Colombie

S.E. M. Juan Manuel Santos Calderón, Président

24 septembre 2013 (68e session)

S.E. M.Juan Manuel Santos Calderón

UN Photo / Téléchargement

Résumé de la déclaration : 

M. JUAN MANUEL SANTOS CALDERÓN, Président de la Colombie, a déclaré que son pays fait « beaucoup, beaucoup » en plein milieu d’une « confrontation » mais « imaginez ce qu’elle aurait pu faire sans ».  Le Président a évoqué plusieurs fois dans son intervention, le nom de Maria Zabala qui, après avoir perdu un mari des mains d’un groupe armé illégal et réussi de justesse à fuir avec ses enfants en bas-âge, est devenue aujourd’hui un leader courageux des victimes acquises à la recherche de la paix.  En tant que Chef du Gouvernement, a confié le Président, il aurait pu laisser le conflit irrésolu parce qu’il est toujours plus facile de faire la guerre que de rechercher la paix.  « Cela aurait été plus facile mais pas responsable » ni pour le pays et son peuple, ni pour l’Amérique latine, encore moins pour le monde et surtout pas « pour ma conscience ». 

Le Président a espéré que « la guérilla » a compris que le temps est venu de laisser derrière soi les 50 années de confrontation, de changer les balles en bulletins de vote, les armes en arguments, et de continuer sa lutte, mais dans la démocratie ».  

Le Président a rappelé que son gouvernement a fait la promotion d’une loi « ambitieuse » pour reconnaitre droits et réparation aux victimes du conflit.  Nous parviendrons, s’est-il promis, à mettre fin à ce conflit mais attention, cela ne veut pas dire que nous renoncerons à la justice et encore moins à la vérité et à l’indemnisation des victimes.  Étant donné que la Colombie est le premier pays à s’engager dans un tel processus depuis l’adoption du Statut de Rome, les autres pourront apprendre de son expérience, a estimé le Président.

Comment mettre fin au conflit, honorer les obligations judiciaires et obtenir réparation pour les victimes?  Ce dilemme, a voulu le Président, doit être tranché avec honnêteté et sérieux.  La Colombie a adopté une stratégie de justice transitionnelle qui devrait permettre une transition sans heurt vers la paix.  Ce que nous voulons des Nations Unies et de la communauté internationale, a-t-il plaidé, c’est qu’elles respectent le droit de la Colombie et le droit de toutes les nations à rechercher la paix.  

Nous ne pouvons, a-t-il plaidé, enquêter sur chaque action menée ces 50 dernières années.  Nous ne pouvons poursuivre chacun des responsables du conflit parce que nous risquerions d’échouer.  Ce que nous pouvons faire, a-t-il encore plaidé, c’est mettre en place une stratégie « réaliste, honnête et transparente » qui respecte au mieux le droit des victimes.  Si nous admettons qu’en période de transition, la justice et la lutte contre l’impunité visent à satisfaire les victimes et pas seulement à administrer la justice pénale alors nous pourrons trouver une solution globale pour tous.  

La justice doit appuyer et non faire obstacle à la paix, a tranché le Président, qui a ajouté que, dans ce cadre, il ne saurait y avoir d’impunité pour les crimes contre l’humanité et les crimes de guerre « commis systématiquement ».  La question n’est pas de sacrifier la justice sur l’autel de la paix mais de réaliser la paix avec un maximum de justice. 

La « guérilla » doit choisir entre une paix honorable et durable, et la guerre, a lancé le Président en parlant de la fin d’un conflit qui a été alimenté par la drogue laquelle a elle-même alimenté le trafic.  C’est pourquoi, a expliqué le Président, la question de la drogue a été inscrite parmi les six points de l’ordre du jour des négociations avec la « guérilla ».  L’année dernière, en tant que Présidente du Sommet des Amériques, la Colombie a proposé un débat sur la lutte contre la drogue au niveau international.  Les conclusions seront certainement présentées à la session extraordinaire que l’Assemblée a prévue en 2016, a conclu le Président. 


Source

Déclaration

Vidéo


Tribune

Audio

Original language | Téléchargement

Sessions précédentes

  • S.E. M. Juan Manuel Santos Calderón
    Président
  • S.E. M. Juan Manuel Santos Calderón
    Président
  • S.E. M. Juan Manuel Santos Calderón
    Président
  • S.E. M. Juan Manuel SANTOS CALDERÓN
    Président
  • S.E. M. Juan Manuel Santos Calderón
    Président
  • S.E. M. Juan Manuel Santos Calderón
    Président
  • S.E. M. Juan Manuel Santos Calderón
    Président
  • S.E. M. Álvaro Uribe Vélez
    Président