Swaziland

S.M. M. King Mswati III, Chef d'État

20 septembre 2017 (72e session)

Statement Summary: 

MSWATI III, Roi du Swaziland, a commencé par réitérer son souhait de voir l’Afrique représentée au Conseil de sécurité par un membre permanent.  Il a pressé à cet effet l’ONU « d’écouter la voix des millions d’Africains qui veulent contribuer au bien-être de la communauté internationale en tant que partenaire à part entière ».

Après cette entrée en matière, il s’est félicité des initiatives de l’ONU s’agissant du développement durable. Rappelant le thème de la session « Mettre l’accent sur les personnes: lutter pour la paix et une vie décente pour tous sur une planète durable », et pointant sa transversalité intrinsèque, il a expliqué que ces objectifs ne pourront être atteints qu’au prix d’une lutte acharnée contre la menace nucléaire et le terrorisme, mais aussi grâce à des décisions prises en toute transparence, après consultation avec tous.

Le Chef d’État a rappelé que le Swaziland s’était engagé à réaliser les objectifs de développement durable, au point de les intégrer dans sa Stratégie nationale de développement.  Rappelant à chacun qu’aucun pays n’est à l’abri des effets dévastateurs du réchauffement climatique, il est revenu sur la sécheresse qui a durement frappé son pays et toute l’Afrique australe en 2015 et en 2016.  S’il a remercié la communauté internationale pour son aide, il a toutefois réaffirmé la nécessité pour tous les États non seulement de contribuer au Fonds vert pour le climat mais aussi de trouver « le bon équilibre entre produire des produits essentiels et maintenir un environnement durable afin de préserver le monde pour les futures générations ».

Embrayant sur l’éducation, Mswati III s’est réjoui des progrès de son pays en matière de scolarisation.  Il a notamment indiqué que 97,7% des enfants étaient inscrits à l’école primaire en 2015, contre seulement 79,2% il y a 15 ans.  L’accent mis sur les orphelins et les jeunes les plus vulnérables grâce à de nombreux programmes a permis de scolariser davantage d’élèves mais aussi d’améliorer leur nutrition.  Ces objectifs destinés à « ne laisser personne sur le côté » sont alignés avec ceux du Programme 2030 et l’Agenda 2063 de l’Union africaine, a-t-il rappelé.

D’un point de vue socioéconomique, le Roi du Swaziland a expliqué comment son pays comptait sur le « dividende démographique » pour assurer son développement.  Un investissement dans la jeunesse qui passe, a-t-il expliqué, par la création des parcs d’innovation qui doteront les jeunes des compétences nécessaires pour accompagner le pays sur la voie du développement durable.  Rappelant que ces parcs étaient à la recherche de partenariats, il a enjoint le secteur privé à profiter de cette initiative.  Dans la même veine, il a évoqué la future « Université de l’innovation et de la technologie » qui permettra de créer une force de travail qualifiée, mais qui a besoin de l’appui de la communauté internationale pour « devenir réalité ».

Plus globalement, il a assuré que la lutte contre la famine, la pauvreté et les maladies était au cœur de la Stratégie nationale de développement, dans le sens où cette action conduit mécaniquement à la croissance économique et à la prospérité.  C’est ainsi que le pays a fait du combat contre le VIH/sida et le paludisme des priorités nationales.  « La charge virale a été réduite de 70% chez les adultes contaminés par le sida », s’est-il notamment félicité.  Il a par ailleurs souligné que son pays allait présider l’Alliance des présidents africains contre le paludisme.

Le Roi du Swaziland a conclu par un appel en faveur de l’entrée de la République de Chine de Taiwan aux Nations Unies, estimant que ce pays avait montré son attachement aux idéaux de l’ONU « de manière significative ».
 


Source

Déclaration

Vidéo

Français


Audio

Arabe | MP3

Chinois | MP3

Anglais | MP3

Français | MP3

Russe | MP3

Espagnol | MP3

Sessions précédentes