Sénégal

S.E. M. Macky Sall, Président

28 septembre 2015 (70e session)

Statement Summary: 

M. MACKY SALL, Président du Sénégal, a estimé que 70 ans après la création de l’ONU, l’une de ses missions, à savoir la paix, reste menacée par la pauvreté extrême, la faim, la maladie et la détérioration sans précédent de l’environnement.  Il a émis le vœu de voir la Conférence de Paris (COP21) couronnée de succès grâce à « des engagements contraignants pour contenir le réchauffement climatique, mobiliser des ressources financières adéquates et des transferts de technologies écologiquement rationnelles ».  Il a aussi relevé que la tragédie de la guerre ne peut laisser aucun pays indifférent.  Il a souligné qu’en tant que pays d’accueil et d’hospitalité, le Sénégal lance un appel à plus d’ouverture et de générosité à l’endroit des personnes forcées de quitter leurs pays pour sauver leur vie.

M. Sall a noté que la promesse d’un monde meilleur est toujours à notre portée, mais que nous ne la réaliserons qu’en acceptant que le monde est pluriel, que toutes les cultures et toutes les civilisations sont d’égale dignité, et que le changement est la principale dynamique qui façonne la marche de l’histoire.  Le monde de 2015 n’est pas celui de 1945, a souligné le Président, précisant que « si nous voulons tenir les promesses de la Charte, nous ne pouvons plus faire les choses comme avant ».  « Le bon sens commande que nous changions notre vision du présent et du futur », a-t-il plaidé, arguant que c’est à ce prix que notre Organisation restera fidèle à sa vocation de « centre unique où s’harmonisent nos efforts vers nos fins communes ».  Dans ce contexte, il a proposé que la composition du Conseil de sécurité soit élargie, « pour qu’il reflète les nouvelles réalités que nous représentons tous ici ».  Il a souligné que le Sénégal, candidat à un poste de membre non permanent du Conseil, réaffirme son attachement à la position africaine commune sur la réforme du Conseil, conformément au Consensus d’Ezulwini.

Le Président a par ailleurs appelé à la réforme de la gouvernance économique et financière mondiale, prônant une représentation plus équitable des réalités nouvelles et l’assouplissement des règles d’accès au crédit, afin de mettre fin au « paradoxe des ressources disponibles, mais non accessibles ».  Il a aussi appelé à la lutte contre les flux financiers illicites qui font perdre à l’Afrique entre 30 et 60 milliards de dollars par an, « un préjudice supérieur au montant de l’aide publique au développement », a-t-il souligné.  Il a en outre affirmé que « si l’Afrique percevait la juste rémunération de ses ressources, et si elle recouvrait seulement l’équivalent de 17% de ses avoirs frauduleusement placés à l’étranger, elle pourrait solder la totalité de sa dette et financer, par elle-même, ses besoins de développement ».

En vertu de ses prérogatives de Président de la Communauté économique des États de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO), M. Macky Sall a fait part de l’attachement de la CEDEAO à l’Accord de paix au Mali, dans le respect de l’unité nationale et de l’intégrité territoriale du pays.  Il a aussi souhaité une transition réussie au Burkina Faso et la stabilité institutionnelle en Guinée-Bissau.  Il a fait mention de la solidarité de la CEDEAO au Nigéria et aux autres pays engagés dans la lutte contre les terroristes de Boko Haram.  Il a promis que l’Afrique de l’Ouest allait travailler à l’éradication des derniers signes de résistance de la maladie à virus Ebola dans les trois pays conernés.  Il a annoncé que le Sénégal, en tant que Président du Groupe d’Oslo sur la « politique étrangère et santé mondiale » allait engager, au cours de la présente session, des consultations pour tirer les leçons de cette crise sanitaire.

Évoquant ensuite la paix comme « notre bien commun », M. Sall s’est félicité du fait que le Sénégal soit le 7e des 128 pays contributeurs de troupes, avec plus de 3 600 éléments déployés dans huit missions.  Il a aussi salué le fait que le Conseil de sécurité ait créé une médaille à la mémoire de son compatriote, le capitaine Mbaye Diagne, tombé en pleine action au Rwanda en 1994.


Source

Déclaration

Vidéo

Français


Audio

Arabe | MP3

Chinois | MP3

Anglais | MP3

Français | MP3

Russe | MP3

Espagnol | MP3

Langue originale | MP3

Sessions précédentes