Pologne

S.E. M. Andrzej Duda, Président

20 septembre 2016 (71e session)

Statement Summary: 

M. ANDRZEJ DUDA, Président de la Pologne, a affirmé que les trois piliers du développement durable sont la responsabilité, la solidarité et la justice.  La responsabilité, c’est la prise de conscience que l’histoire ne commence ni ne finit avec nous, mais qu’elle est formée de la succession « des générations, des destins et des engagements ».  Un développement responsable, c’est dès lors celui qui tient compte de la continuité intergénérationnelle, comme le passage sans heurts de la flamme olympique d’une main à une autre.  C’est l’une des raisons pour lesquelles le Gouvernement polonais s’est lancé dans un programme ambitieux visant à améliorer les conditions de vie des enfants polonais, a dit M. Duda.  Il a également prévenu des dangers posés aux générations futures par les changements climatiques.  Aussi le Chef d’État a-t-il été heureux d’annoncer que la Pologne s’est engagée dans le processus de ratification de l’Accord de Paris et des amendements de Doha.

Le deuxième pilier du développement durable, c’est la solidarité, a poursuivi le Président, pour qui ce concept est cher au cœur du peuple polonais, qui a mené, grâce à un mouvement social de large ampleur il y a 25 ans, une transformation politique pacifique et qui a rejeté « un système fondé sur le mensonge et l’esclavage ».  Aujourd’hui, a-t-il assuré, son pays s’emploie à faire preuve de solidarité tant au niveau national qu’au niveau international, notamment au Moyen-Orient et en Europe orientale.

Concluant en évoquant le troisième pilier, à savoir la justice, M. Duda a déclaré qu’un ordre mondial juste et équitable, c’est un ordre dans lequel le développement durable peut profiter à tous, dans le respect des droits de l’homme et des lois souveraines des nations.  Il a dénoncé le fait que, dans de nombreuses régions du monde, la liberté est bafouée par des « systèmes politiques oppressants ».  Il s’est ainsi élevé contre les souffrances infligées aux chrétiens, « assassinés au nom du fanatisme religieux ».  Le monde, a lancé le dirigeant, doit réagir au phénomène du « génocide motivé par la religion ».  C’est la raison pour laquelle il s’est dit satisfait par l’importance accordée dans le Programme de développement durable à l’horizon 2030 à la protection des droits de l’homme.

 


Source

Déclaration

Vidéo

Français


Tribune


Audio

Arabe | MP3

Chinois | MP3

Anglais | MP3

Français | MP3

Russe | MP3

Espagnol | MP3

Langue originale | MP3

Sessions précédentes