Soudan du Sud

S.E. M. Taban Deng Gai, Premier vice-président

23 septembre 2017 (72e session)

Statement Summary: 

M. TABAN DENG GAI, Premier Vice-Président du Soudan du Sud, a dit faire cette allocution au nom du Président du pays, M. Salva Kiir, expliquant que ce dernier n’avait pu faire le déplacement du fait de questions intérieures de la plus grande urgence. 

Rappelant que le Président Kiir avait proclamé 2017 « Année de paix et de prospérité », M. Deng Gai a déclaré que réaliser la paix était une œuvre de longue haleine et a ajouté que, pour son pays, la paix devrait passer par un processus qui requiert des efforts collectifs.  C’est pourquoi le Gouvernement de transition d’union nationale est engagé dans la mise en œuvre totale de l’Accord sur le règlement du conflit en République du Soudan du Sud (ARCSS), a-t-il affirmé.

Parmi les mesures prises dans ce sens, M. Deng Gai a indiqué que le Gouvernement tenait à faire respecter son engagement pour le respect du cessez-le-feu unilatéral annoncé par le Président en mai dernier.  De plus, avec le soutien de partenaires, le Gouvernement est engagé dans la mise en œuvre des aspects clefs des dispositions transitoires de sécurité, notamment la réforme du secteur de la sécurité, le cantonnement des forces et la formation de la police mixte intégrée, afin de démilitariser les communautés. 

Le Gouvernement de transition entend également mettre un terme aux conflits communautaires et a appelé à l’aide de la communauté internationale pour assurer le succès de cette initiative.  Le rôle des jeunes est ici crucial car ils peuvent être à la fois des agents ou des obstacles de la paix, a expliqué M. Deng Gai en relevant que ce sont ces jeunes qui sont incités par leur communauté à voler le bétail et procéder à des enlèvements d’enfants. 

Le Premier Vice-Président a aussi souligné le rôle central que jouent les femmes en faveur de la consolidation de la paix au Soudan du Sud.  « Nous sommes optimistes pour un retour de la paix », a-t-il affirmé, en notant que des réfugiés et des déplacés retournaient de plus en plus volontairement dans leur village et que des signes de coexistence pacifique étaient visibles au sein des communautés.  Il a assuré que le Gouvernement sud-soudanais était ouvert aux conseils des partenaires externes, mais leur a demandé en retour de reconnaitre les progrès accomplis et de démontrer un certain sens du respect et de la confiance.  Il a averti qu’une approche de confrontation de la part de la communauté internationale risquait de créer une mentalité de siège de la part des Sud-Soudanais.

Le Vice-Président a en outre salué les avancées de l’initiative de dialogue nationale du Président Kiir.  Parmi les progrès que le Gouvernement a faits, il a cité la libération de prisonniers, dont des journalistes, l’ouverture du Comité directeur à toutes les parties prenantes du pays, les contacts avec les dirigeants de l’opposition et la déclaration unilatérale de cessation des hostilités.  Il a rappelé que son pays avait accueilli récemment une réunion du conseil des ministres de l’Autorité intergouvernementale pour le développement (IGAD) dans le but de revitaliser la mise en œuvre de l’Accord de paix.  Il a salué les bonnes relations entretenues par le Soudan du Sud avec ses principaux voisins, soulignant que son pays dépend de ces relations pour relancer et augmenter la production de pétrole, construire et maintenir des routes et fournir de l’électricité aux localités situées aux frontières.

Au sujet d’Abyei, M. Deng Gai a réaffirmé que son gouvernement était prêt à mettre en œuvre la proposition faite le 21 septembre 2012 par le Groupe de mise en œuvre de haut niveau de l’Union africaine.  Il a dit espérer que le Soudan et son pays reprendraient bientôt leur coopération en vue de la pleine mise en œuvre de ladite proposition. 

M. Deng Gai a aussi affirmé que son gouvernement collabore avec la Mission des Nations Unies au Soudan du Sud (MINUSS) et facilite le déploiement de la Force régionale de protection.  Il a par ailleurs assuré que son gouvernement travaillait à assurer l’accès humanitaire à ceux qui en ont besoin.  Il a souhaité que les efforts humanitaires soient accompagnés de mesures visant le développement, selon une approche équilibrée et nouvelle.  Il a souligné que les efforts en faveur du retour à la paix au Soudan du Sud ne seraient couronnés de succès que si les acteurs politiques continuaient de respecter le cessez-le-feu que le Président a déclaré en début d’année. 

Élargissant le débat, M. Deng Gai a estimé que les progrès au Soudan du Sud ne seraient possibles que si les Nations Unies connaissaient elles-mêmes des progrès en ce qui concerne la réforme du Conseil de sécurité, dont « la composition et les fonctions ne reflètent pas les réalités du XXIe siècle ».  Il a conclu en affirmant que les progrès du Soudan du Sud devaient être le fais des Sud-Soudanais eux-mêmes, et que les solutions devaient être locales si l’on voulait que les résultats obtenus soient durables.
 


Source

Déclaration

Vidéo

Français


Audio

Arabe | MP3

Chinois | MP3

Anglais | MP3

Français | MP3

Russe | MP3

Espagnol | MP3

Sessions précédentes