Lettonie

S.E. M. Andris Bērziņš, Président

26 septembre 2012 (67e session)

Latvia
Statement Summary: 

M. ANDRIS BĒRZIŅŠ, Président de la Lettonie, a déclaré à propos du thème de cette session que les règlements pacifiques des différends dépendent de la résolution des dirigeants.  C’est seulement lorsqu’elles sont déterminées que les Nations Unies peuvent agir et prendre des décisions.  Les défis requièrent de la volonté et des actions décisives de la communauté internationale notamment la crise en Syrie, les risques de proliférations des armes de destruction massive, le risque potentiel du recours aux armes chimiques en Syrie ou le manque de progrès dans le dialogue avec l’Iran.

 

Sur d’autres sujets, le Président a notamment salué les progrès sur le consensus sur les résultats de la deuxième Conférence d’examen du Programme d’action sur les armes légères et de petit calibre, ainsi que sur les tendances positives que prend le règlement politique en Transnistrie.  Les conséquences du conflit en Géorgie en 2008 auront un effet durable sur la situation sécuritaire dans la région.  La Mission d’observation de l’Union européenne en Géorgie est actuellement le seul acteur international qui surveille la mise en œuvre de l’Accord en six points.  L’accès effectif aux territoires occupés contribuerait à des progrès durables dans ce pays, a expliqué le Président, qui a ajouté qu’il était préoccupé par le nombre croissant des incidents sur la ligne de contact dans le Nagorny-Karabach.  La Lettonie, a-t-il dit, continue sa participation au sein des missions de l’Union européenne et de l’Organisation du Traité de l’Atlantique Nord(OTAN) et entend rester en Afghanistan au-delà de 2014.

À propos de la crise économique et financière mondiale, il a salué tous les efforts pour stabiliser la situation dans la zone euro.  Le pays, a-t-il dit, travaille dur pour faire partie de la solution, d’autant qu’il a enregistré une croissance de 5,5% en 2011.  Cette tendance devrait se poursuivre cette année, a précisé le Président Bērziņš.  Ce qui importe le plus, c’est la pérennité de la santé économique, grâce au processus d’intégration dans la zone euro.  La Lettonie qui vise à intégrer l’euro en 2014, estime que les complications actuelles peuvent être surmontées.

La paix et la sécurité internationales sont étroitement liées à deux autres piliers de l’ONU que sont le développement et les droits de l’homme.  La Lettonie se félicite de la création du Groupe d’experts de haut niveau sur le programme de développement post-2015 au sein duquel le Commissaire européen chargé du développement, M. Andris Piebalgs, de la Lettonie, contribuera.  La Lettonie appuie aussi fermement les travaux du Conseil des droits de l’homme des Nations Unies et se portera candidate à un siège en 2014.  Elle acclame également la double réforme de l’Assemblée générale et du Conseil de sécurité, et réclame un nouveau siège non permanent pour le Groupe des pays d’Europe orientale.


Source

Déclaration

Vidéo

Sessions précédentes