Qatar

S.M. Sheikh Hamad bin Khalifa Al-Thani, Amir

21 septembre 2011 (66e session)

S.M.Sheikh Hamad bin Khalifa Al-Thani

UN Photo / Téléchargement

Résumé de la déclaration : 

CHEIK HAMAD BIN KHALIFA AL-THANI, Émir de l’État du Qatar, a déclaré qu’il venait d’une région qui est actuellement traversée par des révoltes.  Les peuples de cette région, a-t-il poursuivi, appellent à des réformes qui leur permettront d’atteindre leurs objectifs et d’assumer leurs responsabilités.  L’Émir du Qatar a assuré qu’il encourageait la promotion du dialogue entre les cultures et les civilisations, le renforcement et la consolidation des relations entre les peuples et le rapprochement des puissances sur la base des principes du droit et de la justice et du droit international.  « Vous êtes tous conscients que le printemps arabe, avec tout ce qu’il représente pour l’histoire du monde arabe et l’histoire de l’humanité, impose des responsabilités très lourdes à l’ensemble du monde », a-t-il insisté.  L’Émir du Qatar a indiqué que son pays avait toujours adopté une politique claire concernant ses relations avec les pays arabes, les questions régionales et internationales.  Cette politique, a-t-il souligné, est fondée sur la compréhension, la réconciliation et l’harmonie entre les peuples et les nations.

Le Qatar, a-t-il soutenu, n’a pas ignoré l’appel à l’aide lancé par les populations civiles, victimes de la répression.  Le changement doit se faire sur la base des normes et instruments de droit international régissant les relations internationales contemporaines, a-t-il rappelé.  Il est nécessaire d’évoluer d’une situation où les États agissent individuellement à une situation où la communauté internationale agit en accord avec les normes de droit international, a-t-il souligné.  Le système des Nations Unies doit également évoluer pour mieux répondre aux nouvelles réalités, a-t-il ajouté.  L’Émir du Qatar a souhaité l’avènement d’un monde qui ne se résume pas à des seuls intérêts, mais qui recherche des accords confirmant les principes régissant des « comportements civilisés », tout en préservant l’unité des intérêts.  Il a particulièrement regretté l’absence de tout progrès au Moyen-Orient en raison de l’intransigeance d’Israël.  Il a attiré l’attention sur les souffrances des Palestiniens sous occupation en exhortant les États Membres à répondre à la demande légitime du peuple palestinien d’obtenir la reconnaissance d’un État palestinien auprès de l’ONU. 


Source

Déclaration

Sessions précédentes