Israël

S.E. M. Benjamin Netanyahu, Premier Ministre

27 septembre 2018

Israel
Statement Summary: 

Quand j’ai pris la parole ici-même il y a trois ans, s’est remémoré M. BENYAMIN NETANYAHU, Premier Ministre d’Israël, mon pays se tenait seul parmi les autres nations.  Sur près de 200 États rassemblés dans cette enceinte, a-t-il poursuivi, seul Israël s’était opposé à l’accord nucléaire iranien, parce qu’il menaçait notre avenir et notre survie même et ouvrait la voie à un véritable arsenal.  Cet accord, a-t-il ajouté, alimentait également la « campagne de carnage » de l’Iran au Moyen-Orient, le tout sur la base d’un « mensonge », à savoir que l’Iran ne cherchait pas à mettre au point l’arme nucléaire.

L’an dernier, a rappelé M. Netanyahu, Israël a mené une attaque contre les archives nucléaires secrètes iraniennes.  Nous avons été en mesure de mettre la main sur de très nombreux documents et vidéos enfouis dans un bâtiment souterrain au cœur de Téhéran.  Au mois de mai dernier, a poursuivi le Premier Ministre, Israël a donné à l’Agence internationale de l’énergie atomique (AIEA) les preuves des plans de l’Iran pour mettre au point l’arme nucléaire.  Des mois se sont écoulés, a-t-il dit, et l’AIEA n’a toujours pas pris de mesures, n’a posé aucune question à l’Iran et n’a pas demandé d’inspecter un seul des nouveaux sites découverts dans ces archives secrètes. 

Face à cette inaction, a déclaré M. Netanyahu, j’ai décidé de vous révéler aujourd’hui une information qui n’a jamais été rendue publique.  Je divulgue pour la première fois que l’Iran dispose d’un entrepôt atomique secret à Téhéran, a-t-il dit, entrepôt qui sert à stocker des matériaux destinés à son programme nucléaire.  Cette information, le Premier Ministre affirme l’avoir déjà communiquée à l’AIEA en mai dernier.  Or, a-t-il ajouté, je souhaite également révéler aujourd’hui une nouvelle information que nous n’avions pas encore communiquée à l’AIEA: l’existence d’une seconde installation de ce type dans un autre quartier de Téhéran.  Permettez-moi de vous montrer exactement à quoi ressemble cet entrepôt secret, a déclaré M. Netanyahu, brandissant une photo de l’extérieur du site.  Ce bâtiment n’a l’air de rien, a-t-il commenté, ajoutant que, sur Google Earth, on peut constater qu’il est situé à 100 mètres à peine d’une usine de nettoyage de tapis.  Cette usine fait d’ailleurs un travail extraordinaire, a ajouté le Premier ministre.  « Mais maintenant, les tapis sont peut-être radioactifs. »

Depuis l’attaque israélienne sur les archives nucléaires secrètes de l’Iran, M. Netanyahu affirme que les autorités iraniennes n’ont eu de cesse de faire des allées et venues pour évacuer ce site.  Le mois dernier, a-t-il affirmé, 30 kg de matières radioactives ont ainsi été évacués et, selon lui, répandus un peu partout dans Téhéran pour essayer de cacher les preuves.  Les résidents de Téhéran sont en danger, a affirmé le dirigeant israélien, conseillant à ces derniers de faire l’acquisition, « pour quelques dollars sur Amazon », d’un appareil de mesure de la radioactivité.  Par ailleurs, les autorités iraniennes ont encore beaucoup de travail pour évacuer intégralement le site, a affirmé le Premier Ministre, car il contient au moins 300 tonnes de matériels et matériaux nucléaires.

Pourquoi l’Iran a-t-il conservé des archives atomiques et un entrepôt atomique secret? s’est interrogé M. Netanyahu, ajoutant que, lorsque la Libye et l’Afrique du Sud avaient renoncé à leur programme nucléaire, ils avaient commencé par détruire les archives.  L’Iran ne l’a pas fait et c’est bien la preuve qu’il n’a pas renoncé à son ambition de se doter de la bombe atomique.  « Ça n’arrivera pas, Israël ne les laissera pas faire », a-t-il mis en garde.

Le Premier Ministre a appelé le Directeur général de l’AIEA à inspecter ce nouvel entrepôt secret sans plus tarder, avant que les Iraniens n’aient fait place nette.  Tant que vous y êtes, a-t-il dit, en direction du Directeur général, allez également inspecter les autres sites dont nous vous avons parlé et dites-nous, une bonne fois pour toutes, la vérité sur l’Iran.

Il y a trois ans, a poursuivi le Premier ministre, j’ai posé une question depuis cette même tribune:  croyez-vous vraiment que couvrir la théocratie iranienne d’armes et de liquidités mettra fin à leurs ambitions?  Nombreux étaient pourtant, selon lui, ceux qui croyaient à l’époque que l’ouverture allait inciter le régime iranien à devenir plus modéré.  En réalité, a affirmé M. Netanyahu, l’Iran a utilisé cet argent pour alimenter son « énorme machine de guerre » en Iraq, à Gaza, en Syrie, au Liban et en Arabie saoudite.  « Est-ce cela la modération?  Est-ce cela la paix? » a-t-il demandé, avant d’ajouter que l’entreprise de déstabilisation iranienne s’étendait aussi en dehors du Moyen-Orient.  Le mois dernier, a affirmé M. Netanyahu, des agents iraniens ont été arrêtés pour avoir comploté des attentats terroristes aux États-Unis et en Europe.

