Slovénie

S.E. M. Borut Pahor, Président

26 septembre 2013 (68e session)

Statement Summary: 

M. BORUT PAHOR, Président de la Slovénie, a d’emblée affirmé que la communauté internationale aurait dû savoir tirer les enseignements des génocides du Rwanda, de Srebrenica et du Darfour, mais qu’elle avait « de nouveau » échoué. Une nouvelle tragédie humaine se déroule devant nos yeux en Syrie, mais plus de deux ans depuis le début de la violence brutale perpétrée à l’encontre des civils, les dirigeants du monde n’ont toujours pas réussi à trouver une solution politique dans le cadre de l’ONU, a-t-il dénoncé.  L’usage impensable d’armes chimiques est simplement considéré comme un crime de guerre et une attaque contre notre humanité commune.  La diplomatie pacifique aurait-elle de nouveau échoué?  Une intervention militaire serait-elle la seule issue à la violence? s’est-il interrogé.

Le Président Pahor a soutenu que lorsqu’un État échoue à protéger sa propre population, la communauté internationale a le devoir de réagir.  Il a réclamé la mise en œuvre immédiate de l’Accord conclu entre les États-Unis et la Fédération de Russie sur l’élimination des stocks d’armes chimiques détenues par la Syrie, ainsi que la tenue en temps voulu de la Conférence de Genève II.  Il a également estimé qu’en cette période de tensions et de défis, les responsabilités des cinq membres permanents du Conseil de sécurité sont d’autant plus grandes.  Il les a appelés à renoncer à leur droit de veto dans les cas de génocide, de crime contre l’humanité et de violations graves du droit international humanitaire.  M. Pahor a aussi appelé le Conseil de sécurité à renvoyer la situation en Syrie à la Cour pénale internationale (CPI).

Le Président de la Slovénie a insisté sur l’importance de répondre aux racines des conflits et de renforcer les activités de prévention, en améliorant notamment la capacité de la communauté internationale à identifier les signes précurseurs des conflits et à lancer une action précoce.  Il a également souligné l’importance de la confiance mutuelle pour assurer une coexistence pacifique et une stabilité à long terme.  Il a annoncé que la Slovénie et la Croatie avaient lancé le processus de Brdo dans le but de renforcer les relations et la réconciliation entre les États de la région.


Source

Déclaration

Vidéo


Audio

Arabe | MP3

Chinois | MP3

Anglais | MP3

Français | MP3

Russe | MP3

Espagnol | MP3

Sessions précédentes