Saint-Siège

S.E. M. Archbishop Paul Richard Gallagher, Secrétaire des relations avec les États

2 Octobre 2015 (70e session)

罗马教廷
Statement Summary: 

Mgr PAUL RICHARD GALLAGHER, Secrétaire pour les relations du Saint-Siège avec les États, a déploré la poursuite du conflit au Moyen-Orient, dans une région qui est « un berceau des civilisations ».  Les atrocités et les violations indicibles des droits de l’homme qui caractérisent les conflits actuels sont retransmises en direct et en boucle dans les médias, ce qui, selon lui, risque d’engendrer « une familiarité et une indifférence anesthésiantes ».

Évoquant la réponse des pays face aux migrations massives, Mgr Gallagher a constaté « un retour de la pratique consistant à édifier des murs et des barrières entre les peuples ».  Il y a vu « un triste exemple d’inhumanité, une solution hâtive et inefficace ».  Le Saint-Siège exhorte les États à surmonter leurs intérêts nationalistes et à reconnaître l’unité de la famille humaine.  L’histoire, a rappelé le représentant, nous a appris que les migrants avaient toujours une contribution positive à apporter aux pays d’accueil.

Mgr Gallagher a mis l’accent sur « la responsabilité de protéger » en demandant aux États Membres de définir des critères clairs pour l’application de ce concept.   Il s’est ensuite référé aux principes énoncés dans l’Article 2 de la Charte de l’ONU et à ce qu’il a appelé « la responsabilité d’observer le droit international existant ».  Toutefois, a-t-il estimé, l’Article 2 ne peut servir d’alibi pour excuser des violations flagrantes des droits de l’homme.  Pour lui, un examen de conscience est nécessaire pour reconnaître « le rôle que certaines interventions unilatérales ont joué dans la crise humanitaire qui cause aujourd’hui tant de peine au monde ».

Par ailleurs, le Secrétaire du Saint-Siège a défendu l’idée d’un monde exempt d’armes nucléaires, conformément à l’esprit et à la lettre du Traité sur la non-prolifération des armes nucléaires (TNP).  Pour le pape François, la dissuasion nucléaire est incompatible avec l’éthique de la fraternité et de la coexistence pacifique entre les peuples et les États.  Enfin, il a espéré qu’un accord sur les changements climatiques sera conclu lors de la Conférence de Paris en décembre prochain.  Le climat, a-t-il fait valoir, est un bien commun, une responsabilité qui incombe à chacun, surtout vis-à-vis des groupes les plus vulnérables des générations présentes et futures.


Source

Déclaration

Vidéo

Français


Audio

Arabe | MP3

Chinois | MP3

Anglais | MP3

Français | MP3

Russe | MP3

Espagnol | MP3

Langue originale | MP3

Sessions précédentes

  • H.E. Archbishop Paul Richard Gallagher
    Secrétaire des relations avec les États
  • H.E. Archbishop Paul Richard Gallagher
    Secrétaire des relations avec les États
  • S.E. M. Cardinal Pietro Parolin
    Secrétaire d'État
  • His Eminence Cardinal Pietro Parolin
    Secrétaire d'État
  • S.E. M. Archbishop Dominique Mamberti
    Secrétaire des relations avec les États
  • Archevêque Dominique Mamberti
    Secrétaire des relations avec les États
  • Archevêque Dominique Mamberti
    Secrétaire des relations avec les États
  • S.E. M. Archbishop Dominique Mamberti
    Secrétaire des relations avec les États
  • S.E. M. Archbishop Celestino Migliore