Comores

S.E. M. Azali Assoumani, Président

22 septembre 2022

Comoros
Résumé de la déclaration: 

M. AZALI ASSOUMANI, Président de l’Union des Comores, a évoqué un moment « particulièrement délicat » de la vie de la communauté internationale, confrontée la pandémie de COVID-19 et l’invasion de l’Ukraine, qu’il a fermement condamnée, ainsi qu’à ses conséquences sur la sécurité alimentaire mondiale.  Balayant une série de questions internationales, il a appelé à la création d’un État palestinien et réaffirmé son soutien à la « marocanité du Sahara », appelant au dialogue entre Rabat et Alger.  Il a estimé que la Chine devait recouvrer sa souveraineté sur la « province chinoise de Taïwan ».  M. Assoumani a aussi noté que des perspectives nouvelles de dialogue s’ouvraient avec la France sur le dossier douloureux de la souveraineté sur « l’île comorienne de Mayotte ». 

Abordant la situation au Sahel, le Président a averti du risque de laisser s’installer un foyer tension offrant un terreau fertile au terrorisme international, s’inquiétant de l’évolution déjà constatée dans la Corne de l’Afrique, et réaffirmant le soutien de son pays au Mozambique.  « Ces groupes ne sont pas des musulmans, ce sont des terroristes! » a-t-il affirmé, estimant qu’ils étaient alimentés par les frustrations d’une jeunesse en mal d’avenir.  Il a rappelé aux grandes puissances que si leur appui était capital pour contribuer au développement économique et social des États menacés, cet appui devait aussi répondre aux aspirations des peuples bénéficiaires.  . 

M. Assoumani s’est inquiété des changements climatiques qui affectent particulièrement les petits États insulaires en développement qui doivent aussi affronter une série de phénomènes dangereux.  Il a notamment cité la piraterie, la pollution, la pêche illicite, le pillage des ressources maritimes, le trafic humain et le trafic de drogues, appelant à accorder la plus haute attention à ces questions. 

Le Président a affirmé que son pays avait renoué avec la paix et la stabilité depuis une vingtaine d’années, estimant que son salut résidait dans une société apaisée et de plus en plus inclusive.  Il s’est félicité de l’organisation d’un dialogue politique national en février dernier et déclaré que son pays collaborait étroitement avec les autorités régionales et internationales sur la question des droits humains qui constituait « une priorité nationale ».  Il a ensuite annoncé l’organisation, en décembre prochain, d’un séminaire de suivi à la Conférence des partenaires pour le développement des Comores, qui s’est tenue en France en 2019.


Source

Déclaration

Vidéo

Pour changer de langue, veuillez ouvrir la vidéo en grand et cliquer sur les notes de musique en bas de l'écran.



Audio

Arabe | MP3

Chinois | MP3

Anglais | MP3

Français | MP3

Russe | MP3

Espagnol | MP3

Sessions précédentes