hommage à l’ancien Président du Ghana, John Evans Atta Mills, récemment décédé, et en présentant ses condoléances aux peuples de l’Éthiopie, du Malawi et de la Guinée-Bissau, qui ont également eu à souffrir de la disparition prématurée de leurs Présidents en exercice.

 

Alors que le continent africain est souvent associé, parfois systématiquement à des phénomènes tels que la pauvreté, les conflits ou le dénuement, le Président ghanéen a tenu cependant à rappeler que l’économie de l’Afrique connaissait aujourd’hui l’un des taux de croissance les plus élevés au monde.  Le nombre de pays africains connaissant une situation de conflit décroît d’année en année, a-t-il par ailleurs indiqué.

« Quelque chose de remarquable est en train de se dérouler en Afrique », a déclaré M. Mahama, se félicitant que la croissance économique remplace la stagnation sur le continent et que la stabilité et la gouvernance démocratique s’y substituent aux tumultes politiques et aux dictatures.  Invitant, à la lumière de ces changements, à une révision des idées préconçues qui ont cours concernant le continent africain, le Président du Ghana a indiqué que les progrès que l’on observe en ce moment sont une évolution qui ne fait que commencer.  Il a ensuite détaillé les progrès particuliers accomplis par son pays, le Ghana, dans les domaines notamment de la lutte contre la pauvreté et contre le virus du VIH/sida.

S’agissant de la lutte contre cette pandémie, le Président du Ghana a indiqué qu’un nouveau plan national s’étalant sur cinq ans y avait été lancé visant notamment à l’élimination des cas de transmission du virus du VIH de la mère à l’enfant.  Il a ensuite affirmé que le Ghana, comme d’autres pays en développement, « était victime de son propre succès », puisque la diminution des nouveaux cas d’infection par le virus et celle du taux de mortalité s’accompagnent d’une baisse des contributions mondiales pour le financement des programmes de lutte contre le HIV/sida.

Le Président du Ghana a ensuite indiqué que les élections présidentielle et parlementaires qui doivent se tenir prochainement dans son pays seront libres et impartiales, le Ghana étant devenu « un modèle de transparence » dans ce domaine.

« Nous ne permettrons pas que le territoire du Ghana soit utilisé par des groupes ou individus cherchant à déstabiliser d’autres pays », a ensuite déclaré M. Mahama, qui a ajouté qu’il se tenait prêt à travailler sous les auspices de la Communauté économique des États de l’Afrique de l’Ouest et à mobiliser tous les instruments diplomatiques à sa disposition pour restaurer la sécurité au Mali et en Côte d’Ivoire.

M. Mahama a ensuite indiqué que la nouvelle Afrique qui est en train d’émerger, grâce à l’instauration de la paix et de la démocratie et d’une croissance économique soutenue, n’aurait plus recours au genre de prêts financiers assortis de clauses léonines auxquels on l’avait habituée, et que le règne de la corruption y est en train de prendre fin.  « Cette nouvelle Afrique se tiendra sur la scène internationale en tant que partenaire », a-t-il déclaré, ajoutant que les partenariats, pour être véritables, devaient être fondés sur le respect de l’égalité.  C’est pourquoi, au terme de son intervention, le Président ghanéen a plaidé pour une réforme du Conseil de sécurité en vue de son adaptation aux nouvelles réalités mondiales. 


Source

Déclaration

Vidéo

Sessions précédentes

  • S.E. M. Nana Addo Dankwa Akufo-Addo
    Président
  • S.E. M. Nana Addo Dankwa Akufo-Addo
    Président
  • S.E. M. John Dramani Mahama
    Président
  • S.E. M. John Dramani Mahama
    Président
  • S.E. M. John Dramani MAHAMA
    Président
  • S.E. M. John Dramani Mahama
    Président
  • S.E. M. John Evans Atta Mills
    Président
  • S.E. M. Muhammad Mumuni
    Ministre des affaires étrangères
  • S.E. M. John Evans Atta Mills
    Président