Mexique

S.E. M. Marcelo Ebrard Casaubón, Ministre des affaires étrangères

22 septembre 2022

Résumé de la déclaration: 

M. MARCELO EBRARD CASAUBÓN, Ministre des affaires étrangères du Mexique, a rappelé que le contexte actuel était marqué par une sécurité sanitaire affaiblie par la pandémie, une menace alimentaire généralisée et une hausse des tensions géopolitiques entre les principales puissances.  Il a affirmé que la guerre en Ukraine présente un risque de catastrophe nucléaire et a une incidence sur la disponibilité des aliments et de l’énergie.  Il a noté que le Conseil de sécurité n’avait pas pu s’acquitter de son mandat, puisqu’il n’avait pas réussi à prévenir la guerre et faciliter les négociations.  Il a rappelé que, face à cette paralysie, une session extraordinaire d’urgence de l’Assemblée générale a été organisée, donnant lieu à l’adoption de la résolution ES-11/2.  Insistant néanmoins sur le fait que ces mesures étaient insuffisantes, il a proposé qu’un caucus de chefs d’États et de gouvernements appuie l’effort du Secrétaire général afin de créer un canal diplomatique complémentaire pour réduire les tensions et permettre une médiation.

Le Ministre a indiqué que le Mexique avait, depuis deux ans, soumis au Conseil des questions souvent délaissées, telles que la pauvreté, la corruption et l’inégalité comme facteurs sous-jacents des conflits, la santé mentale comme objectif incontournable de l’aide humanitaire et l’importance de la notion de masculinité pour prévenir la radicalisation et le terrorisme.  Il s’est aussi inquiété de la disponibilité des armes de petit calibre qui constituent une menace à la paix et à la sécurité internationales et a appuyé la résolution 2616 (2021) visant à respecter les embargos sur les armes à feux et à renforcer les capacités des autorités nationales à lutter contre le trafic et le détournement d’armes.

Poursuivant, M. Casaubón a exhorté à une réforme du Conseil de sécurité, notant que sa paralysie était liée à l’abus du droit de véto. Il a indiqué que le Mexique et la France continuaient de plaider pour que les membres permanents s’abstiennent de recourir au véto dans les situations d’atrocités de masse et invité les États qui ne l’ont pas encore fait à rejoindre cette initiative, qui est déjà soutenue par 106 États. Il a ensuite rappelé que l’Assemblée générale s’est réunie à deux reprises dans le cadre de l’application de la résolution 76/262 qui stipule que chaque fois qu’un véto est enregistré au Conseil de sécurité, l’Assemblée générale se réunisse rapidement pour discuter de la question.

M. Casaubón a ensuite regretté le manque de volonté politique, en particulier de la part des États dotés de l’arme nucléaire, pour parvenir à des accords permettant d’atteindre l’objectif du désarmement, déplorant que la Conférence des Parties chargée d’examiner le Traité sur la non-prolifération des armes nucléaires n’eût pas abouti à un texte alors que les menaces nucléaires sont particulièrement importantes.


Source

Déclaration

Vidéo

Pour changer de langue, veuillez ouvrir la vidéo en grand et cliquer sur les notes de musique en bas de l'écran.



Audio

Arabe | MP3

Chinois | MP3

Anglais | MP3

Français | MP3

Russe | MP3

Espagnol | MP3

Sessions précédentes

  • S.E. M. Enrique Peña Nieto
    Président
  • S.E. M. Luis Videgaray Caso
    Ministre des affaires étrangères
  • S.E. M. Enrique Peña Nieto
    Président
  • S.E. M. Enrique Peña Nieto
    Président
  • S.E. M. Enrique Peña Nieto
    Président
  • S.E. M. José Antonio Meade Kuribreña
    Ministre des affaires étrangères
  • S.E. M. Felipe Calderón Hinojosa
    Président
  • S.E. M. Felipe Calderón Hinojosa
    Président
  • S.E. M. Claude Heller
    Représentant permanent
  • S.E. Mme Patricia Espinosa Cantellano
    Secrétaire aux Affaires étrangères