Haïti

S.E. M. Michel Joseph Martelly, Président

1 Octobre 2015 (70e session)

Statement Summary: 

M. MICHEL JOSEPH MARTELLY, Président d’Haïti, a estimé que le 9 août dernier, une étape importante avait été franchie dans la consolidation de la démocratie.  Un Conseil électoral indépendant, choisi par la société civile, a démarré le processus électoral qui doit aboutir, avant la fin de cette année, à la tenue des élections présidentielles, législatives, municipales et territoriales.  Il y a un an, a-t-il rappelé, dans son rapport au Conseil de sécurité sur la Mission des Nations Unies pour la stabilisation en Haïti (MINUSTAH), le Secrétaire général signalait que la tenue d’élections inclusives était « essentielle pour la consolidation de la démocratie et de l’état de droit et la promotion du développement, condition nécessaire à l’amélioration des conditions de vie de la population haïtienne et à la réalisation d’une stabilité durable ». 

Affirmant que son pays est sur la bonne voie, le Président haïtien a souligné que le succès des élections sera un indicateur important de la bonne performance et de la réussite de la MINUSTAH.  Sous mon Administration, a-t-il poursuivi, des progrès significatifs ont été accomplis depuis quatre ans: la démocratie s’est consolidée, les institutions garantes de l’état de droit se sont affermies, la situation sur le plan de la sécurité s’est nettement améliorée, et les droits de l’homme ont été promus et respectés.  « Jamais le nombre de Conventions internationales ratifiées par le pays, portant sur la protection des droits de l’homme, des droits de l’enfant, des femmes et des personnes vulnérables, n’a été aussi élevé », a poursuivi le Chef d’État.

La pauvreté a reculé, l’investissement direct étranger a connu une nette expansion et après des décennies de stagnation, l’économie a renoué avec la croissance.  Au Chapitre des Objectifs du Millénaire pour le développement (OMD), nombreux aussi sont les progrès enregistrés.  Haïti a atteint, selon lui, « trois ans avant l’échéance », la cible de réduction de l’insuffisance pondérale chez les enfants de moins de cinq ans.  « Grâce au programme de scolarisation universelle, gratuite et obligatoire, plus d’un million d’enfants ont pu fréquenter l’école. Des progrès ont aussi été enregistrés en ce qui concerne l’accès à l’eau potable, la baisse du taux de mortalité infantile, la réduction de la pauvreté extrême et la lutte contre l’exclusion sociale », a fait valoir le Chef d’État qui a ajouté que dans le domaine de la santé publique, le pays a remporté des succès indéniables contre le VIH/sida et le paludisme. 

Ces progrès ont été rendus possibles grâce, « en partie », au soutien de la MINUSTAH qui est en voie de s’adapter à un contexte nouveau, « différent de celui qui l’a vue naître ».  Prônant un plan de reconfiguration qui tient compte de l’évolution de la situation, le Président a souhaité que la Mission poursuive son retrait de manière « progressive et ordonnée ».  Le désengagement et le transfert aux institutions haïtiennes des responsabilités en matière militaire, de police et de développement, devront s’effectuer selon un calendrier concerté.  Ceci évitera tout vide préjudiciable à la sécurité interne et externe du pays, a-t-il jugé.   

En conclusion, M. Martelly a évoqué le renforcement de la Police nationale et l’élaboration d’une nouvelle politique de défense, chantiers auxquels il a œuvré, dans le cadre d’un Livre blanc préconisant la création d’une force de défense, qui aura un rôle décisif à jouer dans le développement et la stabilisation du pays.  Au moment où son mandat touche à sa fin, le Président s’est dit « heureux et fier » d’avoir œuvré et de continuer d’œuvrer à la stabilité de son pays.


Source

Déclaration

Vidéo

Français


Tribune


Audio

Arabe | MP3

Chinois | MP3

Anglais | MP3

Français | MP3

Russe | MP3

Espagnol | MP3

Langue originale | MP3

Sessions précédentes