Turquie

S.E. M. Recep Tayyip Erdoğan, Président

25 septembre 2018

Statement Summary: 

M. RECEP TAYYIP ERDOGAN, Président de la Turquie, a rappelé que les Nations Unies avaient beaucoup fait et beaucoup réussi au long des 73 années de leur existence, pour aussitôt ajouter qu’elles s’étaient au fil du temps éloignées des attentes de l’humanité en matière de paix et de bien-être.  Il s’en est pris au Conseil de sécurité, l’accusant de ne plus servir que les intérêts de ses cinq membres permanents dotés du droit de veto « en ignorant l’oppression dans le reste du monde », comme l’ont montré les massacres commis sous ses yeux en Bosnie, au Rwanda, en Somalie dans le passé, au Myanmar récemment et en Palestine aujourd’hui.  Face à ceux qui ne haussent pas la voix, « voire qui réduisent leur aide, encourageant ainsi le courage de leurs oppresseurs », la Turquie continuera de se placer aux côté des Palestiniens, a promis M. Erdoğan, qui a souligné une nouvelle fois la nécessité de réformer la structure et le fonctionnement du Conseil de sécurité: « le monde est plus grand que les Cinq », a-t-il lancé, affirmant en outre qu’il fallait rendre l’ONU plus efficace, mais ne pas limiter la réforme à celle de son budget.

Citant ensuite le poète mystique Djalāl ad-Dīn Muḥammad Balkhi, dit Rûmî, M. Erdoğan a insisté sur la nécessité pour les Nations Unies de promouvoir la justice, « qui apporte ordre et bonheur » dans le monde.  Parlant d’un « cercle de justice » aujourd’hui brisé, il a illustré ses propos en opposant l’égale richesse des 62 personnes les plus riches du monde et celle des 3,6 milliards les plus pauvres, mais aussi les 821 millions qui souffrent de la faim aux 672 millions d’obèses, ou encore en soulignant que la mortalité infantile en Afrique est neuf fois supérieure à celle de New York.

La Turquie apporte sa contribution à cette quête de justice par sa politique humanitaire mondiale, a ensuite expliqué M. Erdoğan, qui a cité l’accueil par son pays de « 4 millions de réfugiés, dont 3,5 millions de Syriens », et les services « sans comparaison dans le monde » qui leur sont apportés, pour un montant de 32 milliards de dollars, qu’il a comparés au 1,7 milliard d’euros et aux 600 millions de dollars reçus à ce jour par son pays de la part de l’Union européenne et d’organisations internationales.  Il a donc demandé un soutien « plus abondant et plus souple ».

Le Président a également mentionné l’assistance apportée dans la zone de désescalade d’Edleb en Syrie, ainsi que les efforts diplomatiques de la Turquie dans le conflit syrien, mentionnant les processus de Genève et d’Astana, la lutte contre Daech et contre le terrorisme.  Appelant à la coopération pour résoudre les conflits dans de multiples régions de monde, M. Erdoğan a également mis en avant les efforts de son pays, « devenu cette année le premier donateur d’assistance humanitaire dans le monde, et le sixième pour l’aide au développement ».

M. Erdoğan a aussi décrit les efforts de son pays en faveur de la médiation, notamment au sein de l’Organisation de la coopération islamique (OCI) ou de l’Alliance des civilisations, ainsi que pour lutter contre le racisme ou l’islamophobie, « notamment en Europe ».  Il s’est ensuite lancé dans une longue diatribe contre le terrorisme et en particulier l’organisation « FETÖ » (le mouvement Gülen), qu’il a rendu responsable de la tentative de coup d’État du 15 juillet 2016, avant de reprocher aux États-Unis et à l’Europe de « n’avoir pas compris le danger » et de les inviter à cesser de soutenir ce mouvement.

M. Erdoğan a fait part de son inquiétude face au risque de guerre commerciale, rappelant que de telles guerres avaient toujours, en tout temps, nui à l’humanité.  Alors que nous devrons travailler ensemble à réaliser les objectifs de développement durable du Programme de développement durable à l’horizon 2030, « personne ne veut voir le monde subir une nouvelle rupture économique », a-t-il affirmé, avant de dénoncer « certains pays qui cherchent de manière persistance à créer le chaos ».  Favorable à la libre circulation des biens et des personnes, la Turquie souhaite que les difficultés soient résolues par le biais du dialogue constructif, sur une base d’égalité, a plaidé le président.

Enfin, M. Erdoğan a appelé à la mise en place d’une « Organisation des Nations Unies de la jeunesse », en proposant qu’elle établisse son siège à Istanbul.  Il a conclu en rappelant que la troisième Assemblée mondiale des personnes âgées s’y tiendra le 10 décembre prochain.


Source

Déclaration

Vidéo

Français


Tribune


Audio

Arabe | MP3

Chinois | MP3

Anglais | MP3

Français | MP3

Russe | MP3

Espagnol | MP3

Langue originale | MP3

Sessions précédentes

  • S.E. M. Recep Tayyip Erdoğan
    Président
  • S.E. M. Recep Tayyip Erdoğan
    Président
  • S.E. M. Ahmet Davutoğlu
    Premier Ministre
  • S.E. M. Recep Ta yyip Erdoğan
    Président
  • S.E. M. Abdullah Gül
    Président
  • S.E. M. Ahmet Davutoğlu
    Ministre des affaires étrangères
  • S.E. M. Recep Tayyip Erdoğan
    Premier Ministre
  • S.E. M. Abdullah Gül
    Président
  • S.E. M. Recep Tayyip Erdoğan
    Premier Ministre