Îles Marshall

S.E. M. Christopher Jorebon Loeak, Président

25 septembre 2012 (67e session)

S.E. M.Christopher Jorebon Loeak

UN Photo / Téléchargement

Résumé de la déclaration : 

M. CHRISTOPHER JOREBON LOEAK, Président des Îles Marshall, a déclaré que son pays allait renforcer ses efforts pour réaliser les Objectifs du Millénaire pour le développement (OMD), en particulier en ce qui concerne l’accès à l’éducation, à un emploi décent, et la protection de l’environnement.  « Les OMD ne sont pas des chiffres abstraits ou des statistiques », a-t-il dit.  « Les OMD sont dans nos salles de classes et dans nos hôpitaux. »

 

Les Îles Marshall veulent progresser avec la région Asie-Pacifique, a assuré le Président.  « Nous n’avons pas d’autre choix que de réécrire notre futur ».  Le pays doit assurer son indépendance économique en élargissant son secteur privé, notamment dans la pêche et le tourisme.  Ces progrès doivent servir de pilier à la Conférence mondiale sur le développement durable des petits États insulaires qui se tiendra dans le Pacifique en 2014.  Quant au prochain Sommet des dirigeants du Forum du Pacifique, il aura lieu en 2013 aux Îles Marshall.

Évoquant les 67 essais nucléaires conduits dans les Îles Marshall alors qu’elles étaient encore un territoire sous tutelle des Nations Unies, M. Loeak a souligné que de nombreux habitants sont, aujourd’hui encore, des « nomades nucléaires », dans l’impossibilité de se réinstaller en toute sécurité.  Le Rapporteur spécial sur les déchets toxiques, M. Calin Goergescu, a présenté cette année au Conseil des droits de l’homme ses conclusions sur la souffrance du peuple des Îles Marshall.  Ils « ont payé un prix trop élevé », a insisté le Président, car c’est « la seule fois où les Nations Unies ont explicitement autorisé l’utilisation d’armes nucléaires ».  M. Loeak a souhaité que les États-Unis et la communauté internationale dans son ensemble acceptent les recommandations du Rapporteur spécial.

Le Président a aussi souligné que les Îles Marshall étaient l’un des pays les plus exposés à la montée du niveau de la mer.  Toutes les nations doivent agir de concert pour réduire ces risques et respecter les objectifs de la Convention-cadre des Nations Unies sur les changements climatiques.  Les Îles Marshall ont un plan énergétique national pour réduire leurs émissions de gaz à effet de serre, mais elles dépendent de l’aide internationale et n’ont pas beaucoup d’autres ressources pour s’adapter au réchauffement de la planète.  C’est la raison pour laquelle le secteur privé doit être rapidement renforcé et qu’il faut créer une sécurité financière à travers l’échange « dette contre adaptation » que souhaitent les Îles Marshall et d’autres petits États insulaires.


Source

Déclaration

Vidéo

Sessions précédentes