Israël

S.E. M. Benjamin Netanyahu, Premier Ministre

29 septembre 2014 (69e session)

S.E. M.Benjamin Netanyahu

UN Photo / Téléchargement

Résumé de la déclaration : 

M. BENJAMIN NETANYAHU, Premier Ministre et Ministre des affaires publiques et de la diaspora d’Israël, a déploré les « mensonges exprimés à partir de cette tribune » contre son pays et contre les « braves soldats » qui le défendent.  « Partout où nous regardons, l’islam militant avance », a-t-il prévenu, en précisant qu’« il ne s’agit pas de militants, il ne s’agit pas d’islam, mais d’islam militant » dont les premières victimes sont souvent des musulmans.  Il a aussi remarqué qu’aucun groupe ethnique n’était à l’abri de cet islam militant.  Il a comparé ce phénomène à un cancer, qui commence lentement mais se répand ensuite partout.

Notant que, la semaine dernière, beaucoup avaient salué le Président américain Barack Obama pour son action contre l’État islamique d’Iraq et du Levant, le Premier Ministre israélien a aussi fait remarquer que ces mêmes pays s’étaient opposés à l’action d’Israël face au Hamas.  « Ils ne comprennent pas que l’État islamique d’Iraq et du Levantet le Hamas sont les branches d’un même arbre empoisonné. »  « Le Hamas a pour objectif immédiat de détruire Israël, mais il veut aussi un califat », a expliqué M. Netanyahu.  C’est pour cela, a-t-il argué, que les dirigeants du Hamas avaient condamné les États-Unis lorsqu’ils avaient tué Osama ben Laden, car celui-ci était considéré comme un combattant saint.  Les accusant d’adopter une « idéologie fanatique », il a noté que ces personnes veulent créer des enclaves où ne règne aucune liberté, où les femmes sont traitées comme du bétail et où les chrétiens sont décimés. 

M. Netanyahou a fait le parallèle entre ce phénomène et l’idéologie fanatique des Nazis.  Si cette idée paraissait folle, car elle croyait à une race supérieure, il a rappelé que certains croient aujourd’hui en une religion supérieure.  Auront-ils les moyens de réaliser ces ambitions?  Répondant à cette question, il a estimé que cela devait être considéré comme une possibilité en Iran car ce pays, depuis 30 ans, tente d’exporter sa révolution au monde entier et se prépare à un gouvernement islamique du monde.

Il a jugé « ridicule » les « larmes de crocodile » du Président iranien à cette même tribune lorsqu’il a parlé de « la mondialisation du terrorisme ».  Il lui a conseillé de demander plutôt aux gardes révolutionnaires iraniens de mettre fin à leur terreur, alléguant qu’ils avaient commis des attaques dans les cinq continents depuis 2011.  « Dire que l’Iran ne pratique pas le terrorisme, c’est comme dire que Derek Jeter ne joue pas pour les Yankees », a-t-il dit, en faisant référence à la star du baseball américain. 

Le Premier Ministre israélien a demandé à la communauté internationale de ne pas se leurrer avec les élections en Iran et « l’offensive de charme » menée par ce pays.  Il a prêté à l’Iran des intentions qui n’auraient comme but que de lever les sanctions et d’éliminer les obstacles à la voie vers la bombe nucléaire.  « L’Iran, le régime le plus dangereux au monde dans la région la plus dangereuse du monde, va produire l’arme nucléaire », a-t-il affirmé. 

Après avoir rappelé que tout le monde s’inquiétait, l’an dernier, de l’utilisation des armes chimiques en Syrie, il a invité à imaginer combien cela serait plus dangereux si l’Iran possédait l’arme nucléaire.  « Une fois que l’Iran produira la bombe atomique, a-t-il averti, tout ce charme va disparaître et on verra alors le vrai visage des imans ».  Il a dès lors exigé le démantèlement complet des capacités nucléaires de l’Iran.  Pour résumer, M. Netanyahou a expliqué que vaincre seulement l’État islamique en Iraq et au Levant sans arrêter la course de l’Iran à l’arme nucléaire reviendrait à gagner une bataille mais pas la guerre.

