Soudan

S.E. M. Ibrahim Ahman 'Abd al-Aziz Ghandour, Ministre des affaires étrangères

2 Octobre 2015 (70e session)

Statement Summary: 

M. IBRAHIM AHMED GHANDOUR, Ministre des affaires étrangères du Soudan, a déclaré que son pays avait prêté une attention particulière aux négociations intergouvernementales ayant abouti à l’adoption du programme de développement pour l’après 2015.  Le Soudan réaffirme ainsi sa détermination à atteindre les objectifs inscrits dans ce document, en renforçant le processus de paix et en promouvant la stabilité et le développement économique, en dépit des sanctions économiques unilatérales qui le frappe, a-t-il assuré.  Le Ministre a également déclaré que son pays avait placé de grands espoirs après la signature de l’Accord de paix global en 2005 et la signature de l’Accord de paix de Doha en 2011. Le Soudan avait souhaité qu’en application de ces accords, une attention serait accordée aux problèmes économiques auxquels il est confronté, en particulier la question de la dette extérieure qui mine ses capacités de développement.  Il avait également espéré un traitement identique à celui accordé à d’autres pays sortant d’un conflit.  Mais en dépit de tous les efforts entrepris par le pays en faveur de la paix et la stabilité, le Soudan a subi des pressions sans fin, des  sanctions, le boycottage ou encore des mesures coercitives unilatérales, politiquement motivées et sans aucune justification légale, a-t-il dit.

Le Soudan a fait des progrès significatifs, notamment en matière de lutte contre la pauvreté, dans le domaine de l’éducation, de l’égalité entre les sexes. Le Soudan a également renforcé les valeurs de démocratie et de bonne gouvernance, comme en témoignent les élections parlementaires transparentes qui se sont tenues en avril dernier, ou encore l’initiative de dialogue national inclusif lancée en janvier 2014, à laquelle avaient participé plus de 87 parties pour discuter des questions de paix, de pauvreté, de politique internationale ou de libertés fondamentales et de droits de l’homme.  Le Soudan a également fait des progrès en matière de droits de l’homme, avec notamment l’adoption d’une stratégie nationale, aujourd’hui mise en œuvre par toutes les administrations du pays.  Le Soudan coopère par ailleurs pleinement avec tous les mécanismes des Nations Unies, dont l’Expert indépendant sur la situation des droits de l’homme au Soudan, l’Examen périodique universel et avec tous les envoyés spéciaux du Secrétaire général.  Il combat aussi le crime transfrontalier.  Il a ainsi signé plusieurs accords bilatéraux avec les pays voisins,  la Libye, le Tchad, la République centrafricaine et le Soudan du Sud, dans le but de mieux lutter contre la criminalité organisée, le trafic d’armes et la traite des personnes, a encore assuré M. Ghandour.

Le Soudan est en revanche opposé à toute tentative de récupération politique du droit international.  La relation entre le Conseil de sécurité et la Cour pénale internationale en est un exemple, a-t-il dit, en affirmant que cette relation était devenue un outil pour cibler exclusivement les dirigeants africains.  Or, le monde ne pourra pas changer sans un ordre international juste, équitable et universellement acceptable, a prévenu le Ministre.  Le système international actuel ne peut plus être maintenu, alors que le monde s’est considérablement transformé.  C’est pour cette raison que le Soudan appelle à une réforme structurelle des Nations Unies et du Conseil de sécurité qui intègre une représentation équitable de tous les pays, a conclu M. Ghandour. 


Source

Déclaration

Vidéo

Français


Tribune


Audio

Arabe | MP3

Chinois | MP3

Anglais | MP3

Français | MP3

Russe | MP3

Espagnol | MP3

Langue originale | MP3

Sessions précédentes

  • S.E. M. Eldirdiri Mohamed Ahmed
    Ministre des affaires étrangères
  • S.E. M. Ibrahim Ahmed Abdelaziz Ghandour
    Ministre des affaires étrangères
  • S.E. M. Ibrahim Ahmed Abd al-Aziz Ghandour
    Ministre des affaires étrangères
  • S.E. M. Ali Ahmed Karti
    Ministre des affaires étrangères
  • S.E. M. Ali Ahmed Karti
    Ministre des affaires étrangères
  • S.E. M. Ali Ahmed Karti
    Ministre des affaires étrangères
  • S.E. M. Ali Ahmed Karti
    Ministre des affaires étrangères
  • S.E. M. Ali Osman Mohamed Taha
    Vice-président
  • S.E. M. Ghazi Salahuddin Atabani
    Ministre par intérim des affaires étrangères