Lituanie

S.E. Mme Dalia Grybauskaitė, Président

22 septembre 2011 (66e session)

S.E. MmeDalia Grybauskaitė

UN Photo / Téléchargement

Résumé de la déclaration : 

Mme DALIA GRYBAUSKAITÉ, Présidente de la Lituanie, a rappelé que son pays était devenu Membre des Nations Unies il y a 20 ans et que, depuis, de grands progrès avaient été réalisés à tous les niveaux pour être à la hauteur des principes et valeurs des Nations Unies.  « L’Histoire nous a appris qu’un médiateur honnête est la clef pour régler presque tous les problèmes », a affirmé la Présidente.  Forte de ce propos, elle a fait état des mesures prises pour que la Lituanie devienne maintenant à son tour un médiateur au plan international et régional et notamment dans le cadre de l’Organisation pour la sécurité et la coopération en Europe (OSCE).  Pour Mme Grybauskaité, il ne fait pas de doute que son pays est prêt pour devenir un membre non permanent du Conseil de sécurité en 2015. 

Revenant sur la réunion récente, organisée par la Lituanie, des femmes au pouvoir de toutes les régions du monde ont noté à regret que la participation des femmes restait toujours trop faible dans les médiations pour la paix.  Cela ne va pas dans le sens de la résolution historique 1325 (2000) du Conseil de sécurité, a remarqué la Présidente, qui, pour remédier à cette situation au niveau de son pays, a rédigé son premier plan d’action national pour la mise en œuvre de cette résolution en Lituanie.

Parmi les grands défis à relever par la communauté internationale, Mme Grybauskaité a cité la sécurité alimentaire, la sécurité énergétique, mais elle s’est surtout attardée sur la sûreté nucléaire.  Elle a d’ailleurs salué l’engagement vigoureux du Secrétaire général en faveur de la sûreté et de la sécurité nucléaires.  « Compte tenu des besoins énergétiques croissants, l’énergie nucléaire représente un réel intérêt à condition qu’elle soit utilisée de manière responsable », a souligné la Présidente.  Pour elle, cela signifie de mettre en place des réglementations internationales strictes et de ne faire aucun compromis en matière de sureté nucléaire.  À ce titre, l’Agence internationale de l’énergie atomique doit assumer un rôle clef pour garantir le strict respect de normes nucléaires uniformes obligatoires.  « Chaque centrale nucléaire doit être soumise à des tests de résistance et de sûreté, indépendamment de l’endroit où elle se trouve »», a-t-elle encore soutenu. 

Mme DALIA GRYBAUSKAITÉ, Présidente de la Lituanie, a rappelé que son pays était devenu Membre des Nations Unies il y a 20 ans et que, depuis, de grands progrès avaient été réalisés à tous les niveaux pour être à la hauteur des principes et valeurs des Nations Unies.  « L’Histoire nous a appris qu’un médiateur honnête est la clef pour régler presque tous les problèmes », a affirmé la Présidente.  Forte de ce propos, elle a fait état des mesures prises pour que la Lituanie devienne maintenant à son tour un médiateur au plan international et régional et notamment dans le cadre de l’Organisation pour la sécurité et la coopération en Europe (OSCE).  Pour Mme Grybauskaité, il ne fait pas de doute que son pays est prêt pour devenir un membre non permanent du Conseil de sécurité en 2015. 

Revenant sur la réunion récente, organisée par la Lituanie, des femmes au pouvoir de toutes les régions du monde ont noté à regret que la participation des femmes restait toujours trop faible dans les médiations pour la paix.  Cela ne va pas dans le sens de la résolution historique 1325 (2000) du Conseil de sécurité, a remarqué la Présidente, qui, pour remédier à cette situation au niveau de son pays, a rédigé son premier plan d’action national pour la mise en œuvre de cette résolution en Lituanie.

Parmi les grands défis à relever par la communauté internationale, Mme Grybauskaité a cité la sécurité alimentaire, la sécurité énergétique, mais elle s’est surtout attardée sur la sûreté nucléaire.  Elle a d’ailleurs salué l’engagement vigoureux du Secrétaire général en faveur de la sûreté et de la sécurité nucléaires.  « Compte tenu des besoins énergétiques croissants, l’énergie nucléaire représente un réel intérêt à condition qu’elle soit utilisée de manière responsable », a souligné la Présidente.  Pour elle, cela signifie de mettre en place des réglementations internationales strictes et de ne faire aucun compromis en matière de sureté nucléaire.  À ce titre, l’Agence internationale de l’énergie atomique doit assumer un rôle clef pour garantir le strict respect de normes nucléaires uniformes obligatoires.  « Chaque centrale nucléaire doit être soumise à des tests de résistance et de sûreté, indépendamment de l’endroit où elle se trouve »», a-t-elle encore soutenu. 


Source

Déclaration

Sessions précédentes