« La lutte contre l’islamisme militant est difficile », a poursuivi le Premier Ministre, en appelant chacun à rejoindre sa lutte contre le Hamas.  Il a indiqué que le Hamas avait tiré des milliers de roquettes sur son pays, dont beaucoup fabriquées par l’Iran.  « Que feriez-vous si cela se passait chez vous?  Vous ne laisseriez pas des terroristes tirer contre vos peuples », a-t-il imaginé.  Il a dénoncé « une guerre de propagande » dans laquelle le Hamas a utilisé les civils comme des boucliers humains, et fait de ses écoles, ses mosquées et ses hôpitaux des réserves de missiles.  Il a expliqué que les soldats israéliens avaient opéré des « tirs chirurgicaux » contre ces réserves, qui avaient malheureusement causé des pertes civiles « que nous regrettons profondément ».  Le Hamas a placé ses batteries de missiles dans les zones résidentielles et a demandé aux citoyens d’ignorer les avertissements d’Israël qui leur disait de partir, a-t-il aussi expliqué.

Pour illustrer ses propos, M. Netanyahou a brandi une photo agrandie, œuvre d’une équipe de télévision de France 24, qui montre « deux lanceurs de roquettes du Hamas utilisées pour nous attaquer et trois enfants qui jouent juste à côté ».  Il s’agit là d’un crime de guerre, « commis par vos partenaires du Hamas dans le Gouvernement d’unité nationale », a-t-il lancé à l’adresse du Président Obama.  Il a souligné qu’Israël protégeait ses enfants en les envoyant dans des bunkers, tandis que le Hamas utilisait les siens pour lancer des missiles.

Le Premier Ministre a ensuite fustigé le Conseil des droits de l’homme de l’ONU qui, a-t-il estimé, « a trahi sa mission de protection des innocents ».  Israël est condamné alors que le Hamas, qui visait les civils, a carte blanche, a-t-il regretté.  Il a estimé que le Conseil des droits de l’homme envoyait ainsi le message qu’on peut utiliser les civils comme boucliers humains.  « Le Conseil des droits de l’homme est devenu un conseil de terrorisme », a-t-il lancé, prévenant que cela aurait des répercussions.  Il a aussi souligné que, dans un monde où règne la terreur, comme au Nigéria, en Syrie ou en Iraq, près de la moitié des résolutions du Conseil des droits de l’homme se concentre sur un seul pays, Israël, qui est pourtant, a-t-il assuré, « le seul pays où règne la démocratie au Moyen-Orient, où les femmes, les gays et les minorités vivent dans une société vraiment libre ».

« Le Conseil des droits de l’homme est une absurdité », a-t-il ajouté, estimant que ce traitement partial n’était que l’une des « manifestations du retour d’une des conceptions les plus anciennes dans le monde ».  Il a noté en effet les revendications de certains manifestants qui voulaient gazer Israël, ainsi que la comparaison d’Israël aux nazis.  « Cette maladie a un nom: l’antisémitisme, qui est en train de se répandre même dans les milieux polis », en a-t-il dit.  Il s’est révolté qu’on accuse les juifs de génocide, avant d’affirmer, haut et fort, que le peuple juif avait le pouvoir de se défendre.

Enfin, le Premier Ministre israélien a demandé de saisir l’occasion historique qui se présente pour créer un partenariat avec le monde arabe en vue de faire front face aux menaces d’un Iran nucléaire et de l’islamisme militant.  Ce partenariat peut aussi faciliter la paix entre Israël et la Palestine, a-t-il ajouté.  Il a appelé à se tourner vers le Caire, Aman, Abu Dhabi et Ryad, c’est-à-dire vers ces pays qui peuvent nous fournir un appui militaire et politique.  Je suis prêt à faire un compromis, a-t-il dit, en reconnaissant qu’il fallait une paix véritable, avec des accords de sécurité durable, forts et solides sur le terrain.  Les retraits d’Israël du Liban et de Gaza ont créé deux enclaves islamistes à nos frontières, a-t-il fait remarquer en mettant en garde contre l’islamisme militant qui est en train de remplir le vide.


Source

Déclaration

Vidéo

Français

Audio

Arabe | Téléchargement

Chinese | Téléchargement

Anglais | Téléchargement

Français | Téléchargement

Russe | Téléchargement

Espagnol | Téléchargement

Sessions précédentes

  • S.E. M. Benjamin Netanyahu
    Premier Ministre
  • S.E. M. Benjamin Netanyahu
    Premier Ministre
  • S.E. M. Benjamin Netanyahu
    Premier Ministre
  • S.E. M. Benjamin Netanyahu
    Premier Ministre
  • S.E. M. Benjamin Netanyahu
    Premier Ministre
  • S.E. M. Benjamin Netanyahu
    Premier Ministre
  • S.E. M. Avigdor Liberman
    Vice-Premier Ministre
  • S.E. M. Benjamin Netanyahu
    Premier Ministre