Barbade

S.E. M. Freundel Stuart, Premier Ministre

2 Octobre 2015 (70e session)

Barbados
Statement Summary: 

M. FREUNDEL STUART, Premier Ministre de la Barbade, a déclaré que son pays n’était pas présent à la Conférence de San Francisco qui avait créé l’Organisation des Nations Unies en 1945, mais qu’il participerait parmi les 196 délégations attendues à la Conférence de Paris sur le climat, en décembre prochain.  Il s’agit là d’une question existentielle pour tous et, en particulier, pour les petits États insulaires en développement comme le sien, a-t-il dit.  À l’époque de la rédaction de la Charte des Nations Unies, la seule menace qui existait était la résurgence d’une autre guerre mondiale.  Aujourd’hui, même si cette crainte persiste, le péril serait de ne pas parvenir à un accord sur les conséquences destructrices des changements climatiques, a-t-il prévenu. 

La Barbade, à l’instar des autres pays de la région des Caraïbes, estime que la Conférence de Paris doit conduire les participants à un engagement individuel et collectif sur la réduction des gaz à effet de serre, visant à réduire la température de 1,5 degré Celsius.  Toutes les parties doivent également s’engager à coopérer pour atteindre cet objectif et se soumettre à un cycle de vérification quinquennal.  Toutes les parties doivent enfin s’engager à soutenir les pays les plus vulnérables, notamment les petits États insulaires en développement, a expliqué M. Stuart, en appelant en outre la communauté internationale à aider la République dominicaine qui a récemment subi les conséquences dévastatrices de l’ouragan Erika. 

M. Stuart a ensuite observé qu’en dépit des changements positifs intervenus dans le système international, en particulier en termes de régression du colonialisme, de souveraineté des États et d’intégration au système des Nations Unies, peu de progrès ont été faits: les États Membres ont échoué à éliminer le fléau de la guerre, les relations entre États ne sont pas partout amicales, la coopération internationale peine à régler les défis économiques, sociaux et humanitaires, ni même à promouvoir la pleine jouissance des droits de l’homme.  Les Nations Unies elles-mêmes n’ont pas prouvé leur capacité à harmoniser les actions des États pour atteindre les objectifs communs.  Or, il ne peut y avoir de développement là où ne règne pas la paix.  Dans ce contexte, la Barbade se réjouit de la baisse des tensions entre le Venezuela et le Guyana, grâce aux bons offices du Secrétaire général, tout en réitérant son soutien au respect de l’intégrité territoriale du Guyana, a-t-il aussi déclaré. 

La Barbabe a ratifié le Traité sur le commerce armes, dans l’espoir que cet instrument permettra de prévenir et d’éradiquer le commerce illicite des armes légères et de petit calibre, a assuré le Premier Ministre.  Ces armes sont de véritables armes de destruction massive, souvent à l’origine de conflits armés, du trafic de drogues et de la criminalité transnationale organisée, affectant par ailleurs les capacités de développement et déstabilisant des sociétés, a-t-il soutenu.  C’est pourquoi, a-t-il dit, la Barbade appuie toutes les initiatives visant à rendre possible l’adoption dudit traité et s’engage à jouer son rôle en la matière.  M. Stuart s’est en outre réjoui de la reprise des relations diplomatiques entre Cuba et les États-Unis, tout en déclarant attendre avec impatience la levée de l’embargo qui frappe l’île.  Il a aussi souhaité qu’une attention particulière soit accordée à la question de la réparation et de la justice dans le cadre du programme de la Décennie internationale des personnes d’ascendance africaine, comme il est spécifiquement mentionné dans le programme d’activités de ladite Décennie, établi par l’Assemblée générale et dont le thème est « reconnaissance, justice et développement », a-t-il conclu.    


Source

Déclaration

Vidéo

Français


Audio

Arabe | MP3

Chinois | MP3

Anglais | MP3

Français | MP3

Russe | MP3

Espagnol | MP3

Langue originale | MP3

Sessions précédentes

  • S.E. Mme Mia Amor Mottley
    Premier Ministre
  • S.E. Mme Maxine Pamela Ometa McClean
    Ministre des affaires étrangères et du commerce international
  • S.E. Mme Maxine Pamela Ometa McClean
    Ministre des affaires étrangères et du commerce international
  • S.E. Mme Maxine Pamela Ometa McClean
    Ministre des affaires étrangères
  • S.E. Mme Maxine Pamela Ometa McClean
    Ministre des affaires étrangères
  • S.E. Mme Maxine Pamela Ometa McClean
    Ministre des affaires étrangères
  • S.E. M. Freundel Stuart
    Premier Ministre
  • S.E. M. Maxine Pamela Ometa McClean
    Ministre des affaires étrangères et du commerce international
  • S.E. Mme Maxine Pamela Ometa McClean
    Ministre des affaires étrangères