Liban

S.E. M. Michel Sleiman, Président

24 septembre 2013 (68e session)

Lebanon
Statement Summary: 

M. MICHEL SLEIMAN, Président du Liban, a énuméré les principaux défis auxquels son pays était actuellement contraint de faire face.  Le premier défi, a-t-il dit, résulte des répercussions de la crise syrienne sur la sécurité du Liban et son économie.  Le territoire libanais a subi des violations et des agressions à partir de territoires syriens frontaliers, une ingérence concomitante avec des explosions terroristes contre des civils.

Cependant, a poursuivi le Chef de l’État libanais, le principal défi, en ampleur et en urgence, et qui prend désormais une dimension existentielle, concerne l’augmentation sans précédent du nombre de réfugiés arrivant de Syrie et dépassant les capacités d’accueil du Liban.  En effet, a-t-il dit, le nombre de réfugiés dépasse désormais le quart de la population libanaise, le pays disposant d’une superficie et de ressources restreintes ainsi que d’un équilibre délicat.

M. Sleiman a ainsi réitéré la demande de soutien à la communauté internationale, notamment au sujet des propositions visant à alléger ce lourd fardeau, et qui consistent principalement à fournir les ressources humaines et financières suffisantes pour contenir et gérer la présence des réfugiés et répondre à leurs besoins humanitaires, aménager des structures et des espaces d’accueil à l’intérieur même du territoire syrien, organiser une conférence internationale relative à la question des réfugiés syriens et obtenir le soutien de tous les pays concernés aux travaux du Groupe international de soutien au Liban.

Ces mesures, a-t-il affirmé, sont à prendre dans l’attente d’une solution politique au conflit syrien, qui permettrait aux réfugiés de retourner dans leur pays en toute sécurité et dignité et dans les plus brefs délais.

Quant au défi principal auquel fait face le Liban, il résulte des répercussions du conflit israélo-arabe et de la persistance d’Israël dans son occupation et ses pratiques arbitraires ainsi que dans sa détermination à implanter de plus en plus de colonies illégales et à judaïser Jérusalem, a poursuivi M. Sleiman.

Le Liban, a-t-il dit, appelle à poursuivre la pleine mise en œuvre de la résolution 1701 (2006) du Conseil de sécurité et à soutenir les efforts en vue d’une solution politique à la crise syrienne de façon à préserver l’unité de la Syrie, les droits de ses citoyens, des différentes composantes de son peuple et de leurs libertés fondamentales.

De même, il a encouragé les pays de la région actuellement en conflit, hors du cadre du conflit israélo-arabe, à faire primer les valeurs de dialogue et de réconciliation.  Il a exhorté les pays influents de la région à accepter la nécessité de dissocier le Liban des différents conflits, et a appelé à œuvrer à une solution juste et globale du problème du Moyen-Orient, particulièrement la cause palestinienne, sur la base des décisions internationales, des termes de référence de la Conférence de Madrid et de l’Initiative de paix arabe.


Source

Déclaration

Vidéo


Tribune


Audio

Arabe | MP3

Chinois | MP3

Anglais | MP3

Français | MP3

Russe | MP3

Espagnol | MP3

Sessions précédentes