Autriche

S.E. M. Heinz Fischer, Président

24 septembre 2013 (68e session)

S.E. M.Heinz Fischer

UN Photo / Téléchargement

Résumé de la déclaration : 

M. HEINZ FISCHER, Président de l’Autriche, a estimé que le Conseil de sécurité des Nations Unies devrait renvoyer la question de la Syrie à la Cour pénale internationale (CPI).  Il a prôné une solution politique négociée à la crise syrienne.  Saluant par ailleurs la reprise des négociations directes sur le conflit israélo-palestinien, M. Fischer a souhaité qu’une « percée » permette de progresser de façon décisive vers la stabilisation de la région.

Le siège des Nations Unies à Vienne sert de plateforme au débat sur le développement durable, a rappelé le Président de l’Autriche. Le Bureau du Représentant spécial pour l’initiative Énergie durable pour tous y a entamé son travail en juillet dernier.  L’Autriche accueille également la nouvelle Académie internationale de lutte contre la corruption.

Le Forum mondial 2013 de l’Alliance des civilisations de l’ONU s’est tenu à Vienne, a ajouté le Président.  En novembre 2012, le Centre international du Roi Abdullah Bin Abdulaziz pour le dialogue interreligieux et interculturel, une initiative conjointe de l’Arabie saoudite, de l’Espagne et de l’Autriche, a été inauguré dans la capitale autrichienne.

En tant que membre du Conseil des droits de l’homme, l’Autriche a lancé des initiatives ciblées concernant la sécurité des journalistes, la protection des minorités religieuses ou la promotion des droits de l’enfant.  M. Fischer a proposé de renforcer les efforts diplomatiques en faveur de l’abolition universelle de la peine de mort.  Il s’est dit préoccupé par les violations des droits de l’homme fondées sur l’orientation sexuelle ou le sexe.  « Être menacé de mort parce que l’on est homosexuel est profondément inquiétant », a-t-il déclaré.

Enfin, le Gouvernement autrichien envisage de créer un fonds national d’affectation spéciale pour l’état de droit pour pouvoir offrir une expertise juridique gratuite à la demande des pays en développement.  Le système international doit être basé sur l’état de droit et le recours à la force ne doit se faire qu’en cas de légitime défense ou s’il est autorisé par le Conseil de sécurité, a conclu M. Fischer.      


Source

Déclaration

Vidéo


Audio

Arabe | Téléchargement

Chinese | Téléchargement

Anglais | Téléchargement

Français | Téléchargement

Russe | Téléchargement

Espagnol | Téléchargement

Sessions précédentes

  • S.E. M. Sebastian Kurz
    Ministre fédéral de l'Intégration, des Affaires européennes et internationales
  • S.E. M. Sebastian Kurz
    Ministre fédéral de l'Intégration, des Affaires européennes et internationales
  • S.E. M. Sebastian Kurz
    Ministre fédéral de l'Intégration, des Affaires européennes et internationales
  • S.E. M. Sebastian Kurz
    Ministre fédéral de l'Intégration, des Affaires européennes et internationales
  • S.E. M. Michael Spindelegger
    Vice-chancellier
  • S.E. M. Michael Spindelegger
    Vice-chancellier
  • S.E. M. Michael Spindelegger
    Ministre fédéral de l'Intégration, des Affaires européennes et internationales
  • S.E. M. Michael Spindelegger
    Ministre des affaires étrangères