Soudan du Sud

S.E. M. Salva Kiir, Président

27 septembre 2014 (69e session)

Statement Summary: 

M. SALVA KIIR, Président du Soudan du Sud , a exhorté les États Membres de l’ONU à apporter leur soutien aux initiatives de paix en Afrique et au Moyen-Orient, car il s’agit, selon lui, d’une responsabilité morale collective.  Il faut trouver des moyens appropriés pour mettre fin à ces conflits et pour ouvrir la voie à un monde dans lequel les peuples vivront dans la paix.  Pour y parvenir, le Président Kiir est d’avis que le Conseil de sécurité doit être renforcé de manière à pouvoir répondre aux attentes et défis du monde du XXIe siècle.  C’est pourquoi il appuie la proposition de réformer le Conseil de sécurité pour le rendre plus inclusif et accorder un siège permanent à l’Afrique.

La quête du peuple du Soudan du Sud pour l’indépendance et la liberté a été difficile, a noté le Président qui dit avoir hérité d’un pays confronté à une multitude de problèmes, en particulier les faibles institutions nationales.  Il a remercié la communauté internationale pour le soutien qu’elle a apporté à son pays.  Le conflit de décembre dernier au Soudan du Sud, était une tentative manquée de coup d’État, a-t-il rappelé, en regrettant les pertes en vies humaines et le coup qu’il a porté aux relations entre communautés.  Le Président a remercié les Nations Unies et l’Union africaine pour leur prompte réaction afin de rétablir la paix et la stabilité au Soudan du Sud.  Son gouvernement, a-t-il assuré, s’engage à résoudre ce conflit par la voie pacifique.  À cette fin, des pourparlers sont actuellement en cours à Addis-Abeba avec les rebelles, a expliqué M. Kiir.  Grâce aux efforts intenses des médiateurs, un accord de cessation des hostilités a été signé et réaffirmé en mai 2014.  Le Président du Soudan du Sud a assuré que son gouvernement avait respecté cet accord, tandis que les rebelles l’avaient violé à de nombreuses reprises.  La communauté internationale, a-t-il souligné, doit exhorter les rebelles à signer le protocole relatif à cet accord.

S’agissant de la crise humanitaire et des violations des droits de l’homme qui ont résulté de cette tentative de coup d’état, le Président Kiir a assuré qu’une enquête avait été engagée en vue d’établir les responsabilités et qu’il  œuvrait pour mettre fin à l’impunité.  Il a également signé une nouvelle loi sur les médias ainsi que trois conventions des Nations Unies relatives aux droits de l’homme, dont celle sur les droits de l’enfant et celle sur l’interdiction de la torture.  Pour lui, le conflit au Soudan du Sud se résume à une lutte pour le pouvoir et n’est en rien un conflit ethnique, comme certains l’ont qualifié.  Les victimes innocentes du conflit ont besoin d’urgence d’aide humanitaire et il a remercié ceux qui avaient déjà apporté leur soutien.

Les conflits en cours au Soudan et au Soudan du Sud sont souvent liés et c’est pourquoi, son gouvernement travaille à améliorer les relations entre les deux pays, a souligné le Président Kiir. 

M. Kiir a indiqué que son gouvernement œuvrait à rétablir un climat de confiance pour que les personnes déplacées qui vivent dans les camps de la MINUSS puissent revenir chez elles.  S’agissant du mandat de la MINUSS, il a insisté pour que le Conseil réexamine la question de la réforme du secteur de la sécurité lors du renouvellement du mandat de la Mission en novembre prochain.


Source

Déclaration

Vidéo

Français


Audio

Arabe | MP3

Chinois | MP3

Anglais | MP3

Français | MP3

Russe | MP3

Espagnol | MP3

Sessions précédentes