Haïti

S.E. M. Michel Joseph Martelly, Président

23 septembre 2011 (66e session)

Statement Summary: 

M. MICHEL JOSEPH MARTELLY, Président d’Haïti, a fait remarquer qu’il avait été élu avec un mandat bien précis: celui de matérialiser le changement.  Il a remercié la communauté internationale d’avoir accompagné les élections présidentielles dans son pays.

« Je crois qu’il appartient d’abord, aux pays concernés, de rechercher et de trouver des pistes de solution; car toutes celles imposées, généreuses ou non, ne produiront à moyen terme que des effets adverses », a déclaré M. Martelly.  « C’est ce juste équilibre entre une gouvernance adulte et une assistance internationale bien pensée qu’il convient de rechercher. »

Le Président a estimé que les nombreuses missions de paix et de stabilisation des Nations Unies, « accueillies avec soulagement aux premiers jours, s’essoufflent à moyen terme ».  Dans le cas d’Haïti, toutefois, il s’est demandé à quoi aurait servi la Mission si aujourd’hui elle se retirait « sans préavis ».  La stabilisation politique passe par plusieurs étapes.  Elle ne saurait se réduire à une simple force d’interposition ou à un rôle d’observateur plus ou moins neutre.

Les quatre axes majeurs de la politique préconisée par le Gouvernement de M. Martelly sont: l’éducation, l’emploi, l’environnement et l’état de droit.  Il a exhorté les nations à s’engager franchement dans la lutte contre la déforestation et contre le réchauffement climatique.  « Il n’y aura pas de paix dans le monde tant que le cadre de vie de pays comme le mien sera aussi dégradé, rendant les catastrophes encore plus dramatiques, les inondations encore plus sévères, les sécheresses encore plus meurtrières, l’exode rural encore plus massif », a insisté le Président haïtien.

Évoquant les fonds mis à disposition des populations victimes de catastrophes, M. Martelly a souhaité que les promesses ne restent pas lettre morte et que les projets de reconstruction voient le jour.  « Dans le cas d’Haïti, il s’agira pour les nations amies de nous aider à reconstruire plus qu’un espace physique, mais des hommes et des femmes auxquels il faut rendre l’espoir. »  « Haïti est désormais debout, prête à se reconstruire, prête pour un nouveau départ », a conclu le Président.

 


Source

Déclaration

Sessions précédentes