Singapour

S.E. M. K. Shanmugam, Ministre des affaires étrangères

29 septembre 2012 (67e session)

Statement Summary: 

Le Ministre des affaires étrangères et de la justice de Singapour, M. KASIVISWANATHAN SHANMUGAM, a indiqué que les petits pays dépendant du commerce international craignent des risques de la montée du protectionnisme, dus à la crise économique et financière mondiale et à la récession en Europe.  Les mesures populistes et d’austérité dans les pays affectés par cette crise peuvent conduire à l’instabilité dès lors que les politiciens sont incapables de les résoudre sur le long terme et de manière structurelle, a estimé le Ministre singapourien.  À cela s’ajoute le fait que la hausse des inégalités de revenus, le changements climatiques et les inquiétudes concernant la sécurité alimentaire ne sont pas suffisamment abordés à l’échelle mondiale d’autant que la multiplicité des intérêts rend difficile la recherche de consensus au niveau international, a-t-il regretté.

Cette situation a vu naître la tendance, dans certains pays, de se tourner vers des groupes plus restreints et exclusifs comme le G-20 qui exclut la grande majorité des États Membres de l’ONU.  Un Groupe sur la gouvernance mondiale a donc été créé pour faire le lien avec les États Membres de l’ONU.  De toutes manières, a dit M. Shanmugam, « nous devons trouver les moyens de renforcer et réformer les institutions multilatérales existantes comme les Nations Unies, la Banque mondiale, le Fonds monétaire international et l’Organisation mondiale du commerce pour plus d’efficacité au lieu de multiplier les petits regroupements ».

S’agissant de l’ONU, il a dit qu’il appartient aux États Membres « d’en faire ce qu’ils veulent en faire ».  L’échec de l’Organisation et celui du Conseil de sécurité est l’échec de ses États Membres, a-t-il indiqué.  Mais le groupe des cinq membres permanents du Conseil de sécurité (P5), qui ont un droit de veto, doit endosser la première responsabilité de la réforme du Conseil.  C’est pourquoi Singapour a constamment appelé à une amélioration des méthodes de travail du Conseil.  Singapour estime que l’objectif à long terme de l’ONU devrait être la mise en place d’un système efficace de droit international et de mécanismes souples de règlement pacifique des différends.

Dans un environnement très changeant, le dialogue est important, de même que le respect de l’état de droit sans lequel les petits États perdront leur indépendance et autonomie tandis que de nombreux autres ne se sentiront jamais entièrement en sécurité.  Les petits États comme Singapour ont besoin d’un système international stable, prévisible et fondé sur le droit pour survivre, a déclaré le Ministre.  Cette année, les 105 membres du Forum des petits États commémoreront son vingtième anniversaire au cours d’une Conférence de haut niveau des petits États.  Celle-ci aura lieu le 1er octobre et son thème aura trait au « rôle des petits États dans les relations internationales, y compris notre engagement pour l’état de droit et le règlement pacifique des différends ».


Source

Déclaration

Vidéo

Sessions précédentes

  • S.E. M. Vivian Balakrishnan
    Ministre des affaires étrangères
  • S.E. M. Vivian Balakrishnan
    Ministre des affaires étrangères
  • S.E. M. Vivian Balakrishnan
    Ministre des affaires étrangères
  • S.E. M. K. Shanmugam
    Ministre des affaires étrangères
  • S.E. M. K. Shanmugam
    Ministre des affaires étrangères
  • S.E. M. K. Shanmugam
    Ministre des affaires étrangères
  • S.E. M. George Yeo
    Ministre des affaires étrangères
  • S.E. M. George Yeo
    Ministre des affaires étrangères