Géorgie

S.E. M. Giorgi Kvirikashvili, Premier Ministre

21 septembre 2017 (72e session)

Georgia
Statement Summary: 

M. GIORGI KVIRIKASHVILI, Premier Ministre de la Géorgie, a d’abord présenté ses condoléances aux pays meurtris par les récents désastres climatiques, soulignant que le risque environnemental menace tout le monde, y compris son propre pays.

Enchaînant sur la question intérieure, le Premier Ministre a longuement expliqué la stratégie nationale de la Géorgie qui, a-t-il indiqué, place les citoyens géorgiens au centre.  Égrenant les progrès du pays dans nombre de classements internationaux, il a souligné que la Géorgie était passée en 25 ans d’un pays bénéficiaire d’aides à un pays en tête sur le plan des réformes, que ce soit en matière de lutte contre la corruption, de la justice, des droits fonciers, de la politique, de l’éducation, ou encore des taxes.  Les changements dans tous ces domaines sont loin d’être « cosmétiques », et sont au contraire destinés à mieux intégrer la Géorgie au reste du monde, a-t-il indiqué, estimant que cette volonté de respecter les plus hauts standards internationaux témoigne, à son sens, de l’aspiration des Géorgiens à se rapprocher de l’Europe et de l’OTAN.

Soucieux de profiter de sa position géographique, la Géorgie souhaite jouer un rôle de pivot entre l’est et l’ouest, a poursuivi M. Kvirikashvili.  Un objectif qui passe, a-t-il ajouté, par une modernisation des infrastructures, seule garante de services efficaces, d’une attractivité touristique et d’une bonne logistique.  « Nous y voyons un moyen puissant de créer de l’emploi et de faire reculer la pauvreté », a-t-il indiqué.  Revenant sur les accords de libre-échange passés avec l’Europe et la Chine, il s’est réjoui des promesses de développement qui découleront de ces partenariats.

Le Premier Ministre a cité quelques grands chantiers comme le projet de ligne Bakou-Tbilisi-Kars qui relierait l’Asie et l’Europe en passant par la Géorgie, ou le nouveau port d’Anaklia sur la mer Noire qui sera opéré par une « compagnie américaine renommée ».  « La Géorgie est désormais à moins de 10 jours de l’Asie de l’Est et à 5 jours de n’importe quel point de l’Europe », s’est-il félicité, voyant dans ces achèvements la preuve du lien entre stabilité économique et pacification régionale.

À ce titre, il a pointé l’attitude de la Russie qui, selon lui, « continue d’occuper des régions historiques du territoire souverain de la Géorgie en violation de ses obligations internationales ».  Citant l’Abkhazie et « l’Ossétie-du-Sud-Alanie », il a dénoncé la manière dont la Russie tenterait de mettre en œuvre des « traités d’intégration » et des accords pour absorber ces régions occupées.

Poursuivant ses récriminations, il a ensuite vertement critiqué le renforcement des frontières par la Russie qui, a-t-il accusé, use de tranchées, de barbelés et de signes frontaliers pour séparer ces régions du reste de la Géorgie.  Selon lui, ce sont les plus faibles des citoyens qui souffrent de cette situation: des malades ayant besoin de soins médicaux et des écoliers souhaitant étudier dans leur langue maternelle auraient ainsi été retenus en différents points frontaliers.

Faisant référence aux différentes résolutions prises par l’Assemblée générale pour garantir le retour des déplacés et des réfugiés dans les régions occupées, il a regretté que ce ne soit pas le cas dans son pays parce qu’« un membre des Nations Unies refuse de se conformer à ses obligations internationales ».  Rappelant que la Géorgie reste fermement attachée à un règlement pacifique de ce conflit et qu’elle respecte le cessez-le-feu négocié suite à la médiation européenne, le Premier Ministre a regretté que la Russie n’ait pas fait de même, et a appelé la communauté internationale à appuyer une rapide résolution pacifique de ce conflit et à apporter son soutien à l’intégrité territoriale de la Géorgie.

Malgré ses propres défis, la Géorgie demeure, selon M. Kvirikashvili, un acteur majeur de la sécurité euro-atlantique.  Décrivant notamment le partenariat stratégique passé avec les États-Unis comme « clef pour son développement et sa sécurité », il a exprimé le souhait d’approfondir ces liens.  Rappelant que son pays continue de participer aux opérations internationales comme en Afghanistan, en République centrafricaine et au Mali, il a par ailleurs souligné que la Géorgie était devenue membre de la coalition mondiale pour vaincre l’EIIL et s’impliquait fortement dans la lutte contre le terrorisme.
 


Source

Déclaration

Vidéo

Français


Audio

Arabe | MP3

Chinois | MP3

Anglais | MP3

Français | MP3

Russe | MP3

Espagnol | MP3

Sessions précédentes