Israël

S.E. M. Yair Lapid, Premier Ministre

22 septembre 2022

Israel
Résumé de la déclaration: 

M. YAIR LAPID, Premier Ministre, et Ministre des affaires étrangères d’Israël, a rappelé que lorsque l’Assemblée général se prononçait, en novembre 1947, sur la création d’un État juif, seuls quelques milliers de Juifs résidaient en Israël dans un environnement hostile, dévastés au lendemain de l’Holocauste.  Soixante-quinze ans plus tard, Israël est une démocratie robuste, fière et prospère.  Une nation qui a réalisé bien des avancées dans le domaine scientifique, figure parmi les premiers en matière d’énergies renouvelables et compte 13 lauréats du prix Nobel, en économie mais aussi de la paix.

Affirmant que son pays a fait choix de la paix face à la guerre, il a parlé du récent Sommet de Néguev, qui a réuni six pays (Israël, États-Unis, Égypte, Émirats arabes unis, Bahreïn et Maroc), une idée inimaginable, il y a deux ans seulement.  Il a relaté que, pendant le déroulement de ce Sommet, un attentat terroriste a été perpétré à Tel Aviv dans l’objectif de saper cette rencontre.  Cinq heures plus tard, les participants au Sommet ont publié une déclaration conjointe condamnant cette attaque, consacrant la conviction qu’il existe une autre solution.  Le Sommet s’est poursuivi et des accords ont été conclus dans plusieurs domaines, de même que des groupes de travail, qui, a-t-il affirmé, changent la face du Moyen Orient.  Le Premier Ministre a ensuite invité les peuples à regarder à l’horizon et se demander qui réussit.  Ceux qui font le choix de la paix ou ceux qui optent pour la guerre?  Ceux qui investissent dans leur peuple ou ceux qui choisissent d’investir dans la destruction d’autrui?

M. Lapid a affirmé qu’en Israël, juifs, musulmans et chrétiens vivent côte à côte sur un pied d’égalité.  Il a indiqué que le Gouvernement qu’il dirige comprend des Ministres arabes, que des juges arabes sont représentés à la Cour suprême et qu’un parti arabe est membre de sa coalition.  Les Arabes israéliens ne sont pas nos ennemis, ils sont nos partenaires au quotidien, a-t-il dit, s’enorgueillissant de la mosaïque de culture qui caractérise son pays.

Pour autant, il existe deux menaces majeures qui pèsent sur notre pays, a-t-il regretté, citant la menace nucléaire et le rejet de la vérité.  Il s’est érigé contre le poison du mensonge et de la désinformation qui sapent « notre perception de la réalité ».  Il a accusé le mouvement anti-israélien d’investir des milliards de dollars pour détourner et modifier la réalité, évoquant notamment la circulation de fausses photos.  Pourquoi défendez-vous des islamistes qui pendent des homosexuels depuis des grues? s’est-il insurgé.  Décriant les mensonges proférés à l’encontre d’Israël, il a souligné que l’antisémitisme c’est la volonté de croire le pire au sujet des Juifs et de juger Israël de façon différente par rapport aux autres pays.

Le chef d’orchestre de cette symphonie de la haine, c’est l’Iran qui hait sa propre population et maintient en joug sa jeunesse, a accusé M. Lapid qui a noté que cet État a indiqué à maintes reprises qu’il souhaite la destruction totale d’Israël.  Et, l’Assemblée générale se tait.  « Mais de quoi avez-vous peur? », s’est-il écrié, notant que l’Iran est l’État fondateur du Hezbollah, le plus grand groupe terroriste au monde, et finance le djihad islamique à travers le monde.  Prédisant que le régime iranien fera usage de l’arme nucléaire s’il parvient à mettre la main dessus, le Premier Ministre a estimé que le seul moyen de l’en empêcher est de faire peser une véritable menace militaire.  Ce n’est que de cette façon qu’un véritable accord pourra être négocié avec l’Iran, a-t-il soutenu.  Si l’Iran ne renonce pas, le monde ne réagira pas par des paroles mais par la force militaire, a-t-il affirmé.  Mais aujourd’hui, le monde choisit la facilité et de ne pas croire au pire. Pour sa part, a-t-il ajouté, Israël ne restera pas les bras ballants face à ceux qui veulent nous détruire.

Affirmant aspirer à la paix avec les Palestiniens, M. Lapid a ensuite estimé qu’un accord avec les Palestiniens fondé sur la solution des deux États est la bonne solution pour la sécurité d’Israël, son économie, et « l’avenir de nos enfants ».  La paix n’est pas une solution de compromis, ni un aveu de faiblesse et malgré tous les obstacles qui s’élèvent à nous aujourd’hui, une vaste majorité d’Israéliens appuient l’idée des deux États et « j’en fait partie! ».  Le Premier Ministre a toutefois posé une seule condition: que le futur État palestinien soit un état pacifique et ne devienne pas un havre pour les terroristes.  Israël a fait tout ce que le monde a exigé de nous en démantelant les colonies et les bases militaires.  Il s’est dit prêt à lever les restrictions contre Gaza « dès demain » et à appuyer la reconstruction de la bande, à conditions que les tirs de roquettes et de missiles cessent.  Déposez les armes, il n’y aura plus de restrictions et nous pourrons construire cet avenir ensemble, a-t-il exhorté, soulignant qu’Israël est un pays qui tient ses promesses.


Source

Déclaration

Vidéo

Pour changer de langue, veuillez ouvrir la vidéo en grand et cliquer sur les notes de musique en bas de l'écran.



Audio

Arabe | MP3

Chinois | MP3

Anglais | MP3

Français | MP3

Russe | MP3

Espagnol | MP3

Sessions précédentes

  • S.E. M. Benjamin Netanyahu
    Premier Ministre
  • S.E. M. Benjamin Netanyahu
    Premier Ministre
  • S.E. M. Benjamin Netanyahu
    Premier Ministre
  • S.E. M. Benjamin Netanyahu
    Premier Ministre
  • S.E. M. Benjamin Netanyahu
    Premier Ministre
  • S.E. M. Benjamin Netanyahu
    Premier Ministre
  • S.E. M. Benjamin Netanyahu
    Premier Ministre
  • S.E. M. Benjamin Netanyahu
    Premier Ministre
  • S.E. M. Avigdor Liberman
    Vice-Premier Ministre
  • S.E. M. Benjamin Netanyahu
    Premier Ministre