Iran (République islamique d’)

S.E. M. Mahmoud Ahmadinejad, Président

26 septembre 2012 (67e session)

Iran (République islamique d’)
Statement Summary: 

M. MAHMOUD AHMADINEJAD, Président de la République islamique d’Iran, a déclaré que l’histoire de l’humanité avait toujours été marquée par des rêves non réalisés et des échecs, malgré tous les efforts déployés par les personnes de bonne volonté.  C’est pourquoi, il a appelé à imaginer combien nos vies seraient plus belles et agréables si le monde n’avait pas connu les croisades, l’esclavage, le colonialisme, les dictatures, la Seconde Guerre mondiale, si les grandes puissances avaient, au lieu d’encourager l’Irak de Saddam Hussein d’envahir l’Iran, avaient soutenu le peuple iranien ou encore, si nous avions le droit de critiquer les politiques hégémoniques du sionisme mondial.  Imaginons aussi ce que le monde serait sans les « incidents du 11 septembre », les actions militaires contre l’Afghanistan et l’Irak, sans l’occupation de la Palestine et si le Conseil de sécurité n’était pas sous la domination d’un nombre limité de gouvernements en empêchant l’ONU de s’acquitter de ses responsabilités de manière juste et équitable?  Le fossé entre les pauvres et les riches ne cesse de se creuser et la dette totale de 18 pays industriels atteint aujourd’hui 60 000 milliards de dollars, a-t-il rappelé, en faisant remarquer que cette somme pourrait servir à éradiquer la pauvreté dans le monde.  Intervenant à l’ONU pour la huitième fois, M. Ahmadinejad a soutenu que les économies reposant sur le consumérisme et l’exploitation des gens ne font que servir les intérêts d’un nombre limité de pays.

 

M. Ahmadinejad a fustigé la création de valeurs papier en exerçant l’influence et le contrôle sur les centres économiques mondiaux qui, a-t-il dit, constitue le plus grand abus de l’histoire et est considérée comme une cause majeure des crises économiques mondiales.  Il a indiqué que 32 000 milliards de valeurs papier ont été imprimés par un seul pays.  Il a regretté que de l’avis des hommes politiques qui contrôlent les centres du pouvoir rejettent les principes moraux, de pureté, d’honnêteté, d’intégrité et de compassion en les déclarant obsolètes.  Il a souligné l’importance de préserver les populations autochtones et de lutter contre l’élimination systématique des identités.  Il s’est inquiété du développement, par les grandes puissances, de nouvelles générations d’armes qui constituent une nouvelle menace contre les nations et rendent le monde moins sûr. Il a également dénoncé la volonté des sionistes non civilisés de recourir à la force contre l’Iran qui est, a-t-il dit, une autre expression de cette nouvelle réalité selon laquelle personne ne se sent plus sûr, même ceux qui détiennent des milliers d’ogives nucléaires.

 

M. Ahmadinejad a fustigé un ordre international oppresseur qui impose la pauvreté par le biais de tromperies, en estimant que la situation catastrophique du monde résulte de la mauvaise gestion du monde par les centres autoproclamés du pouvoir dont les représentants ont vendu leur âme au diable.  C’est parce que le monde est fondé sur le matérialisme qu’il n’y a plus de place pour les principes moraux, a-t-il ajouté, en fustigeant une société qui classe les êtres humains en catégories et humilie les autres nations.  « Devons-nous croire que ceux qui dépensent des centaines de milliards de dollars en campagnes électorales ont dans le cœur les intérêts des populations du monde, ceux qui sacrifient les valeurs humaines et éthiques en vue de glaner des votes », a-t-il demandé?  Face au monde actuel qu’il a jugé discriminatoire et fondé sur l’injustice, M. Ahmadinejad a appelé à l’émergence d’un nouvel ordre mondial reconnaissant l’homme comme la création suprême de Dieu, rempli de la quête de la justice, de la vérité, de la dignité humaine, qui recherche la paix et la sécurité durables et le bien-être pour tous.

