Israël

S.E. M.  Benjamin Netanyahu, Premier Ministre

1 Octobre 2015 (70e session)

S.E. M. Benjamin Netanyahu

UN Photo / Téléchargement

Résumé de la déclaration : 

M. BENJAMIN NETANYAHU, Premier Ministre d’Israël, a déclaré qu’après avoir entendu pendant 3 jours les dirigeants du monde se féliciter de l’accord sur le nucléaire iranien, il se doit de leur dire de laisser leur enthousiasme à la porte.  Cet accord, qui va permettre à l’Iran de gagner des milliards dollars, ne rend pas la paix plus plausible.  Au contraire, il sape la paix.  Réfléchissez à ce qu’a fait l’Iran ces six derniers mois, notamment ses livraisons d’armes et de combattants à la Syrie où il défend le régime brutal d’Assad, a conseillé M. Netanyahu.  Il a rappelé que c’est l’Iran qui arme les Houthistes au Yémen et qui fournit des missiles au Hezbollah pour mener des frappes précises sur Israël.  Le Chef suprême iranien aurait même déclaré vouloir vaincre sur deux fronts de la terreur, à savoir en Cisjordanie et dans le Golan.  Israël continuera d’agir pour prévenir tout transfert d’armes stratégiques au Hezbollah à partir de la Syrie, a assuré le Premier Ministre qui a accusé l’Iran et le Hezbollah de semer la terreur dans les villes du monde entier, y compris à Chypre, en Jordanie et au Koweït où des cellules terroristes viennent d’être mises à jour, « trois parmi des milliers ».  

Dans ce contexte, M. Netanyahu a invité l’assemblée à imaginer ce que l’Iran fera une fois que les sanctions seront levées.  En 2013, le Président Rohani a entamé son « offensive de charme » ici aux Nations Unies, et, deux ans plus tard, son pays a réussi rapidement à élargir son réseau de terreur », a-t-il affirmé.  Le Premier Ministre s’est indigné du fait que dans le cas de l’Iran, ce ne sont pas les actes qui parlent plus fort que les discours, lançant à la salle: ceux qui pensent que l’accord de Vienne va changer la politique iranienne devraient revoir leur position.

En tant que Chef d’un pays « qui se défend chaque jour contre la multiplication  des agressions iraniennes », M. Netanyahu a dit ne  pas pouvoir croire à cet accord qui impose « à juste titre » des limites au programme nucléaire de l’Iran  tant qu’il ne change pas de comportement.  Les limites les plus importantes de cet accord seront levées au bout de 10 ou 15 ans mais cela n’a pas de sens car, a-t-il dit, je ne crois ni à un changement de comportement ni à une modification du modus operandi de l’Iran.  « Si l’Iran veut être traité comme un pays normal, qu’il agisse comme un pays normal et pas comme une théocratie à la conquête de ses pays voisins et de la destruction d’Israël. »

Le Premier Ministre a prévenu que pour l’humanité, la plus grande menace est un Islam militant doté de l’arme nucléaire.  « L’accord sur le nucléaire iranien va être le certificat de mariage de cette union. »  Une des leçons que l’on retient le moins de l’histoire, a-t-il poursuivi, est que les meilleures intentions n’empêchent pas les pires résultats.  La majorité des Israéliens est contre cet accord, a-t-il averti, dénonçant le fait que d’ores et déjà le monde se précipite pour faire des affaires avec un Gouvernement qui dit ouvertement vouloir « annihiler Israël », comme l’explique en détail, dans son dernier livre, le Chef suprême iranien.  Tenant en main le livre en question, M. Netanyahu a tenu à préciser que l’Iran n’est pas seulement un danger pour Israël.  « Ses ambitions vont bien au-delà », a-t-il dit en pointant le doigt sur les missiles balistiques intercontinentaux qui ont pour seule vocation de transporter des ogives nucléaires.

