Zambie

S.E. M.  Rupiah Bwezani Banda, Président

24 septembre 2009 (64e session)

S.E. M. Rupiah Bwezani Banda

UN Photo / Téléchargement

Résumé de la déclaration : 

M. RUPIAH BWEZANI BANDA, Président de la Zambie, a débuté son propos en expliquant qu’aucune nation ne pouvait à elle seule résoudre les problèmes du monde, et que seule l’unité pouvait le faire.  Il a observé que le développement économique enregistré dans son pays et en Afrique entre 2000 et 2007 est aujourd’hui en train de péricliter à cause des conséquences de la crise économique et financière.  Son pays, a-t-il dit, a entamé une diversification de son économie pour ne plus dépendre économiquement du cuivre.  Le pays a fortement investi dans le tourisme et la réponse apportée par la Zambie à la crise nécessite le soutien de la communauté internationale, a-t-il plaidé, en la pressant de tenir la promesse d’accroître l’aide internationale.

La Zambie est convaincue de la nécessité de réformer le système financier mondial, a-t-il poursuivi, en jugeant que ces réformes doivent répondre aux besoins de tous les États quel que soit leur statut.  Il a plaidé pour que les pays en développement puissent faire entendre leur voix dans les institutions de Bretton Woods.  La réforme doit améliorer la prévisibilité des flux d’aide et alléger les conditionnalités.

Abordant les questions liées aux changements climatiques, le Président a appelé à des mécanismes de partage des responsabilités qui exigeraient des pays du Nord qu’ils réduisent leurs émissions à des niveaux juridiquement établis et des pays du Sud qu’ils préviennent une dégradation plus avant de l’environnement.  Il a dit attendre de la Conférence de Copenhague, un accord qui établisse un équilibre entre les préoccupations liées aux changements climatiques et celles liées au développement.

En sa qualité de Président de la Conférence des pays des Grands Lacs, il s’est réjouit du rapprochement entre la République démocratique du Congo et le Rwanda.  Cependant, a-t-il noté, la région vit encore sous la terreur des Forces démocratiques pour la libération du Rwanda (FDLR).  Il a exhorté la communauté internationale à exercer encore plus de pression sur ces forces négatives et à s’assurer qu’elles soient traduites en justice.  Il a aussi appelé à des pressions militaires et diplomatiques pour assurer le retour du chef de l’Armée de résistance du Seigneur (ARS) à la table des négociations, avant d’annoncer une table ronde dans la région, les 5 et 6 novembre prochain à Bujumbura.
 


Source

Déclaration

Sessions précédentes

  • S.E. M. Edgar Chagwa Lungu
    Président
  • S.E. M. Edgar Chagwa Lungu
    Président
  • S.E. M. Edgar Chagwa Lungu
    Président
  • S.E. M. Harry Kalaba
    Ministre des affaires étrangères
  • S.E. M. Michael Chilufya Sata
    Président
  • S.E. M. Michael Chilufya Sata
    Président
  • S.E. Mme Lucy Mungoma
    Secrétaire aux Affaires étrangères
  • S.E. M. Kalombo Mwansa
    Ministre d'État