Estonie

S.E. M. Toomas Hendrik Ilves, Président

29 septembre 2015 (70e session)

S.E. M.Toomas Hendrik Ilves

UN Photo / Téléchargement

Résumé de la déclaration : 

M. TOOMAS HENDRIK ILVES, Président de l’Estonie, s’est dit préoccupé par l’augmentation du nombre de conflits dans le monde.  Il a espéré que l’accord historique conclu sur le programme nucléaire iranien ouvrirait la porte à une plus grande stabilité au Moyen-Orient et au-delà.  En même temps, il a craint les conséquences de l’émergence de l’EIIL, avant de faire le lien entre les conflits actuels et la crise des migrants que connaît actuellement l’Europe.  Il a alerté l’Assemblée générale sur le fait que c’est avant tout un problème mondial, citant les statistiques de l’ONU à ce sujet: une personne sur 122 est maintenant soit un réfugié, soit un demandeur d’asile et 42 000 personnes s’enfuient chaque jour de chez elles. 

À ce propos, le Président de l’Estonie s’est inquiété de la montée de mouvements politiques d’extrême droite ou d’extrême gauche, souvent alimentés par des sentiments racistes et contre les migrants.  Il a rappelé que l’Union européenne était le principal donateur en faveur des efforts visant à alléger la crise des réfugiés syriens, avec 4 milliards d’euros mobilisés à cet effet.  Le but est de traiter les causes profondes de cette crise, a-t-il expliqué.  Sur le conflit entre l’Ukraine et la Russie, M. Ilves a appelé de ses vœux un dialogue et des efforts diplomatiques en vue de trouver une solution qui garantisse la sécurité européenne et mondiale.

Sur la question des droits de l’homme, le Président a demandé de soutenir les droits des femmes et des filles et de promouvoir l’autonomisation de celles-ci, ainsi que de lutter pour l’élimination de la violence sexiste.  Il a également mis l’accent sur l’importance de l’investissement dans l’éducation et la santé des enfants.  Concernant la liberté de parole et de conscience, le Président a rendu hommage aux journalistes et aux bloggeurs, avant d’exhorter les gouvernements à cesser de porter atteinte à la vie privée des citoyens et de ne plus appliquer de censure.

Passant au chapitre développement durable, M. Ilves a plaidé en faveur de la promotion de sociétés inclusives, du respect des droits de l’homme, de l’égalité entre les hommes et les femmes, de l’état de droit et de la bonne gouvernance, qui sont les bases, selon lui, du nouveau partenariat mondial.  Il a ensuite émis l’espoir que la Conférence sur le climat de Paris aboutirait à un accord.  Le Président a aussi invité à tirer parti de l’Internet et des technologies numériques pour favoriser la croissance économique et le développement, ce qui nécessite un environnement juridique prévisible, une condition essentielle pour les investisseurs étrangers.  Il faut également un système d’éducation capable d’enseigner de nouvelles compétences.  Notant que 90% des personnes privées d’accès à l’Internet vivent dans le monde en développement, il a appelé à combler le fossé numérique tant entre les pays qu’au niveau national.  En 2016, l’Internet deviendra la cinquième plus grande économie mondiale, après les États-Unis, la Chine, le Japon et l’Inde, a-t-il prévenu avant d’inviter les dirigeants du monde à placer ce potentiel en haut de leur liste de priorités dans les programmes de développement.

Enfin, M. Ilves a exprimé son fort soutien à la Cour pénale internationale (CPI), tout en rappelant la responsabilité première qui incombe aux pays de rendre la justice pour les crimes concernés.  L’Estonie a apporté sa coopération aux pays qui en avaient besoin pour appliquer les dispositions du Statut de Rome, a-t-il indiqué.  En outre, à l’occasion du dixième anniversaire de la responsabilité de protéger, il a réaffirmé le soutien de son pays à ce principe, en demandant à la communauté internationale de s’engager à nouveau pour prévenir tout génocide, crime de guerre, nettoyage ethnique et crime contre l’humanité.   Il a regretté que le Conseil de sécurité ait échoué à assumer ses responsabilités en la matière en ce qui concerne la Syrie et l’Ukraine.  Il a dit soutenir l’initiative du Mexique et de la France en faveur d’une plus grande responsabilité et cohérence au sein du Conseil de sécurité.


Source

Déclaration

Vidéo

Français

Audio

Arabe | Téléchargement

Chinese | Téléchargement

Anglais | Téléchargement

Français | Téléchargement

Russe | Téléchargement

Espagnol | Téléchargement

Original language | Téléchargement

Sessions précédentes