Finlande

S.E. M. Sauli Niinistö, Président

29 septembre 2015 (70e session)

Finland
Statement Summary: 

M. SAULI NIINISTÖ, Président de la Finlande, s’est appesanti sur les crises en Syrie, en Iraq et dans certaines parties de l’Afrique du Nord, qu’il a qualifiées d’« extrêmement dangereuses », et qui sont à l’origine d’une « catastrophe humanitaire sans précédent depuis la Deuxième Guerre mondiale ».  En raison de cette multiplication de guerres et de conflits, nous sommes confrontés à une nouvelle ère en matière de migrations, comme en témoigne le chiffre terrifiant de 60 millions de réfugiés, a-t-il constaté.  « Bien que les pays voisins subissent le fardeau le plus lourd, la crise des réfugiés résulte de graves tensions politiques en Europe.  Pour sa part, a assuré M. Niinistö, la Finlande accueille un nombre proportionnellement très élevé de demandeurs d’asile.  Il a estimé qu’on ne règle pas le problème en refusant de les aider.  Au contraire, nous devons trouver des moyens plus efficaces et durables d’aider ceux qui ont besoin d’aide.  Résoudre le conflit en Syrie et ailleurs est essentiel pour toute solution durable », a estimé le Chef de l’État finlandais.  La communauté internationale, a-t-il insisté, doit continuer de réfléchir à une solution politique à la crise syrienne.

M. Niinistö a ensuite regretté que le conflit en Ukraine n’ait pas été résolu, bien qu’un accord ait été approuvé à cette fin.  « Nous saluons les mesures prises dans la mise en œuvre de l’Accord de Minsk.  Toutes les mesures illégales comme l’annexion de la Crimée ne peuvent et ne doivent pas être reconnues », a-t-il souligné.  Ces conflits au Moyen-Orient et en Europe orientale ne sont pas les seuls, a poursuivi le Président, en rappelant que l’an dernier, 42 conflits armés avaient fait rage dans le monde, faisant près de 180 000 victimes.  La Finlande, a-t-il dit, adhère à l’idée de réfléchir aux moyens d’adapter l’architecture du maintien de la paix des Nations Unies à des théâtres d’opérations toujours plus complexes.  C’est la raison pour laquelle il a salué le rapport produit par le Groupe d’experts présidé par M. Ramos-Horta, qui met l’accent sur la recherche de solutions politiques.  Le Président de la Finlande a rappelé que son pays était, historiquement, le deuxième contributeur européen le plus important de troupes aux opérations de maintien de la paix de l’ONU, avec un total de 50 000 hommes et femmes depuis la création de l’Organisation.  Se félicitant de l’adoption des objectifs de développement durable (ODD), le Chef de l’État a souhaité, avant de conclure, que des femmes se portent candidates au poste de Secrétaire général. 


Source

Déclaration

Vidéo

Français


Audio

Arabe | MP3

Chinois | MP3

Anglais | MP3

Français | MP3

Russe | MP3

Espagnol | MP3

Langue originale | MP3

Sessions précédentes