Venezuela (République bolivarienne du)

S.E. M. Nicolás Maduro Moros, Président

29 septembre 2015 (70e session)

Statement Summary: 

M. NICOLÁS MADURO MOROS, Président du Venezuela, a salué « l’aboutissement de la bataille menée par nos peuples pour mener une vie de dignité et ouvrir la voie à un monde qui respecte leur identité plurielle ».  Il y a 200 ans, a-t-il rappelé, Simón Bolivar avait défini une politique anticoloniale et anti-impérialiste.  À l’Assemblée générale vendredi dernier, le pape François lui-même avait plaidé pour un monde de paix, de coexistence et d’égalité.

Après 70 ans, a insisté M. Maduro Moros, la Charte des Nations Unies reste d’actualité.  Pour lui, elle doit garantir le droit à l’autodétermination et à l’indépendance de tous les peuples du monde.  Il a évoqué la guerre froide et ses séquelles et le passage d’un « monde bipolaire de la confrontation » à un « monde unipolaire, qui impose une pensée unique ».  Le néolibéralisme a semé derrière lui la misère pour les peuples du Sud.  Le temps est venu d’un monde multipolaire, un monde d’égaux qui respecte les peuples et reconnaisse les nouveaux régionalismes, a martelé le Président.

Le Venezuela a ouvert « une voie rebelle et révélatrice », s’est félicité le Président.  On n’a pas le droit de juger les régimes d’autres pays, a-t-il dit.  En Iraq, en Afghanistan et en Libye, a-t-il dit, « on a détruit un peuple stable ».  Le Venezuela pense que le système des Nations Unies a les moyens d’arrêter la tragédie humanitaire en Syrie, a déclaré le Président Maduro Moros.

Seule la paix peut garantir la viabilité du Programme à l’horizon 2030 et la viabilité des relations internationales, a poursuivi M. Maduro Moros.  «  En Amérique latine et dans les Caraïbes, on est en train de définir un nouveau régionalisme » et de consolider l’union dans la diversité, s’est–il félicité.  Selon lui, « c’est une clameur qu’il faut entendre ».  Dans cet esprit, il a salué la reprise des relations diplomatiques entre Cuba et les États-Unis et souhaité que les relations entre ce pays et les gouvernements de la région « portent le sceau du dialogue et du respect ». 

Le Président vénézuélien a estimé qu’il faudrait rendre à Panama le canal de Panama et à Cuba le territoire de Guantanamo.  De même, le Royaume-Uni devrait prendre la décision de venir à la table des négociations pour examiner le droit de l’Argentine sur les îles Malouines.

En conclusion, M. Maduro Moros a souligné les défis auxquels fait face le Venezuela « dans l’édification d’un modèle social et économique » humaniste.  Il a demandé au monde d’être attentif à toute ambition visant à enfreindre la volonté politique de son pays à l’approche des élections parlementaires.


Source

Déclaration

Vidéo

Français


Tribune


Audio

Arabe | MP3

Chinois | MP3

Anglais | MP3

Français | MP3

Russe | MP3

Espagnol | MP3

Langue originale | MP3

Sessions précédentes

  • S.E. M. Nicolás Maduro Moros
    Président
  • S.E. M. Jorge Arreaza Montserrat
    Ministre des affaires étrangères
  • S.E. Mme Delcy Eloína Rodríguez Gómez
    Ministre des affaires étrangères
  • S.E. M. Nicolás Maduro Moros
    Président
  • S.E. M. Elías J. Jaua Milano
    Ministre des affaires étrangères
  • S.E. M. Jorge Valero Briceño
    Représentant permanent
  • S.E. M. Nicolás Maduro Moros
    Ministre des affaires étrangères
  • S.E. M. Jorge Valero Briceño
    Président
  • S.E. M. Hugo Rafael Chávez Frías
    Président