« Il est difficile de s’opposer à une chose qui est saluée par les grands de ce monde », a reconnu le Premier Ministre qui, même si cela aurait été plus facile, a rejeté toute idée de se taire.  « Le jour où le peuple juif restait passif face à ses ennemis génocidaires n’est plus.  Nous nous sommes défendus, nous nous défendons encore et nous nous défendrons toujours. »  Israël refusera toujours que l’Iran entre dans le club des puissances nucléaires, a confirmé M. Netanyahu.  Il a averti l’Iran que son plan de détruire Israël échouera et a prévenu tous les pays représentés ici à l’ONU que, quelles que soient les résolutions qu’ils vont adopter, Israël fera ce qu’elle doit faire pour défendre sa population.

« Si cet accord reste valide, j’espère que vous le suivrez avec un peu plus de rigueur que les six résolutions du Conseil de sécurité sur l’Iran qui ont été oubliées aujourd’hui et assurez-vous que les violations de l’Iran ne soient pas tout simplement cachées comme la poussière sous le tapis persan ».  Le Premier Ministre a estimé que la communauté internationale a une triple responsabilité: s’assurer que l’Iran respecte ses obligations nucléaires; se pencher sur ses agressions régionales et utiliser les sanctions et tous les outils à disposition pour « détricoter » les ambitions dangereuses de ce pays.  Tout empire qui s’est attaqué au peuple juif au fil des 4 000 ans d’histoire, de Babylone au Troisième Reich, a fini par disparaître, a-t-il prévenu.

Après avoir expliqué qu’Israël était activement engagé avec d’autres États au Moyen-Orient et ailleurs pour lutter contre Daech, il  a insisté sur le fait que l’Iran et Daech sont « nos ennemis communs » et qu’il faut les affaiblir tous les deux.  Il a réaffirmé que, malgré les divergences sur l’accord nucléaire, les États-Unis restaient l’allié inébranlable de son pays.  Les accords de paix avec l’Égypte et la Jordanie sont « la pierre angulaire de la stabilité d’Israël » qui s’engage à parvenir à la paix avec les Palestiniens également.  M. Netanyahu s’est dit prêt à reprendre immédiatement les négociations directes avec l’Autorité palestinienne sans condition préalable et a regretté que le Président Abbas ne partage pas cette volonté.  Espérant qu’il changera d’avis, le Premier Ministre a accusé la partie palestinienne d’avoir fait capoter un processus de paix qui a commencé il y plus de 20 ans et malgré les meilleurs efforts de six premiers ministres israéliens. 

« Comment peut-on faire la paix avec un partenaire qui refuse de venir à la table de négociations? » a-t-il demandé même s’il a dit comprendre la position difficile du Président Abbas.  Mais, a-t-il souligné, « nous le devons à nos populations ».  Quant au rôle des Nations Unies, M. Netanyahu les a invitées à œuvrer en faveur de la paix en soutenant des négociations directes et sans conditions entre les parties.  Les Nations Unies n’y parviendront pas en essayant d’imposer des solutions et elles devraient enfin se débarrasser de cette tendance à toujours critiquer Israël, a-t-il préconisé.  Au lieu de continuer à dénigrer Israël, rejoignez le plutôt dans la lutte contre le fanatisme, a-t-il lancé à la salle.


Source

Déclaration

Vidéo

Français

Audio

Arabe | Téléchargement

Chinese | Téléchargement

Anglais | Téléchargement

Français | Téléchargement

Russe | Téléchargement

Espagnol | Téléchargement

Original language | Téléchargement

Sessions précédentes

  • S.E. M. Benjamin Netanyahu
    Premier Ministre
  • S.E. M. Benjamin Netanyahu
    Premier Ministre
  • S.E. M. Benjamin Netanyahu
    Premier Ministre
  • S.E. M. Benjamin Netanyahu
    Premier Ministre
  • S.E. M. Benjamin Netanyahu
    Premier Ministre
  • S.E. M. Benjamin Netanyahu
    Premier Ministre
  • S.E. M. Avigdor Liberman
    Vice-Premier Ministre
  • S.E. M. Benjamin Netanyahu
    Premier Ministre