Lituanie

S.E. Mme Dalia Grybauskaitė, Président

26 septembre 2013 (68e session)

S.E. MmeDalia Grybauskaitė

UN Photo / Téléchargement

Résumé de la déclaration : 

Mme DALIA GRYBAUSKAITÉ, Présidente de la Lituanie, a affirmé que, dans le monde d’aujourd’hui, chaque État a le droit de choisir la voie qui convient à son expérience, sa culture et ses besoins, sans pour autant enfreindre les droits d’autrui.  Le développement, a-t-elle souligné, ne doit pas être imposé mais promu. Elle a dénoncé ceux qui cherchent à imposer une trajectoire de développement précise, en exerçant des pressions économiques, en utilisant des outils cybernétiques ou encore en disséminant des informations fallacieuses, voire des menaces. Avoir recours à des outils économiques, énergétiques ou d’information pour créer des zones d’influence est injustifiable, a-t-elle dénoncé.

La Présidente de la Lituanie a annoncé que dans deux mois, à Vilnius, plusieurs États d’Europe de l’Est confirmeront leur engagement à achever les réformes nécessaires pour assurer leur croissance économique, leur stabilité politique et leur harmonie sociale.  Elle a fait observer qu’il n’avait pas été aisé pour ces pays de décider de la voie à suivre, mais que leur choix aurait été rendu plus facile si on avait su respecter leurs décisions.  Au lieu de cela, a-t-elle dénoncé, ils ont dû faire face à des restrictions commerciales, à des manipulations des prix des ressources énergétiques et à un « manque de respect » flagrant dans « l’espace de l’information ».  Les pays du partenariat d’Europe de l’Est ne sont pas les seuls, s’est-elle insurgée.  Même la Lituanie, qui préside le Conseil de l’Union européenne et qui a su consolider son développement avec succès, fait face à de telles pressions.  Les entraves aux déplacements, les délais déraisonnables pour le transport des cargaisons et la guerre du lait ne sont que quelques-uns des exemples les plus flagrants, a-t-elle tranché. 

Mme Grybauskaité a fait observer que lorsque l’on subit de telles pressions, il est d’autant plus difficile de mettre en œuvre des réformes capables d’autonomiser la population et de l’initier au processus d’édification de l’État. La Présidente a voulu que le programme pour le développement pour l’après-2015 favorise un développement guidé par le libre arbitre et la prise en compte des besoins propres de chacun.  Il ne doit pas y avoir de place pour l’imposition de politiques, de menaces ou la loi du plus fort.


Source

Déclaration

Vidéo


Audio

Arabe | Téléchargement

Chinese | Téléchargement

Anglais | Téléchargement

Français | Téléchargement

Russe | Téléchargement

Espagnol | Téléchargement

Original language | Téléchargement

Sessions précédentes