Saint-Kitts-et-Nevis

S.E. M. Mark Anthony Brantley, Ministre des affaires étrangères

23 septembre 2017 (72e session)

Statement Summary: 

M. MARK ANTHONY BRANTLEY, Ministre des affaires étrangères et de l’aviation de Saint-Kitts-et-Nevis, a axé son intervention sur la notion de « Planète durable ».  Rappelant que les peuples des Caraïbes ont été victimes de deux ouragans de catégorie 5 au cours des deux dernières semaines, y compris dans une moindre mesure le sien, le Ministre a évoqué l’étendue des dégâts à la fois en termes de vies humaines et d’infrastructures, de maisons détruites, de champs dévastés et d’années de développement perdues.  Il s’est attardé sur le cas d’Antigua-et-Barbuda et de la Dominique, deux petits États particulièrement touchés par ces ouragans, avant d’exhorter le monde à les traiter comme des catastrophes dues à l’homme et non pas comme de simples catastrophes naturelles.

« La science est irréfutable », et aujourd’hui, plus que jamais, nous sommes témoins de l’urgence de limiter les émissions de gaz à effet de serre et de toute autre action qui pourrait aggraver les effets des changements climatiques qui « représentent une menace existentielle pour les Caraïbes », a martelé le Ministre.  À l’instar d’autres pays de la région, il a rappelé que les Caraïbes comptent parmi les zones les plus durement frappées par les effets des changements climatiques alors même que les pays de la région ne contribuent que très peu aux émissions de gaz à effet de serre.   Par conséquent, Saint-Kitts-et-Nevis exige de la part des plus grands pollueurs de « payer la facture » et demande au monde de s’engager résolument sur la voie des énergies renouvelables et de renforcer la résilience aux aléas du climat partout dans le monde.

M. Brantley a également lancé un appel à la communauté des nations pour mobiliser les ressources nécessaires à la reconstruction rapide des pays victimes des ouragans Irma et Maria.

Par ailleurs, le Ministre a condamné « l’approche stérile » des évaluations se basant sur le PIB par habitant utilisée par les organismes internationaux pour classer les petits États insulaires en développement dans la catégorie des pays à revenu intermédiaire ou élevé, ce qui les empêche d’accéder à l’aide au développement et aux financements abordables.  C’est tout particulièrement pénalisant dans le contexte actuel où ces pays doivent débloquer des ressources pour financer leur reconstruction, a expliqué le Ministre, pour qui il s’agit d’une véritable tragédie.  Il a donc proposé qu’un index de vulnérabilité soit mis au point et intégré dans la matrice qui régit l’accès à l’aide au développement.  À défaut, M. Brantley redoute de voir les peuples des Caraïbes devenir des réfugiés climatiques.

Le Ministre a aussi mis l’accent sur la jeunesse et la nécessité de lui proposer des options et opportunités viables en termes d’emploi et d’avancement socioéconomique.  Pour lui, il ne saurait y avoir de développement durable sans mettre un accent particulier sur ce segment de la population.  Avant de conclure, il a plaidé en faveur de l’admission de Taiwan aux Nations Unies et de la levée de l’embargo sur Cuba.
 


Source

Déclaration

Vidéo

Français


Audio

Arabe | MP3

Chinois | MP3

Anglais | MP3

Français | MP3

Russe | MP3

Espagnol | MP3

Sessions précédentes

  • S.E. M. Timothy Harris
    Premier Ministre
  • S.E. M. Timothy Harris
    Premier Ministre
  • S.E. M. Timothy Harris
    Premier Ministre
  • S.E. M. Patrice Nisbett
    Ministre des affaires étrangères
  • S.E. M. Denzil Douglas
    Premier Ministre
  • S.E. M. Denzil Douglas
    Premier Ministre
  • S.E. M. Sam Terrence Condor
    Ministre des affaires étrangères
  • S.E. M. Sam Condor
    Vice-Premier Ministre
  • S.E. M. Denzil Douglas
    Premier Ministre