Mongolie

S.E. M. Elbegdorj Tsakhia, Président

26 septembre 2013 (68e session)

Statement Summary: 

Pour M. EGDORJ TSAKHIA, Président de la Mongolie, « plutôt que de voir 2015 comme la fin, il vaudrait mieux la voir comme le début d’une nouvelle ère pendant laquelle il faudra bâtir sur les acquis du passé, réduire les écarts et faire face aux nouveaux défis » qui sont malheureusement nombreux.  Il a cité les 200 millions de personnes au chômage dans le monde, les 50 millions d’enfants non scolarisés et le fait qu’une personne sur huit connait encore la faim.  Parallèlement, plus de 900 milliards de dollars sont alloués aux dépenses militaires chaque année alors qu’une fraction de ce montant va à l’éducation et à la santé, s’est indigné le Président pour qui une telle situation est « intolérable ».  Il a également tiré la sonnette d’alarme face à la surconsommation qui dépasse les capacités fragiles de la planète.  Face aux changements climatiques, il a dit: « Nous n’avons plus de temps à perdre.  Nous devons changer ».

La Mongolie, en tant que vieille nation au cœur jeune et dotée d’abondantes ressources naturelles, s’est engagée sur la voie du développement ce dont témoigne son taux de croissance à deux chiffres, qui est l’un des plus élevés au monde, a expliqué M. Tsakhia.  Le pays a également réussi à atteindre la plupart des OMD, mais cela ne suffit pas.  Le Gouvernement travaille, en étroite collaboration, avec toutes les parties prenantes nationales, y compris les partis politiques, le secteur privé, les institutions de recherche, la société civile et les médias.  Une collaboration qui doit déboucher sur le futur cadre de développement du pays, l’environnement y occupant une place de taille.  Actuellement la Mongolie met en place un « super réseau asiatique pour le développement vert » qui produira de l’énergie renouvelable et la distribuera aux consommateurs asiatiques.

 

Le Président a également abordé la question de la lutte contre la corruption et sa politique de « tolérance zéro » qui a permis à la Mongolie de passer à la vingt-sixième place dans le classement de « Transparency international ».  « La transparence est la clef de la lutte contre la corruption.  Les citoyens ont le droit de savoir comment sont dépensés leurs impôts », a-t-il précisé.  De plus, la Mongolie adhère au concept de développement démocratique, et occupe aujourd’hui la présidence de la Communauté pour la démocratie, ce qui était impensable il y a encore 20 ans, a-t-il poursuivi.

Le Président Tsakhia a également mis l’accent sur la nécessité de promouvoir les droits de l’homme.  Après avoir travaillé à la « démocratisation à la maison », la Mongolie a aujourd’hui mis sur pied un Fonds de coopération internationale à cet effet, et partage son expérience avec le Kirghizistan et l’Afghanistan.  Le Président a saisi cette occasion pour demander le soutien des États à la candidature de la Mongolie au Conseil des droits de l’homme en 2015.

 

Il a également réaffirmé la position mongole en faveur de la non-prolifération des armes de destruction massive et de leur élimination totale.  À cet égard, il a rappelé la Déclaration de la Réunion de haut niveau sur les armes nucléaires, qui a eu lieu ce matin aux Nations Unies, dans laquelle les cinq membres permanents du Conseil de sécurité ont reconnu le « statut unique » de la Mongolie en tant que zone exempte d’armes nucléaires mais entourée de puissances nucléaires.  « Faisons de notre monde un monde plus sûr et plus prospère », a conclu le Président Tsakhia.


Source

Déclaration

Vidéo


Audio

Arabe | MP3

Chinois | MP3

Anglais | MP3

Français | MP3

Russe | MP3

Espagnol | MP3

Langue originale | MP3

Sessions précédentes