Convaincu que l’existence de discriminations et de monopoles n’est plus acceptable à l’ONU, le Président iranien a rappelé que le seizième Sommet du Mouvement des pays non alignés (NAM) qui s’est tenu, il y a quelques semaines à Téhéran, avait appelé à une gestion plus équitable du monde.  Alors que le marxisme a été pratiquement éliminé et que le capitalisme s’est enlisé dans une situation catastrophique qu’il a lui-même créée, le Mouvement des pays non alignés a insisté sur la nécessité de rejeter les pôles de pouvoir et l’hégémonie qui empêchent un fonctionnement équitable du monde, a-t-il encore précisé.  Le Président iranien a souligné également que la restructuration et la réforme de l’ONU étaient vitales pour lui permettre de susciter les changements nécessaires, afin de parvenir à une gestion plus équitable des affaires du monde.  L’arrivée du sauveur ultime, a-t-il prédit, marquera une nouvelle naissance et se traduira par la fin de l’oppression, de l’immoralité, de l’ignorance et des préjugés pour établir un monde favorisant la participation de tous à la gestion du monde.  Avant de conclure, M. Ahmadinejad a appelé à faire naître un nouveau « printemps » pour mettre fin à la pauvreté, l’ignorance et la guerre.  


Source

Premier droit de réponse (26 Septembre 2012)

Réagissant à l’intervention du Chef du Gouvernement du Koweït, qui a eu lieu ce matin, le représentant de l’Iran a réaffirmé que les îles Tunb et l’île Abu Moussa, situées dans le Golfe persique, appartenaient à l’Iran et qu’il rejetait toute affirmation contraire.  Il a dit que son pays était néanmoins ouvert à toute collaboration bilatérale avec les Émirats arabes unis.  S’agissant de l’appellation de la mer qui entoure l’Iran, il a précisé que la terminologie exacte était le « Golfe persique » et que le recours à toute autre terminologie était inacceptable.

Source : GA/11294

Deuxième droit de réponse (27 Septembre 2012)

Le représentant de l’Iran a tenu à répondre au Premier Ministre israélien.  Il a insisté sur le fait que le programme nucléaire est strictement pacifique, respecte pleinement les obligations internationales et est conforme au droit des pays à l’utilisation pacifique de l’énergie nucléaire.  L’Iran, a-t-il ajouté, est partie au Traité sur la non-prolifération des armes nucléaires (TNP) et reste attaché à ses obligations juridiques.  L’Iran, a encore dit le représentant, n’a cessé de proposer la création d’une zone exempte d’armes nucléaires au Moyen-Orient.  L’Iran, a-t-il insisté, n’a jamais été impliqué dans aucune activité nucléaire suspecte.  Bien au contraire, ce sont ses ingénieurs nucléaires qui ont été victimes d’attaques terroristes.  Israël ne peut pas en dire autant, a-t-il accusé, en citant, entre autres, les conclusions de la dernière Conférence d’examen sur le TNP.  La seule menace à la paix et à la sécurité au Moyen-Orient est l’arsenal nucléaire d’Israël, a dit le représentant en exhortant les autorités israéliennes à répondre aux appels de l’Agence internationale de l’énergie atomique (AIEA) et en soulignant que son pays se réserve le droit de répondre à toute attaque.  Il a ironisé sur le « diagramme imaginaire » exhibé par le Premier Ministre israélien.  À l’heure d’Internet, les gens ne peuvent plus être trompés par des moyens « aussi absurdes ».

Source : GA/11295

Troisième droit de réponse (27 Septembre 2012)

Le délégué de la République islamique d’Iran a exercé son droit de réponse pour indiquer que les trois îles revendiquées par les Émirats arabes unis faisaient bel et bien partie du territoire iranien, dans le respect du droit international.  Des négociations entre l’Iran et les Émirats arabes unis permettront de lever tout malentendu dans la mise en œuvre du document de 1971 qui entérine la souveraineté iranienne sur ces îles, a-t-il déclaré.

Source : GA/11296

Quatrième droit de réponse (1 Octobre 2012)

Le représentant de la République islamique d’Iran a regretté qu’Israël et d’autres délégations occidentales aient fait des allégations contre le programme nucléaire iranien pendant le débat général.  L’Iran, a-t-il rétorqué, a un droit inaliénable de développer l’énergie nucléaire à des fins pacifiques sans discrimination.  La République islamique d’Iran est attachée à la non-prolifération et à ses obligations au titre du Traité sur la non-prolifération des armes nucléaires (TNP).

Le représentant iranien a ajouté que le non-détournement des matières nucléaires par son pays a toujours été confirmé par l’Agence internationale de l’énergie atomique (AIEA).  Au contraire, a-t-il poursuivi, les pays occidentaux doivent respecter leurs obligations et geler la modernisation de l’arsenal nucléaire.  Il a blâmé leur silence « hypocrite » face aux armes de destruction massive du régime sioniste, seul État du Moyen-Orient non partie au TNP.

Source : GA/11298

Déclaration

Vidéo

Sessions précédentes