Japon

S.E. M. Yukio Hatoyama, Premier Ministre

24 septembre 2009 (64e session)

Japan
Statement Summary: 

M. YUKIO HATOYAMA, Premier Ministre du Japon, a rappelé que le 30 août dernier, le peuple japonais avait choisi l’alternance politique pour la première fois depuis la fin de la Seconde Guerre mondiale.  Ce « Nouveau Japon », a-t-il assuré, ne se détournera pas des défis auxquels fait face le monde, affirmant qu’il redoublerait au contraire d’efforts pour jeter une passerelle entre Orient et Occident, pays développés et pays en développement et entre toutes les civilisations.

Le Premier Ministre a identifié cinq problèmes principaux, dont le premier est lié aux mesures à prendre pour répondre à la crise économique mondiale.  Le Japon, a-t-il dit, estime que la coordination internationale est nécessaire pour forger des systèmes qui vont dans le sens de la lutte contre la pauvreté et des disparités économiques.  En la matière, le Japon jouera son rôle de « pont » dans les fora internationaux, y compris au sein du G-20, en vue de formuler de nouvelles règles communes à cette fin.  

Le deuxième problème étant les changements climatiques, le Premier Ministre, à la suite d’autres dirigeants, a indiqué que son gouvernement s’est fixé des objectifs « très ambitieux » pour réduire de 25%, d’ici à 2020, ses émissions de gaz à effet de serre par rapport aux niveaux atteints en 1990. 

Le troisième défi évoqué par M. Hatoyama a été celui de la non-prolifération et du désarmement nucléaires.  Il a salué les progrès dans les négociations entre les États-Unis et la Fédération de Russie et les initiatives prises par la France et le Royaume-Uni.  Il a estimé urgent que d’autres puissances nucléaires prennent des mesures concrètes.  Le Japon a aussi l’ambition de servir de passerelle entre les pays dotés et non dotés de l’arme nucléaire.

Le Premier Ministre a ensuite déclaré que la République populaire démocratique de Corée (RPDC) devait pleinement respecter les résolutions du Conseil de sécurité.  Le Japon poursuivra de son côté ses efforts en vue de réaliser la dénucléarisation de la péninsule coréenne dans le cadre des pourparlers à Six.  Mon gouvernement, a ajouté M. Hatoyama, a l’intention de normaliser ses relations avec la RPDC, conformément à la Déclaration de Pyongyang.

S’agissant de la question des enlèvements, le Premier Ministre a estimé que des actions constructives de la part de la RPDC, dont le lancement d’une enquête approfondie telle qu’agréée l’année dernière, assurerait une amélioration des relations entre ce pays et le sien. 

Évoquant ensuite le quatrième défi, celui de la consolidation de la paix, du développement et de la pauvreté, le Premier Ministre a annoncé que son pays avait l’intention de renforcer le processus de la Conférence internationale de Tokyo sur le développement de l’Afrique (TICAD) et de redoubler d’efforts pour réaliser les OMD et promouvoir la sécurité humaine.  Il a aussi mentionné les initiatives prises par l’Agence japonaise de coopération internationale en faveur de la reconstruction de l’Afghanistan.

En ce qui concerne le cinquième et dernier défi, l’établissement d’une communauté d’Asie de l’Est, M. Hatoyama a indiqué que « le Japon a longtemps hésité à jouer un rôle proactif dans la région, compte tenu des circonstances historiques découlant de ses « erreurs du passé ».  Il a dit attendre avec impatience la naissance d’une communauté qui serait l’extension d’une coopération renforcée, au fil du temps, dans les domaines commercial, financier, monétaire, énergétique, écologique ou encore humanitaire.
 


Source

Déclaration

Sessions précédentes