Belgique

S.E. M. Elio Di Rupo, Premier Ministre

26 septembre 2012 (67e session)

Belgium
Statement Summary: 

M. ELIO DI RUPO, Premier Ministre de la Belgique, a déclaré que son pays était particulièrement attaché au renforcement de l’état de droit partout dans le monde, celui-ci étant nécessaire au développement et à la prospérité.  Il contribue à un monde meilleur, a-t-il dit, parce que sa finalité est de permettre à chaque personne de vivre, de s’épanouir et d’aimer en toute liberté.  C’est dans cet état d’esprit et dans une approche basée sur le respect mutuel que la Belgique adhère au principe de la responsabilité de protéger les victimes de violences partout dans le monde.  C’est dans cet état d’esprit également que la Belgique a répondu à la demande du Secrétaire général en annonçant 17 engagements aux niveaux national et international.  L’état de droit et la lutte pour le respect des droits de l’homme, a-t-il ajouté, nous imposent aussi de renforcer la lutte contre l’impunité.  La Belgique poursuivra sa politique de coopération active avec les juridictions pénales internationales, a assuré le Premier Ministre, notamment la Cour pénale internationale.  Avec la Slovénie et les Pays-Bas, a-t-il précisé, la Belgique appelle les États à améliorer le cadre international de l’entraide judiciaire et de l’extradition.

 

Le Premier Ministre a insisté par ailleurs sur la nécessité de rompre le lien entre la gestion des banques et celle des États.  « Quand le bilan des banques représente 300, 400, 600% du PIB voire plus d’un pays, nous ne pouvons pas nous étonner qu’il existe un lien direct entre la gestion des banques et la santé économique et budgétaire des États souverains. »  Le monde de la finance, a-t-il dit, vit au rythme de sa propre logique: la maximisation des profits, dans des délais les plus courts possibles.  C’est pourquoi ensemble, à l’échelle mondiale, nous devons mettre en place des mécanismes de surveillance du monde financier.  Il faut une surveillance mondiale pour que le monde financier redevienne davantage un soutien à l’économie créatrice d’emplois, mais aussi pour éviter que des gestions hasardeuses ne compromettent la santé économique et budgétaire d’un pays.  « Nous y travaillons en Belgique et au sein de la Zone euro », a-t-il assuré, tout en estimant que, « outre des réformes approfondies du secteur bancaire, nous devons aussi taxer les transactions financières, car il est grand temps que les moyens ainsi dégagés soient utilisés pour la prospérité de nos populations ».

Le Premier Ministre a ensuite préconisé qu’il faudrait rompre avec une logique de développement économique dévoreuse de ressources naturelles et d’énergie, mais aussi créer une dynamique pour rendre les politiques économique, financière ou de commerce international plus cohérentes avec notre objectif d’un monde plus respectueux de notre environnement.  À cet égard, la Belgique soutient l’initiative du Secrétaire général « Énergie durable pour tous ».  Elle insiste également pour que l’on fasse converger dans un même processus les Objectifs du Millénaire pour le développement et les objectifs du développement durable, a-t-il ajouté.

S’agissant de la situation dans l’est de la République démocratique du Congo (RDC), la recrudescence de la violence ces derniers mois et la rébellion du M23 sont une grande préoccupation pour le Gouvernement belge, en particulier en raison de l’impact grave sur les populations locales, a déclaré le Premier Ministre.  La Belgique appelle les pays de la région à intensifier leurs efforts pour mettre fin à la rébellion en cours.  Elle plaide également pour la résolution des causes profondes de l’instabilité de cette région des Grands Lacs.  À cet égard, le Premier Ministre a salué les efforts entrepris ainsi que l’initiative du Secrétaire général d’y consacrer ce jeudi une rencontre de haut niveau.  « Le Ministre belge des affaires étrangères y participera », a-t-il assuré, en réaffirmant que l’intégrité territoriale de la RDC doit être respectée.  Tout soutien extérieur aux mutins doit cesser.  C’est pourquoi, la Belgique demande à chaque pays de la région des Grands Lacs de s’engager à respecter la souveraineté du Congo et encourage aussi les autorités congolaises à mettre en œuvre les réformes nécessaires dans l’armée et la police afin de rétablir l’État de droit sur l’ensemble du territoire dont l’est du Congo.  Le Premier Ministre a indiqué que la Belgique était prête à travailler à la restauration de la confiance entre les pays de la région pour sortir le plus rapidement possible de cette situation dramatique pour les populations.  Son pays souhaiterait qu’une relation directe entre le Président du Congo et le Président du Rwanda puisse s’établir et contribue à accélérer l’aboutissement d’une solution.

Passant ensuite à la situation en Syrie, le Premier Ministre s’est dit très préoccupé face à la détérioration de la situation sur le terrain et à l’impasse politique dans le pays.  « Nous sommes scandalisés par l’attitude d’un régime qui tue ses citoyens », a-t-il dit.  Outre près de 30 000 morts, on compte aujourd’hui au moins 250 000 réfugiés dans les pays voisins et bien plus encore de personnes déplacées.  Comment les consciences humaines ne s’accordent-elles pas pour arrêter ce drame?  « Nous ne pouvons pas consciemment laisser la souffrance humaine perdurer », a-t-il dit, en assurant le Représentant spécial conjoint, M. Lakhdar Brahimi, de l’appui de la Belgique.  Son gouvernement, a-t-il poursuivi, espère beaucoup que le travail des pays arabes sera couronné de succès.  Compte tenu de l’urgence et de l’hiver qui approche, la Belgique veut que la communauté internationale avance sur le volet humanitaire et vienne en aide aux millions de personnes affectées.  Le Gouvernement belge soutient financièrement l’aide humanitaire aux réfugiés, a indiqué le Premier Ministre, en demandant instamment que l’on trouve des solutions pour permettre aux organisations humanitaires de faire leur travail, en particulier dans les hôpitaux, conformément au droit international humanitaire. « Les autorités chinoises et les autorités russes peuvent nous rejoindre sur cet objectif », a-t-il estimé, avant de conclure.


Source

Déclaration

Vidéo

Sessions précédentes

  • S.E. M. Charles Michel
    Premier Ministre
  • S.E. M. Charles Michel
    Premier Ministre
  • S.E. M. Charles Michel
    Premier Ministre
  • S.E. M. Charles Michel
    Premier Ministre
  • S.E. M. Elio Di Rupo
    Premier Ministre
  • S.E. M. Elio Di Rupo
    Premier Ministre
  • S.E. M. Steven Vanackere
    Ministre des affaires étrangères
  • S.E. M. Steven Vanackere
    Vice-Premier Ministre
  • S.E. M. Yves Leterme
    Ministre des affaires étrangères