Allemagne

S.E. M.  Frank-Walter Steinmeier, Ministre des affaires étrangères

23 septembre 2016 (71e session)

S.E. M. Frank-Walter Steinmeier

UN Photo / Téléchargement

Résumé de la déclaration : 

M. FRANK-WALTER STEINMEIER, Ministre des affaires étrangères de l’Allemagne, a estimé que la communauté internationale était face à un choix entre, d’un côté, l’isolationnisme et, de l’autre, l’action commune pour trouver des solutions diplomatiques aux crises affectant le monde actuel.  « Soit nous nous regardons le nombril, soit nous partageons les responsabilités », a-t-il résumé, mettant en garde les États Membres, dans le premier cas, contre un retour en arrière.

M. Steinmeier a ajouté que les États-Unis, en particulier, auraient également à faire un choix dans six semaines, lors de la prochaine élection présidentielle du pays, entre « le retrait de la scène internationale » et la « responsabilité partagée pour un avenir meilleur ».  Ce choix, a-t-il dit, aura un « impact significatif » sur le reste de la communauté internationale.

S’agissant de la crise en Syrie, le Ministre a appelé les États Membres à soutenir l’idée d’un cessez-le-feu temporaire, estimant que l’armée du régime syrien devait en priorité interrompre ses raids aériens pour y parvenir.  Il a ainsi dénoncé le fait que, au moment même où le Conseil de sécurité se réunissait mardi pour essayer de sauvegarder l’accord de cessation des hostilités conclu entre les États-Unis et la Fédération de Russie le 9 septembre dernier, l’aviation de Bashar Al-Assad bombardait la ville d’Alep.  « Nous ne pouvons pas tolérer qu’un pays menace la sécurité de toute sa région », a-t-il ajouté, dénonçant également les puissances extérieures qui tentent d’instrumentaliser ce conflit pour « redessiner la carte du Moyen-Orient ».

M. Steinmeier a rappelé que son pays était un des plus importants pourvoyeurs de fonds destinés à l’aide humanitaire en Syrie et ailleurs.  Il a également ajouté que l’Allemagne accueillait de nombreux réfugiés syriens et tentait de leur fournir une éducation pour faciliter leur intégration économique.  À ce titre, le dirigeant allemand s’est félicité des idées avancées, cette semaine, lors du Sommet sur les déplacements massifs de réfugiés et de migrants.

Concernant le volet sécuritaire, le Ministre des affaires étrangères a dit qu’il travaillait sans relâche avec l’Ukraine et la Fédération de Russie pour trouver une solution à la situation ukrainienne.  « Sans cessez-le-feu on ne pourra pas aller de l’avant », a-t-il estimé sur ce point, appelant les parties au respect des accords de Minsk.  Il a également appelé à durcir les mesures de contrôle des armes en Europe pour accroître la sécurité, aussi bien à l’ouest qu’à l’est du continent.

M. Steinmeier a enfin rappelé que l’Allemagne serait candidate à un poste de membre non permanent du Conseil de sécurité pour la période 2019-2020 pour faire valoir sa vision au sein du Conseil.  Il a demandé à la communauté internationale d’appuyer cette candidature.  « C’est pour les générations futures que nous devons travailler, et nous allons devoir prendre des décisions maintenant », a conclu le Ministre allemand.


Source

Déclaration

Vidéo

Français

Audio

Arabe | Téléchargement

Chinese | Téléchargement

Anglais | Téléchargement

Français | Téléchargement

Russe | Téléchargement

Espagnol | Téléchargement

Original language | Téléchargement

Sessions précédentes

  • S.E. M. Sigmar Gabriel
    Ministre des affaires étrangères
  • S.E. M. Frank-Walter Steinmeier
    Ministre des affaires étrangères
  • S.E. M. Frank-Walter Steinmeier
    Ministre des affaires étrangères
  • S.E. M. Guido Westerwelle
    Ministre des affaires étrangères
  • S.E. M. Guido Westerwelle
    Ministre des affaires étrangères
  • S.E. M. Guido Westerwelle
    Ministre des affaires étrangères
  • S.E. M. Guido Westerwelle
    Vice-chancellier
  • S.E. M. Thomas Matussek
    Président