Fidji

S.E. M. Josaia V. Bainimarama, Premier Ministre

23 septembre 2011 (66e session)

Fiji
Statement Summary: 

M. JOSAIA VOREQE BAINIMARAMA, Premier Ministre de Fidji, a indiqué que son pays avait ouvert cette année des ambassades en Afrique du Sud et en Indonésie et le fera prochainement au Brésil.  En mai dernier, Fidji est devenu membre du Mouvement des non alignés.  Aux Nations Unies, le pays est un membre actif du groupe Asie-Pacifique, aux côtés des autres petits États insulaires en développement de la région.  Guidé par la Charte du peuple pour le changement, la paix et le progrès, Fidji développe ainsi ses relations bilatérales et multilatérales.

Le Premier Ministre a rappelé que Fidji contribuait aux opérations de maintien de la paix des Nations Unies depuis 1978.  Des Casques bleus fidjiens sont actuellement stationnés en Iraq, au Soudan du Sud, à Abyei, au Darfour, au Libéria et au Timor-Leste.  Par ailleurs, en tant que membre du Comité de la décolonisation, Fidji a l’intention de suivre les progrès concernant l’Accord de Nouméa et la Nouvelle Calédonie.  M. Bainimarama a préconisé une collaboration plus étroite entre le Secrétariat de l’ONU et le Groupe mélanésiens Fers de lance.

Les Objectifs du Millénaire pour le développement (OMD) continuent d’inspirer les efforts de développement de Fidji, a poursuivi le Premier Ministre.  En vertu de la feuille de route pour la démocratie et le développement socioéconomique durable, le pays donne la priorité à l’expansion de l’électrification des zones rurales, à l’accès à l’eau, et au développement des routes.

Un large pourcentage de la population de Fidji risquant de contracter des maladies non transmissibles, dites « maladies des modes de vie », M. Bainimarama s’est félicité de la tenue de la Réunion de haut niveau sur ce sujet.  Fidji a été le premier pays à signer et ratifier la Convention-cadre sur le contrôle du tabac.  Il est également l’un des premiers pays à piloter le programme de réduction du sel.

Fidji est particulièrement vulnérable aux changements climatiques et le Premier Ministre a espéré que la prochaine réunion de la Convention-cadre des Nations Unies sur les changements climatiques à Durban produira des résultats positifs.  Le caractère urgent de la situation et le risque réel posé par l’augmentation du niveau des mers a poussé les petits États insulaires en développement à attirer l’attention du Conseil de sécurité sur les implications sécuritaires des changements climatiques.

En tant que premier signataire de la Convention sur le droit de la mer, Fidji maintient ses obligations océaniques au cœur de sa politique étrangère, a expliqué M. Bainimarama.  Compte-tenu de l’intérêt accru pour l’exploitation minière des fonds marins, il est impératif que l’Autorité internationale des fonds marins reste vigilante pour sauvegarder l’intégrité environnementale des fonds marins du monde.  L’océan Pacifique est au cœur des moyens d’existence de Fidji, de sa sécurité alimentaire et de son économie.


Source

Déclaration

Sessions précédentes

  • S.E. M. Josaia Voreqe Bainimarama
    Premier Ministre
  • S.E. M. Josaia Voreqe Bainimarama
    Premier Ministre
  • S.E. M. Josaia Voreqe Bainimarama
    Premier Ministre
  • S.E. M. Josaia Voreqe Bainimarama
    Premier Ministre
  • S.E. M. Josaia Voreqe Bainimarama
    Premier Ministre
  • S.E. M. Commodore Josaia V. Bainimarama
    Premier Ministre
  • S.E. M. Ratu Inoke Kubuabola
    Ministre des affaires étrangères
  • S.E. M. Commodore Josaia Bainimarama
    Premier Ministre
  • S.E. M. Josaia Bainimarama
    Premier Ministre