Sénégal

S.E. M. Macky Sall, Président

25 septembre 2012 (67e session)

Statement Summary: 

M. MACKY SALL, Président du Sénégal, a indiqué que le 25 mars dernier, après deux tours de scrutin qui se sont déroulés dans le calme et la sérénité, le peuple sénégalais a massivement voté pour le changement à la tête de l’État et le respect des exigences républicaines.  Il a salué les pays et organisations amis qui ont soutenu son pays « dans cette belle aventure de consolidation de notre tradition démocratique », notamment par le perfectionnement des instruments électoraux et la supervision du scrutin.  En tant que Président nouvellement élu, M. Sall a réaffirmé sa foi dans les valeurs communes et la vocation des Nations Unies.  Il a aussi rendu hommage à l’ONU qui contribue de façon remarquable à la pacification des relations internationales.

 

Le Président Sall a cependant jugé préoccupantes les menaces à la paix et à la sécurité dans le monde, notamment dans le nord du Mali, où des bandes terroristes organisées, puissamment armées et nourries de trafics illicites de tous genres, continuent d’occuper en toute illégalité les deux tiers du pays, de semer la désolation parmi les populations et de détruire des symboles du patrimoine culturel mondial.  « Le nord du Mali est devenu une zone de non-droit, un sanctuaire pour le recrutement de la nébuleuse terroriste, qui prend abusivement l’islam comme prétexte pour masquer ses activités criminelles », a-t-il dit.  M. Sall a donc demandé au Conseil de sécurité de mettre fin à cette situation, en autorisant les actions nécessaires pour combattre les groupes terroristes et restaurer l’intégrité territoriale du pays.  Il a aussi rejeté toute partition du Mali et condamné le coup d’État du 22 mars 2012.

En Guinée-Bissau, a-t-il poursuivi, le Sénégal soutient les efforts que mène le Gouvernement de transition pour la réinitialisation nationale, le redressement des institutions, l’organisation d’élections crédibles et le retrait définitif des militaires de la scène politique.  Passant à la Palestine, le Président a rappelé que son pays, qui préside le Comité pour l’exercice des droits inaliénables du peuple palestinien, soutient la création d’un État palestinien viable et indépendant, avec Jérusalem-Est comme capitale et siégeant parmi les nations libres à l’ONU.  « Il est temps que la Terre sainte des trois religions révélées cesse d’être une terre de feu, de sang et de larmes », a-t-il ajouté.  Le Président a par ailleurs assuré que son pays soutient l’avancée de la démocratie et des libertés fondamentales en Afrique.

Le Président du Sénégal a également soulevé les questions liées au développement, se désolant notamment que plus de 900 millions de personnes soient encore sous-alimentées alors que le potentiel de l’agriculture mondiale peut nourrir plus de deux fois la population de la planète.  « Quel monde voulons-nous, quand des millions de travailleurs, pères et mères de famille, qui gagnent le minimum vital, se retrouvent brutalement sans emploi parce que l’entreprise familiale a fait faillite et que le responsable principal s’en tire plutôt à bon compte avec un parachute doré? »  Le Président a invité à redéfinir les priorités, à investir dans l’économie réelle et à convenir d’un nouvel ordre mondial plus juste.  Il a appelé à une autre vision des relations avec l’Afrique, dans un partenariat équitable.

Il a réaffirmé son attachement à la position africaine sur la réforme du Conseil de sécurité exprimée dans le consensus d’Ezulwini, afin que l’Afrique y soit représentée de manière équitable.  Au nom de l’Organisation de la Coopération islamique (OCI), dont son pays assure la présidence, il a exprimé sa foi renouvelée dans le dialogue pour la coexistence pacifique des religions, des cultures et des civilisations.


Source

Déclaration

Vidéo

Sessions précédentes