Antigua-et-Barbuda

S.E. M. Gaston Alphonso BROWNE, Premier Ministre

25 septembre 2014 (69e session)

Antigua and Barbuda
Statement Summary: 

M. GASTON A. BROWNE, Premier Ministre d’Antigua-et-Barbuda, a plaidé pour une démocratisation des Nations Unies afin que tous les pays aient voix au chapitre sur les questions qui les touchent directement, comme les répercussions des changements climatiques sur leur développement.  Il a ajouté que les « petits États » dépendaient de la capacité des Nations Unies à faire respecter l’état de droit et à les défendre contre toutes les formes d’intrusion, de violation de leur souveraineté et de leurs droits fondamentaux. 

 

Évoquant le différend qui oppose, devant l’Organisation mondiale du commerce (OMC), son pays aux États-Unis depuis plus de 10 ans, il a déploré une perte de revenus ayant empêché Antigua-et-Barbuda d’améliorer le bien-être de ses habitants, de mieux résister aux effets néfastes de la crise financière comme du réchauffement de la planète.  « Notre petit État a été victime d’une atteinte à ses droits commerciaux », a-t-il lancé, jugeant que la démocratie et l’état de droit devaient être équitablement respectés « par le fort et par le faible ». 

 

M. Browne s’est par ailleurs penché sur le « blocus de Cuba », en condamnant toutes les politiques et pratiques discriminatoires prises en guise de représailles, lesquelles « en l’occurrence, empêchent Cuba d’exercer pleinement et librement son droit à participer aux affaires économiques et politiques de sa région ».  

 

S’agissant du programme de développement pour l’après-2015, M. Browne a attiré l’attention sur la nécessité d’accroître l’aide publique au développement, les pays du « monde développé » n’étant pas parvenus à atteindre la cible des 315 milliards de dollars qu’ils s’étaient fixés en décidant de consacrer 0,7% de leur PIB à cette aide.  « Mon propre pays et tous ceux regroupés au sein de la Communauté des Caraïbes (CARICOM), ont été les témoins directs d’un déclin de l’aide, au point que nous avons dû dépendre de ressources non traditionnelles venues de Chine ou encore du Venezuela », a-t-il dit.  

 

Selon lui, l’heure est venue pour que les donateurs et les récipiendaires eux-mêmes prennent un nouvel engagement global en matière d’aide au développement, et que les institutions financières permettent « enfin » aux pays à revenu intermédiaire d’être éligibles aux prêts à taux réduits. 

 

Enfin, M. Browne a exhorté les Nations Unies et la communauté internationale à aider les nations de la CARICOM, dont les économies, depuis la crise de 2008, sont revenues au niveau où elles étaient dans les années 70, à redonner espoir aux jeunes générations.  « Si nous échouons de répondre à leurs aspirations, nous les condamnerons, au mieux, à une vie aux marges de la société et, au pire, à une existence de crime et de violence », a déclaré le Premier Ministre d’Antigua-et-Barbuda. 

 


Source

Déclaration

Vidéo

Français


Audio

Arabe | MP3

Chinois | MP3

Anglais | MP3

Français | MP3

Russe | MP3

Espagnol | MP3

Sessions précédentes

  • S.E. M. Gaston Alphonso Browne
    Premier Ministre
  • S.E. M. Gaston Alphonso Browne
    Premier Ministre
  • S.E. M. Gaston Alphonso Browne
    Premier Ministre
  • S.E. M. Gaston Alphonso Browne
    Premier Ministre
  • S.E. M. Winston Baldwin Spencer
    Premier Ministre
  • S.E. M. Winston Baldwin Spencer
    Premier Ministre
  • S.E. M. Winston Baldwin Spencer
    Premier Ministre
  • S.E. M. Winston Baldwin Spencer
    Premier Ministre
  • S.E. M. The Honourable Winston Baldwin Spencer
    Premier Ministre