Islande

S.E. M. Gunnar Bragi Sveinsson, Ministre des affaires étrangères

29 septembre 2014 (69e session)

Iceland
Statement Summary: 

M. GUNNAR BRAGI SVEINSSON, Ministre des affaires étrangères et du commerce extérieur de l’Islande, a déclaré que le soixante-dixième anniversaire de la création des Nations Unies, s’il était un motif de réjouissance, ne pouvait pas conduire la communauté internationale « à se reposer sur ses lauriers ».  En témoignent au besoin, a-t-il dit, les agissements du groupe terroriste de l’État islamique en Iraq et au Levant, les souffrances endurées par les Syriens, que ce soit à l’intérieur des frontières de leur pays, ou dans les pays voisins où ils sont réfugiés, ou encore l’occupation étrangère de l’État de Palestine. 

La violation de la souveraineté et de l’intégrité territoriales de l’Ukraine est un autre exemple de manquement aux principes de la Charte des Nations Unies, du droit international et de nombreux traités, a poursuivi M. Sveinsson.  Le comportement d’un membre permanent du Conseil de sécurité, a-t-il dénoncé, remet en cause sa crédibilité même, alors qu’il s’avère déjà incapable de défendre les populations civiles assujetties à l’occupation étrangère ou de prévenir l’emploi d’armes chimiques.  Aussi cet organe, auquel incombe le maintien de la paix et de la sécurité internationales, doit davantage s’orienter vers la recherche de solutions aux situations de crise et s’impliquer plus activement.

Évoquant ensuite le programme de développement pour l’après-2015, le Ministre a demandé que soient formulés des objectifs relatifs à la sécurité alimentaire et à la protection des océans, et qui tiennent compte de la nécessité d’optimiser les capacités des pêcheries, tout en se gardant de tomber dans la surpêche.  Le programme doit également, pour M. Sveinsson, faire une priorité de la lutte contre la désertification, la détérioration des terres et la sècheresse, accélérées par les changements climatiques. 

Dans le domaine énergétique, il faut s’efforcer de hâter le développement des sources durables, a-t-il ajouté.  À cet effet, l’Islande fait partie d’un groupe de pays, l’Alliance géothermique mondiale, qui œuvre, avec le concours de l’Agence internationale pour les énergies renouvelables, à intensifier la production géothermique.  

Par ailleurs, le Ministre a dit que son pays était engagé, aux côtés d’autres pays nordiques, dans la promotion des droits des femmes et de l’égalité entre les sexes, qui doivent figurer pleinement dans le programme de développement.  De ce point de vue, la pleine mise en œuvre des engagements pris, il y a 20 ans, dans la Déclaration et le Programme d’action de Beijing doit être assurée par l’ensemble des États Membres, a ajouté le chef de la diplomatie islandaise en conclusion.

 


Source

Déclaration

Vidéo

Français


Audio

Arabe | MP3

Chinois | MP3

Anglais | MP3

Français | MP3

Russe | MP3

Espagnol | MP3

Sessions précédentes

  • S.E. M. Gudlaugur Thór Thórdarson
    Ministre des affaires étrangères
  • S.E. M. Gudlaugur Thór Thórdarson
    Ministre des affaires étrangères
  • S.E. Mme Lilja Dögg Alfreðsdóttir
    Ministre des affaires étrangères
  • S.E. M. Gunnar Bragi Sveinsson
    Ministre des affaires étrangères
  • S.E. M. Gunnar Bragi Sveinsson
    Ministre des affaires étrangères
  • S.E. M. Össur Skarphéðinsson
    Ministre des affaires étrangères
  • S.E. M. Össur Skarphéðinsson
    Ministre des affaires étrangères
  • S.E. M. Össur Skarphéðinsson
    Ministre des affaires étrangères
  • S.E. M. Össur Skarphéðinsson
    Ministre des affaires étrangères