Niger

S.E. M. Mahamadou Issoufou, Président

23 septembre 2011 (66e session)

Statement Summary: 

M. MAHAMADOU ISSOUFOU, Président du Niger, a estimé que le déficit de régulation au niveau de l’économie mondiale, la domination du capital financier, l’accroissement des inégalités constituaient autant de facteurs de désordre, de crises et de conflits qui perturbent la paix mondiale.  « Les Somaliens qui connaissent les affres de la faim ou les habitants du Sahel qui y sont confrontés de manière récurrente peuvent-ils considérer qu’ils vivent dans un monde juste et humain? » a-t-il demandé.  Aujourd’hui, 1 210 personnes disposent à elles seules d’un revenu de 4 500 milliards de dollars, soit 8% du PIB mondial, tandis que 40% de la population mondiale vit avec moins de 2 dollars par jour.  Le Président nigérien a rappelé que son pays avait beaucoup souffert des politiques d’ajustement structurel.  En outre, la promesse faite par les pays riches de porter à 0,7% de leur PIB le niveau de l’aide publique au développement n’a pas été tenue.  À cela s’ajoutent les crises récentes des institutions bancaires et des dettes souveraines ainsi que l’insuffisance des investissements directs étrangers en Afrique.  Selon M. Issoufou, la création d’une classe moyenne puissante dans toutes les régions du monde renforcera la croissance économique, la stabilité et la paix.

M. Issoufou a condamné le terrorisme et souligné que le Niger faisait face à cette menace à ses frontières, au nord avec l’Algérie, à l’ouest avec le Mali, et au sud avec le Nigéria.  Il a eu une pensée pour les otages français enlevés dans son pays.  Le Niger est également confronté à la menace des organisations criminelles de trafics des armes, de drogues et d’êtres humains.  Toutes ces menaces, a-t-il estimé, sont aujourd’hui amplifiées par la crise libyenne.  En effet, les dépôts d’armes ont été pillés en Libye et ces armes sont aujourd’hui disséminées dans toute la zone sahélo-saharienne avec le risque d’échouer entre des mains terroristes.  Jusqu’ici, le Niger, avec des moyens très limités, supporte seul le fardeau des réfugiés libyens, a poursuivi le Président.  C’est pourquoi, il a souhaité l’appui de la communauté internationale dans les domaines sécuritaire et économique.  Il souhaite aussi un retour rapide à la paix et la stabilité en Libye.  Par ailleurs, les secteurs de l’agriculture et de l’élevage, dont le peuple nigérien tire principalement ses moyens de subsistance, subissent les conséquences des changements climatiques.  Face à cette situation, le Niger a lancé l’initiative « 3N », qui signifie les « Nigériens nourrissent les Nigériens ».  Il a décidé d’augmenter les rendements en culture pluviale, de promouvoir l’irrigation, de moderniser l’élevage et de mettre en œuvre une politique de protection de l’environnement.  M. Issoufou a renouvelé son appel à la communauté internationale qui est confrontée à une crise alimentaire sévère.
 


Source

Déclaration

Sessions précédentes

  • S.E. M. Kalla Ankourao
    Ministre des affaires étrangères, de la coopération et de l’intégration régionale
  • S.E. M. Ibrahim Yacoubou
    Ministre des affaires étrangères et de la coopération internationale
  • S.E. M. Mahamadou Issoufou
    Président
  • S.E. Mme Aïchatou Boulama Kané
    Ministre des affaires étrangères
  • S.E. M. Mahamadou ISSOUFOU
    Président
  • S.E. M. Mohamed Bazoum, Deputy
    Premier Ministre
  • S.E. M. Mohamed Bazoum
    Ministre des affaires étrangères
  • S.E. M. Lieutenant-General Salou Djibo
    Président
  • S.E. Mme Aichatou Mindaoudou
    Ministre des affaires étrangères