Congo

S.E. M. Basile Ikouebe, Ministre des affaires étrangères

26 septembre 2011 (66e session)

Congo
Statement Summary: 

M. BASILE IKOUEBE, Ministre des affaires étrangères et de la coopération de la République du Congo, a rappelé que l’histoire des Nations Unies se confondait avec l’émancipation des peuples et a souhaité, à cet égard, voir l’émergence d’un État palestinien souverain, dans des frontières sûres et garanties, vivant en paix aux côtés d’Israël.  Il a en outre estimé que le rétablissement de la paix et de la sécurité en Libye était une priorité, exhortant les autorités du Conseil national de transition à tenir leurs engagements, notamment en faveur des travailleurs migrants africains, et dénoncé la situation intolérable en Somalie.  Concernant la prévention et le règlement des conflits, il a assuré que la médiation s’inscrivait dans la perspective de la culture et de la tradition africaine du dialogue.  De nos jours, et plus que jamais, la recherche de la paix par des voies négociées demeure le seul moyen susceptible de garantir une paix durable, a-t-il souligné.  Le Conseil de sécurité devrait par conséquent strictement circonscrire les conditions de recours à la force pour éviter toute manipulation ou dérapage, a-t-il ajouté.  De même, il a dénoncé « l’instrumentalisation de la justice internationale, devenue une arme politique visant particulièrement l’Afrique ».

Dans le contexte actuel, M. Ikouebe a estimé que la réforme des Nations Unies, sur des principes de démocratie, de justice et d’égalité, était urgente.  Il a demandé que cette réforme rétablisse le rôle central de l’Assemblée générale, en tant qu’organe délibérant le plus représentatif, et favorise la participation d’un plus grand nombre de pays en développement au processus de prise de décisions.  Souhaitant l’adoption d’un instrument international sur les changements climatiques lors de la Conférence de Rio+20, il a souligné que les pays du bassin forestier du Congo avaient consenti des efforts importants pour un taux de déforestation très bas, « efforts que la communauté internationale devrait appuyer et encourager ».   Les pays forestiers en développement attendent désespérément le déblocage des fonds « Fast Start » annoncés à Copenhague, ainsi que la concrétisation des sources financières et du transfert de technologies promis à Cancún, a-t-il déclaré.  Avant de conclure, le Ministre congolais des affaires étrangères a rendu hommage à Wangari Maathai, décédée hier.  Son engagement pour la reforestation et la restauration de la biodiversité lui a valu la reconnaissance des pays d’Afrique centrale, qui l’avaient désignée Ambassadrice de bonne volonté pour le bassin forestier du Congo, a-t-il rappelé.


Source

Déclaration

Sessions précédentes

  • S.E. M. Jean-Claude Gakosso
    Ministre des affaires étrangères
  • S.E. M. Denis Sassou Nguesso
    Président
  • S.E. M. Jean-Claude Gakosso
    Ministre des affaires étrangères
  • S.E. M. Jean Claude Gakosso
    Ministre des affaires étrangères
  • S.E. M. Denis Sassou Nguesso
    Président
  • S.E. M. Basile Ikouebe
    Ministre des affaires étrangères
  • S.E. M. Basile Ikouebe
    Ministre des affaires étrangères
  • S.E. M. Basile Kouebe
    Ministre des affaires étrangères
  • S.E. M. Denis Sassou-Nguesso
    Président