Italie

S.E. M. Paolo Gentiloni, Président du Conseil

20 septembre 2017 (72e session)

Italy
Statement Summary: 

M. PAOLO GENTILONI, Président du Conseil des ministres de l’Italie, a commencé par rappeler que, ces deux dernières années, l’Union européenne a été contrainte de faire face aux plus grands défis depuis l’après-guerre.  Mais aujourd’hui, j’ai la profonde conviction qu’un nouvel élan européen est là, porteur d’un projet qui renforce le rôle de l’Union dans le monde, inspiré par le multiculturalisme, le libre-échange et le respect de l’état de droit, a confié le Président.  Ce que l’Italie veut, a-t-il précisé, c’est de reconstruire une Europe qui peut, une nouvelle fois, offrir au monde un exemple de solidarité, de progrès, de prospérité et d’efficacité.  Pour l’Italie, le développement de l’intégration sociale, économique et politique et la lutte contre la pauvreté et la marginalisation veulent dire aussi, contribuer à une gestion plus efficace des migrations. 

Nous devons répondre avec compassion, intelligence et vision à la réalité des mouvements de populations considérables, a-t-il ajouté.  L’Italie est et entend rester un pays d’accueil, consciente du lien inévitable entre les principes de solidarité et la sécurité.  Mais, a prévenu le Président, pour consolider notre action, il nous faut une réponse globale au phénomène migratoire qui a commencé dans l’Union européenne et qui s’étend à la communauté internationale dans son ensemble.  Nous devons, a-t-il voulu, trouver des solutions à long terme à un défi qui, a-t-il affirmé, non seulement nous touche mais aussi chaque pays et les futures générations.

L’Italie participe donc activement aux négociations sur les futurs pactes mondiaux relatifs aux migrations et aux réfugiés.  La proposition italienne de traiter ensemble du phénomène migratoire se base sur trois piliers: investir, protéger et valoriser.  Il faut, s’est expliqué le Président, investir dans l’appui aux pays d’origine et de transit, protéger les migrants et les réfugiés les plus vulnérables et valoriser les aspects positifs et les opportunités de la migration.  L’Italie est déjà promotrice d’un vrai partenariat avec les pays africains car « l’avenir de l’Europe est en Afrique ».  C’est en investissant en Afrique que nous pourrons répondre aux causes profondes de la migration et surtout aux inégalités économiques et démographiques.

Compte tenu de sa géographie et de son histoire, l’accent que place l’Italie sur une gestion responsable et solidaire des mouvements des personnes s’accompagne d’un accent tout aussi important sur la sécurité, la stabilité, le développement durable et la croissance dans la région de la Méditerranée et sur le continent africain dans son ensemble.  C’est dans cette perspective que s’inscrit la lutte contre le terrorisme et l’extrémisme violent, a expliqué M. Gentiloni.  L’Italie est un partenaire actif de la Coalition mondiale contre Daech mais la lutte contre le terrorisme exige une force multidimensionnelle tirant parti de chaque outil de la coopération internationale, dont les initiatives contre l’utilisation d’Internet et des médias sociaux par les terroristes et contre leur financement.

Personne ne peut y arriver seul, a prévenu le Président.  Il faut une collaboration entre les États et toutes les parties prenantes régionales.   La Libye, a-t-il poursuivi, est la clef pour rétablir la Méditerranée centrale dans son rôle historique de moteur de la civilisation, de la paix et de la sécurité.  Il a donc appuyé le Président Serraj et les institutions prévues par l’Accord politique libyen.  Il faut, a-t-il poursuivi, aider les communautés libyennes à se développer par des investissements qui offrent des alternatives aux trafics illicites.  Il faut travailler avec le HCR et l’OIM pour améliorer les processus d’enregistrement et de rapatriement des migrants. 

Le Président a aussi parlé de la Syrie et appuyé les efforts de l’Envoyé spécial, M. Staffan de Mistura.  Dans son tour du monde, il a voulu que le dossier sur le nucléaire iranien reste « une success story ».  Il a réitéré l’engagement de son pays en faveur du Programme 2030 et appuyé fermement les plans de réforme du Secrétaire général.

Le Président du Conseil des ministres a également parlé des changements climatiques, faisant savoir que l’Italie axera sa politique de coopération pour le développement sur des stratégies d’adaptation et d’atténuation des effets des changements climatiques.
 


Source

Déclaration

Vidéo

Français


Tribune


Audio

Arabe | MP3

Chinois | MP3

Anglais | MP3

Français | MP3

Russe | MP3

Espagnol | MP3

Langue originale | MP3

Sessions précédentes

  • S.E. M. Giuseppe Conte
    Président du Conseil
  • S.E. M. Matteo Renzi
    Président du Conseil
  • S.E. M. Matteo Renzi
    Premier Ministre
  • S.E. M. Matteo RENZI
    Premier Ministre
  • S.E. M. Enrico Letta
    Premier Ministre
  • S.E. M. Mario Monti
    Premier Ministre
  • S.E. M. Franco Frattini
    Ministre des affaires étrangères
  • S.E. M. Franco Frattini
    Ministre des affaires étrangères
  • S.E. M. Silvio Berlusconi
    Président du Conseil