Arménie

S.E. M. Edward Nalbandyan, Ministre des affaires étrangères

1 Octobre 2012 (67e session)

S.E. M.Edward Nalbandyan

UN Photo / Téléchargement

Résumé de la déclaration : 

M. EDWARD NALBANDIAN, Ministre des affaires étrangères de l’Arménie, a déploré le climat de haine et d’intolérance qui se propage dans certaines parties du monde.  L’Arménie, en particulier, est préoccupée par « la rhétorique militariste et l’hystérie anti-arménienne instillées dans la société azerbaïdjanaise par les plus hautes autorités ».  Plusieurs organisations internationales des droits de l’homme ont dénoncé des cas flagrants de xénophobie, de racisme, d’intolérance et de violations des droits de l’homme contre des Arméniens en Azerbaïdjan, a expliqué le Ministre.  « Non seulement ce pays ignore ce que la communauté internationale attend de lui, mais il prend sans cesse de nouvelles mesures contraires aux valeurs du monde civilisé ».

M. Nalbandian a cité le cas de « l’assassin » Ramil Safarov remis en liberté et glorifié par le Gouvernement azéri, alors qu’il a tué à la hache un officier arménien dans son sommeil seulement parce qu’il était Arménien.  Il a jugé « profondément irresponsable et honteuse » cette conduite de la part d’un membre non permanent du Conseil de sécurité et Membre de l’ONU.  Faisant allusion à la corruption à Bakou, il a dit que « la communauté internationale ne doit pas tolérer les tentatives des Azerbaïdjanais de remplacer l’état de droit par l’état du pétrole ».

L’affaire Safarov a sapé le processus de négociation sur le Nagorny-Karabakh et mis en danger la sécurité et la stabilité régionales, a poursuivi M. Nalbandian.  L’Azerbaïdjan brandit constamment la menace de la force contre l’Arménie.  Alors que l’Arménie déploie des efforts à la table des négociations avec les médiateurs internationaux et appelle à la coopération régionale, l’Azerbaïdjan augmente son budget militaire, forme des tireurs d’élite et annonce avec la Turquie qu’il continuera le blocus « tant qu’il y aura des Arméniens en Arménie ».

Préoccupé également par la situation humanitaire en Syrie, le Ministre des affaires étrangères a fait remarquer que l’importante communauté arménienne de Syrie avait été formée essentiellement par les survivants du génocide arménien dans l’Empire ottoman au début du XXe  siècle.  L’Arménie continue d’accueillir des réfugiés de Syrie et estime qu’il n’est pas possible de conclure un règlement durable tant que toutes les parties ne cesseront pas les hostilités et tant qu’elles n’entameront pas un dialogue politique qui prenne en compte les intérêts de tous les Syriens.


Source

Droit de réponse (1 Octobre 2012)

Première déclaration :

Le représentant de l’Arménie a qualifié de « mensongères » les réponses du représentant de l’Azerbaïdjan.  On ne peut pas en vouloir aux habitants du Haut-Karabakh lorsqu’ils veulent habiter un autre pays que celui de leurs assassins.  L’Azerbaïdjan ne pourra pas manipuler la vérité historique, a-t-il dit.

Deuxième déclaration :

Le représentant de l’Arménie a insisté sur le fait que c’était bien l’Azerbaïdjan qui avait agressé en premier le Haut-Karabakh en menant une guerre à grande échelle contre ses habitants lorsqu’ils avaient réclamé leur indépendance.  L’Arménie et la communauté internationale parlent d’une même voix, a conclu le représentant.

Source : GA/11298

Déclaration

Vidéo

Sessions précédentes

  • S.E. M. Serzh Sargsyan
    Président
  • S.E. M. Edward Nalbandian
    Ministre des affaires étrangères
  • S.E. M. Serzh Sargsyan
    Président
  • S.E. M. Serzh Sargsyan
    Président
  • S.E. M. Edward Nalbandyan
    Ministre des affaires étrangères
  • S.E. M. Serzh Sargsyan
    Président
  • S.E. M. Edward Nalbandian
    Ministre des affaires étrangères
  • S.E. M. Edward Nalbandian
    Ministre des affaires étrangères