Face à cela, a-t-il regretté, l’Europe continue de soutenir l’accord sur le nucléaire iranien.  La même semaine où l’Iran a été pris la main dans le sac, en train d’essayer de tuer des citoyens européens, a-t-il dit, les dirigeants européens ont proposé d’ouvrir leur portefeuille.  En tant qu’enfant d’historien, a-t-il déclaré, je dois poser la question: les dirigeants européens n’ont-ils rien appris de l’histoire?

M. Netanyahu a ensuite accusé l’Iran d’armer les terroristes à Gaza.  Au Liban, a-t-il ajouté, l’Iran ordonne au Hezbollah de construire des sites cachés pour transformer des projectiles rudimentaires en missiles précis, capables selon lui d’atteindre des cibles au cœur d’Israël avec une précision de 10 mètres.  Trois de ces sites de conversion de missiles, a-t-il affirmé photo à l’appui, sont placés le long de l’aéroport international de Beyrouth.  J’ai un message à faire passer au Hezbollah, a déclaré le Premier Ministre: « Israël sait aussi ce que vous êtes en train de faire et où vous le faites.  Nous exigerons que vous rendiez des comptes. »

Le dirigeant israélien a ensuite démenti ceux qui pensaient que les nouvelles sanctions américaines imposées à l’Iran n’auraient qu’un impact limité.  Il y a un an, a-t-il dit, l’économie iranienne était en pleine expansion.  Désormais, selon lui, l’économie iranienne et sa monnaie s’effondrent.  Imaginez ce qui va se produire avec les nouvelles sanctions américaines en novembre prochain? s’est interrogé M. Netanyahu, avant d’ajouter que le peuple iranien, bien loin de soutenir leurs dirigeants, se retournait désormais contre le régime des ayatollahs. 

Plutôt que de « cajoler les dictateurs iraniens », le Premier Ministre a appelé l’Europe à rejoindre Israël et les États-Unis dans leur lutte contre l’Iran.  Il a dans le même temps remercié le Président américain, M. Donald Trump, et son pays pour leur soutien indéfectible à Israël, comme en témoigne, selon lui, notamment la dénonciation américaine du manque d’impartialité de l’Organisation des Nations Unies pour l’éducation, la science et la culture (UNESCO) et du Conseil des droits de l’homme de l’ONU vis-à-vis d’Israël.

« Je me dois de vous faire un aveu », a ensuite déclaré le Premier Ministre.  Cela va peut-être vous surprendre, a-t-il dit, mais je dois reconnaître que l’accord iranien a eu une conséquence positive: Israël et de nombreuses nations arabes ont pu se rapprocher et nouer « des liens d’amitié et de complicité » qui auraient été « inimaginables » il y a quelques années, contre la menace d’un ennemi commun.  Il a dit se réjouir à l’avance d’étendre la paix au-delà de l’Égypte et de la Jordanie, à d’autres nations arabes voisines, y compris les Palestiniens.  « Je me réjouis de travailler avec Donal Trump pour y parvenir », a-t-il dit.

M. Netanyahu s’en est ensuite pris aux Nations Unies, qui accusent selon lui régulièrement Israël de racisme, d’apartheid et d’épuration ethnique.  « C’est toujours le même vieil antisémitisme, qui a simplement un nouveau visage et rien de plus », a-t-il affirmé.  Jadis, c’était les Juifs qui étaient persécutés, a-t-il affirmé.  « Aujourd’hui, c’est l’État juif qui est traîné dans la boue ».  À ses yeux, l’ONU taxe Israël de racisme pour avoir fait de l’hébreu sa langue nationale et pour avoir fait de l’étoile de David son drapeau.  « C’est une aberration », a-t-il lancé, ajoutant que, dans cette même enceinte, près de 100 pays n’ont qu’une seule langue officielle, alors même que de nombreuses minorités ethniques résident sur leur territoire.  « Nombreux sont ceux qui s’opposent encore à ce qu’Israël ait un État nation », a tranché le Premier Ministre.

S’agissant des Palestiniens, M. Netanyahu a accusé le Président Mahmoud Abbas de financer des terroristes qui assassinent des Juifs.  « Et après ça, vous nous traitez de racistes?  Ce n’est pas comme cela qu’on fait la paix », a-t-il mis en garde.  Le Premier Ministre a réaffirmé qu’Israël était un État juif, doublé d’une démocratie garantissant l’égalité des droits individuels de tous ses citoyens, qu’ils soient juifs ou musulmans.  Dans le reste du Moyen-Orient, où, selon le Premier Ministre, les minorités sont persécutées et les femmes sont maltraitées, « cela ne va pas de soi ».


Source

Déclaration

Vidéo

Français


Audio

Arabe | MP3

Chinois | MP3

Anglais | MP3

Français | MP3

Russe | MP3

Espagnol | MP3

Sessions précédentes

  • S.E. M. Benjamin Netanyahu
    Premier Ministre
  • S.E. M. Benjamin Netanyahu
    Premier Ministre
  • S.E. M. Benjamin Netanyahu
    Premier Ministre
  • S.E. M. Benjamin Netanyahu
    Premier Ministre
  • S.E. M. Benjamin Netanyahu
    Premier Ministre
  • S.E. M. Benjamin Netanyahu
    Premier Ministre
  • S.E. M. Benjamin Netanyahu
    Premier Ministre
  • S.E. M. Avigdor Liberman
    Vice-Premier Ministre
  • S.E. M. Benjamin Netanyahu
    Premier Ministre