Islande

S.E. Mme Lilja Dögg Alfreðsdóttir, Ministre des affaires étrangères

24 septembre 2016 (71e session)

S.E. MelleLilja Dögg Alfreðsdóttir

UN Photo / Téléchargement

Résumé de la déclaration : 

Mme LILJA DÖGG ALFREÐSDÓTTIR, Ministre des affaires étrangères et du commerce extérieur de l’Islande, a fait le parallèle entre les Islandais, un quart de la population de l’époque, qui ont émigré au Canada et aux États-Unis au XIXe siècle pour y construire une vie meilleure, et les millions de personnes déplacées d’aujourd’hui, qui ont quitté leurs foyers pour échapper aux conflits et aux catastrophes. 

Face à la crise humanitaire actuelle sans précédent, « nous devons tous répondre présent ».  L’Islande, un pays de 330 000 personnes, a contribué à la fois financièrement aux efforts des institutions pertinentes mais aussi en accueillant plus de 100 réfugiés syriens en 2016, ce qui correspondrait proportionnellement à 100 000 réfugiés pour un pays comme les États-Unis, a précisé la Ministre.

Même si le Moyen-Orient et l’Afrique sont les plus touchés par le terrorisme et l’extrémisme violent, aucun pays n’est à l’abri et le terrorisme est de retour en Europe, a-t-elle noté.  La portée et la complexité de cette menace sont énormes et il faut agir ensemble en tant que communauté internationale. 

Pour cela, il faut commencer par améliorer la coordination au sein des Nations Unies, a estimé la Ministre, soulignant la nécessité de contrecarrer les narratives et idéologies extrémistes et d’identifier les moteurs internes et externes de l’extrémisme violent et du terrorisme en associant les femmes à toutes les étapes de ce combat. 

Pour elle, l’éducation est une condition préalable à la bonne gouvernance.  « Si les gens ne connaissent pas leurs droits, ne savent pas comment avoir accès à la justice et ne comprennent pas les points de vue des autres, il sera très difficile de construire des sociétés inclusives et pacifiques. »  Fort de ce principe, l’éducation est devenue l’un des piliers de la coopération en matière de développement de l’Islande. 

La Ministre a également regretté que les droits de l’homme des femmes restent toujours à la traîne dans de nombreux pays et que les femmes restent sous représentées dans les sphères politiques, puisqu’elle même fait partie de la poignée de 30 ministres des affaires étrangères femmes dans le monde. 

Allant plus loin dans son propos, la Ministre a souligné que pour avoir des sociétés résilientes et saines, il faut veiller au respect et intérêts de tous, y compris les femmes, les groupes minoritaires et les lesbiennes, gays, bisexuels et transgenres.

Activement engagée dans la mise en œuvre des cadres nécessaires à la traduction des objectifs de développement durable dans le contexte national, l’Islande va soumettre son évaluation nationale d’ici deux ans, a annoncé la Ministre.  Elle a également précisé qu’elle avait soumis l’instrument de ratification de l’Accord de Paris cette semaine.


Source

Déclaration

Vidéo

Français

Audio

Arabe | Téléchargement

Chinese | Téléchargement

Anglais | Téléchargement

Français | Téléchargement

Russe | Téléchargement

Espagnol | Téléchargement

Original language | Téléchargement

Sessions précédentes

  • S.E. M. Gudlaugur Thór Thórdarson
    Ministre des affaires étrangères
  • S.E. M. Gunnar Bragi Sveinsson
    Ministre des affaires étrangères
  • S.E. M. Gunnar Bragi Sveinsson
    Ministre des affaires étrangères
  • S.E. M. Gunnar Bragi Sveinsson
    Ministre des affaires étrangères
  • S.E. M. Össur Skarphéðinsson
    Ministre des affaires étrangères
  • S.E. M. Össur Skarphéðinsson
    Ministre des affaires étrangères
  • S.E. M. Össur Skarphéðinsson
    Ministre des affaires étrangères
  • S.E. M. Össur Skarphéðinsson
    Ministre des affaires étrangères