Côte D’Ivoire

S.E. M. Daniel Kablan Duncan, Vice-président

27 septembre 2018

Côte D’Ivoire
Statement Summary: 

M. DANIEL KABLAN DUNCAN, Vice-Président de la Côte d’Ivoire, a déclaré que les défis et incertitudes auxquels notre monde est confronté aujourd’hui doivent amener les États Membres à avoir la même perception du rôle central et de l’utilité des Nations Unies dans la formulation de notre réaction collective.  « Ils doivent donc résolument se réapproprier l’Organisation universelle afin qu’elle demeure une organisation pour tous », a-t-il affirmé, en soulignant que l’une des priorités consiste à redonner aux Nations Unies toute son autorité morale.  Dans cette perspective, son pays estime qu’il est désormais temps de réformer le Conseil de sécurité afin qu’il soit le plus représentatif du monde actuel et plus efficace.  Selon M. Duncan, seul un Conseil réellement uni peut permettre à l’ONU de régler efficacement les grandes questions sécuritaires, telles que la lutte contre la prolifération nucléaire, le terrorisme, les crimes de masse et des crimes contre l’humanité.  Dans le même temps, nous devons convenir que la lutte contre le réchauffement climatique ne sera réussie que si nous acceptons de reconnaître qu’il s’agit d’une menace à la paix et à la sécurité internationales.

La responsabilité des Nations Unies pour un nouvel engagement en faveur de l’action devrait continuer à s’élargir au principe de la « responsabilité de protéger », qui est devenue une norme de droit international adoptée par tous les États Membres lors du Sommet mondial de 2005.  Poursuivant, le Vice-Président a déclaré qu’il faut se rendre à l’évidence qu’aucun système de sécurité collective ne sera viable si l’on ne cherche pas à éradiquer les principales causes des troubles sociopolitiques qui ont lieu dans nombre d’États, notamment l’extrême pauvreté.  C’est pourquoi la Côte d’Ivoire a invité la communauté internationale à appliquer les résolutions pertinentes adoptées au cours de ce « cycle » de conférences thématiques qui consacrent le refus d’une paupérisation généralisée et doivent permettre de lutter contre l’analphabétisme, les maladies endémiques, la famine, la malnutrition et toute autre disparité.  Pour sa part, Abidjan s’est donné les moyens au travers du deuxième plan national de développement 2016-2020, en vue de mobiliser les ressources nécessaires à hauteur de 60 milliards de dollars.  Évoquant en conclusion les défis migratoires, M. Duncan a estimé que pour y répondre, il fallait un engagement aussi bien des pays d’origine, des pays de transit que des pays d’accueil.


Source

Déclaration

Vidéo

Français


Audio

Arabe | MP3

Chinois | MP3

Anglais | MP3

Français | MP3

Russe | MP3

Espagnol | MP3

Sessions précédentes

  • S.E. M. Alassane Ouattara
    Président
  • S.E. M. Alassane Ouattara
    Président
  • S.E. M. Claude Stanislas Bouah-Kamon
    Représentant permanent
  • S.E. M. Alassane Ouattara
    Président
  • S.E. M. Alassane Ouattara
    Président
  • S.E. M. Daniel Kablan Duncan
    Ministre des affaires étrangères
  • S.E. M. Alassane Ouattara
    Président
  • S.E. M. JEAN-MARIE KACOU GERVAIS
    Ministre des affaires étrangères
  • S.E. M. Laurent Gbagbo
    Président