Érythrée

S.E. M. Osman Mohammed Saleh, Ministre des affaires étrangères

1 Octobre 2012 (67e session)

Eritrea
Statement Summary: 

M. OSMAN MOHAMMEDSALEH, Ministre des affaires étrangères de l’Érythrée, a rappelé que les grandes puissances étaient les principaux architectes des guerres qui continuent de faire rage dans le monde, alors qu’elles devraient, selon lui, avoir une responsabilité plus grande dans le maintien de la paix internationale en vertu de leur mandat de membres permanents du Conseil de sécurité.  En dépit des progrès réalisés, des centaines de millions de personnes dans les pays en développement continuent de souffrir des fléaux de la pauvreté, des changements climatiques et de maladies facilement évitables.

Le Ministre a qualifié « d’anachronique » le système des Nations Unies, l’Assemblée générale étant, selon lui, dépossédée de son pouvoir, et le Conseil de sécurité, dominé par un seul et puissant État membre.  Le changement est entravé par ceux là même qui ont bénéficié le plus de l’ancien ordre international, aujourd’hui dépassé, a affirmé M. Saleh, qui a souligné l’érosion des piliers du droit international que sont le respect de l’intégrité territoriale des États et la non-ingérence dans leurs affaires intérieures.

« Les nobles buts de protection des droits de l’homme sont cyniquement exploités pour justifier les agressions militaires, interventions extérieures et impositions unilatérales et collectives de sanctions afin de déstabiliser les États, changer leurs dirigeants et conquérir des marchés », a asséné M. Saleh, qui a indiqué qu’il s’agissait d’une opinion partagée par les pays africains et la plupart des pays en développement.  Il reste à traduire ce consensus en voie d’émergence en actes, y compris par une réforme des Nations Unies, a-t-il conclu.


Source

Droit de réponse (1 Octobre 2012)

Le représentant de l’Érythrée a répondu à l’intervention de Djibouti.  L’Érythrée a toujours souhaité entretenir des relations de bon voisinage avec Djibouti, a-t-il assuré, en regrettant les évènements de 2008 dont Djibouti est responsable.  En 2010, les deux pays ont signé un accord de paix sous l’égide du Qatar et « malheureusement, à plusieurs reprises, on a utilisé certains points de l’accord contre l’Érythrée, qui se demande si les autres parties sont prêtes à résoudre le différend dans l’esprit de cet accord ».  L’Érythrée, a ajouté le représentant, a retiré ses troupes de la frontière commune et attend beaucoup des efforts de médiation qui continuent grâce au Qatar.  En attendant, abstenons-nous de toute provocation qui pourrait saper le processus de négociation.

Source : GA/11298

Déclaration

Vidéo

Sessions précédentes

  • S.E. M. Osman Saleh Mohammed
    Ministre des affaires étrangères
  • S.E. M. Osman Saleh Mohammed
    Ministre des affaires étrangères
  • S.E. M. Osman Mohammed Saleh
    Ministre des affaires étrangères
  • S.E. M. Osman Mohammed Saleh
    Ministre des affaires étrangères
  • S.E. M. Osman Mohammed Saleh
    Ministre des affaires étrangères
  • S.E. M. Osman Mohammed Saleh
    Ministre des affaires étrangères
  • S.E. M. Isaias Afwerki
    Président
  • S.E. M. Osman Mohammed Saleh
    Ministre des affaires étrangères
  • S.E. M. Osman Mohammed Saleh
    Ministre des affaires étrangères